Extension Factory Builder
15/05/2013 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Matata Ponyo a pris la tête du gouvernement congolais le 9 mai 2012. Matata Ponyo a pris la tête du gouvernement congolais le 9 mai 2012. © Pierre Verdy/AFP

Depuis sa nomination il y a un an, le très technocrate Premier ministre Augustin Matata Ponyo tente de remettre la RDC sur les rails. Mais le bout du tunnel est encore loin.

Rigueur. C'est le mot qui revient lorsqu'on interroge les politiciens congolais, de quelque bord qu'ils soient, sur la première année d'Augustin Matata Ponyo à la tête du gouvernement de la RDC. Tous s'accordent aussi sur la réalité des progrès en cours pour consolider la situation économique du pays. Depuis son entrée en fonction le 9 mai 2012, il a su imposer ses principes, sa méthode, « gage du redressement économique du pays », soutient l'un de ses conseillers. « Cela lui a permis de maintenir le cadre de stabilité », remarque quant à lui Olivier Kamitatu, ancien ministre du Plan et membre de la Majorité présidentielle (MP). Ce que lui reconnaît même l'un de ses plus virulents détracteurs, le député d'opposition Baudouin Mayo : « La performance macroéconomique est bien là. Mais elle ne profite pas à la population », tient-il à souligner dans la foulée.

L'élan actuel, Matata Ponyo l'a en fait déclenché en 2010, lorsqu'il a été nommé ministre des Finances. Depuis, le technocrate s'est évertué à rassurer les institutions de Bretton Woods : le taux de croissance, qui était de 2,8 % en 2009, a atteint une moyenne annuelle de plus de 7 % en 2010, 2011 et 2012, et les estimations du Fonds monétaire international (FMI) sont de 8,3 % pour cette année. L'inflation a été ramenée à moins de 3 % alors qu'elle frisait les 50 % avant l'arrivée de Matata aux affaires. À ce rythme, « la RDC pourrait bientôt émerger et entamer enfin une nouvelle ère de développement », relève Eustache Ouayoro, directeur pays de la Banque mondiale.

Complots

Mais à Kinshasa, dans la majorité comme dans l'opposition, certains - peut-être perturbés de devoir changer leurs habitudes... - cherchent à faire tomber l'homme de la rigueur, auquel ils reprochent de « fermer les robinets ». Pour d'autres, la stabilisation du cadre macroéconomique ne servirait en fait qu'à « camoufler une gouvernance truffée d'actes de détournement », comme tempête Baudouin Mayo, initiateur de la motion de censure contre le Premier ministre - finalement abandonnée mi-avril, après le retrait des signatures de certains députés. « Même l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), qui a suspendu mi-avril la RDC, a relevé un écart de près de 90 millions de dollars entre ce qui a été perçu et ce qui a été versé réellement dans les recettes de l'État », argue l'opposant. Un faux pas qui n'est pas sans rappeler la fin anticipée, le 30 novembre 2012, du plan du FMI de 560 millions de dollars pour manque de transparence dans le secteur minier.

Des « incidents de parcours », selon Matata Ponyo, qui promet un retour à la normale dans les prochains mois. Le ministère des Finances a ainsi été chargé de régler le litige avec l'ITIE, et une délégation de la Gécamines et de la Banque centrale du Congo s'est rendue fin mars à Washington. « Le FMI est de nouveau disposé à remettre les relations au beau fixe » avec Kinshasa, rassure un proche du Premier ministre, se référant à une lettre envoyée par l'institution financière au gouvernement. Un nouveau départ est donc possible.

Le patient congolais

C'est sur le terrain du social que Matata Ponyo reste très attendu. Le pays est tombé si bas qu'il reste (à égalité avec le Niger) dans les profondeurs du classement sur l'indice de développement humain publié en mars dernier par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), au 187e rang sur 187 pays classés. Pourtant, en un an, grâce à la marge de manoeuvre qu'il a dégagée, le gouvernement a lancé une série de projets financés sur fonds propres, à hauteur de 300 millions de dollars (229 millions d'euros), pour la santé, l'éducation, les transports, etc. Ainsi, 300 bus ont été commandés, dont quelque 150 déjà livrés, pour améliorer les transports, et 82 millions de dollars ont été affectés à la campagne agricole 2012-2013 pour relancer la production. Pour l'équipe de Matata, la visite du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et du président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, prévue du 22 au 24 mai, est un soutien à l'action gouvernementale en matière de paix et de développement. Ce sera aussi, pour les partenaires internationaux, l'occasion de prendre, une fois encore, le pouls du patient congolais.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC - Burundi : quand les États-Unis jouent au shérif constitutionnel

RDC - Burundi : quand les États-Unis jouent au shérif constitutionnel

En RDC ou au Burundi, voire au Congo-Brazza ou au Burkina Faso, Washington s'oppose à toute modification de la Constitution destinée à permettre à un chef d'État de se maintenir au pouvoi[...]

RDC : bilan toujours incertain dans l'accident de train au Katanga

Selon le bilan définitif officiel publié jeudi soir par le gouvernement congolais, 48 personnes ont été tuées et 160 autres blessées dans l'accident de train qui s'est produit en[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

RDC : le déraillement d'un train au Katanga fait des dizaines de morts

Un train a déraillé mardi au Katanga, près de Kamina (sud-est de la RDC), à quelque 600 km de Lubumbashi. Le bilan provisoire fait désormais état de 57 morts.[...]

RDC : trois morts dans des échauffourées entre militaires et jeunes à Likasi

Trois personnes sont mortes et cinq ont été blessées samedi à Likasi, dans le sud-est de la RDC, lors d’échauffourées entre militaires et jeunes d'un parti de la majorité,[...]

RDC : amnistie pour Réné Abandi, le chef de la délégation du M23 aux pourparlers de paix

Le chef de la délégation de l'ex-rébellion congolaise Mouvement du 23-Mars (M23) aux pourparlers de paix avec Kinshasa a bénéficié d'une amnistie comme une dizaine d'autres membres du[...]

RDC - AS Vita Club : Firmin Mubele Ndombe, une ambition européenne

À tout juste 20 ans, Firmin Mubele Ndombe, l’attaquant de l’AS Vita Club, fait déjà pas mal parler de lui. Le joueur du club le plus populaire de RD Congo pourrait même s’expatrier[...]

Mike la Duchesse : acteur travesti, Congolais et inquiet de l'homophobie en RDC

La RDC pourrait bientôt criminaliser l'homosexualité et sa "promotion". Rencontre avec Mike la Duchesse, premier acteur congolais à avoir interprété le rôle d'un homosexuel, qui[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces