Extension Factory Builder
16/05/2013 à 15:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cécile Kyenge est la ministre italienne de l'Intégration depuis le 28 avril. Cécile Kyenge est la ministre italienne de l'Intégration depuis le 28 avril. © Andreas Solaro/AFP

Ophtalmologue de 48 ans, d'origine congolaise, Cécile Kyenge est le premier ministre noir de l'histoire de l'Italie. Et, malgré les attaques racistes dont elle est la cible, elle assume avec panache ses origine. Retour sur le parcours d'une femme courage.

Dans cette salle où elle donnait, le 3 mai, sa première conférence de presse en tant que ministre de l'Intégration du nouveau gouvernement italien conduit par le social-démocrate Enrico Letta, on ne voyait plus qu'elle. Petite coupe afro, peau d'ébène, veste et boucles d'oreilles d'un blanc éclatant, Cécile Kyenge Kashetu (48 ans) n'est manifestement pas une personnalité effacée. À peine avait-elle pris place qu'elle lançait avec aplomb : « Je ne suis pas une femme de couleur, je suis noire. Et je le dis avec fierté. »

Elle renvoyait ainsi dans les cordes ses détracteurs racistes, qui, depuis sa nomination, se déchaînent dans les médias et sur les réseaux sociaux, la traitant de « guenon », de « négresse », de « zouloue » et autres gracieusetés. Mario Borghezio, député européen et membre de la Ligue du Nord - parti réputé pour sa xénophobie -, y est allé de son petit couplet, décrétant qu'elle était « sans doute une bonne femme au foyer, mais pas une ministre ». Il n'avait visiblement pas lu son curriculum vitæ...

Car la carrière de Cécile Kyenge est aussi fulgurante qu'originale. Ophtalmo­logue de formation (elle est diplômée de l'Université catholique du Sacré-Coeur de Rome et de l'Université de Modène et de Reggio d'Émilie), elle se fait d'abord remarquer en s'impliquant dans des associations de défense des droits des immigrés. Ce n'est qu'en 2004, à l'âge de 40 ans, qu'elle entre en politique. Elle est élue conseillère municipale de Modène (nord de l'Italie) sous les couleurs des Démocrates de gauche (DS) - aujourd'hui Parti démocrate (PD) -, puis, en 2009, au conseil provincial. Parallèlement, elle fonde le Comité du 1er-Mars, une association qui, dit-elle, « a permis aux immigrés de se faire entendre de manière citoyenne ».

Visages neufs

Aux législatives de février 2013, elle figure en sixième position sur la liste du PD dans la région d'Émilie-Romagne - l'une des plus importantes du pays - et devient députée. Le 30 avril, elle est nommée ministre. « Cette nomination ne doit rien au hasard, elle a été longuement pesée, confie à J.A. Davide Sardo, membre du PD depuis des années. Notre parti doit montrer des visages neufs. Et puis, l'immigration ayant été l'un des principaux thèmes de la campagne électorale, il fallait montrer qu'il ne tomberait pas dans l'oubli. »

La nouvelle ministre a d'ailleurs prévenu : sa première tâche consistera à préparer une réforme instaurant un droit du sol, qui permettra d'accorder la nationalité italienne aux enfants nés de parents étrangers présents sur le territoire depuis plus de cinq ans. « Cécile a connu l'immigration et a représenté les immigrés à travers des associations ; elle possède une expérience incontestable en la matière », ajoute Sardo.

Mariage

Car, on allait presque l'oublier, l'histoire de Cécile Kyenge, citoyenne italienne par mariage, est aussi celle d'une immigrée. Née à Kambove, dans la province du Katanga, en RDC, elle a quitté le pays à l'âge de 18 ans, se fixant pour objectif de devenir médecin. Elle l'a atteint, et s'en est fixé d'autres, comme elle l'a expliqué en 2012 à la chaîne Télésud : « Ce qui me donne la force de continuer, c'est l'idée que si nous, Africains, ne sommes pas représentés dans les institutions, là où les décisions sont prises, nous serons les premiers à le regretter. Et ce sera ensuite au tour de nos enfants d'en subir les conséquences. » Mère de deux adolescentes, elle s'efforce de retourner chaque année dans son pays natal. Et affirme sans complexe : « On naît africain et on le reste. Peu importe le pays où l'on vit, on est africain pour la vie. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces