Extension Factory Builder
02/05/2013 à 09:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Maduro et Cilia Flores le 14 avril à Caracas. Nicolas Maduro et Cilia Flores le 14 avril à Caracas. © Sipa

Compagne du nouveau chef de l'État, Cilia Flores est une chaviste pure et dure qui n'a nulle intention de faire de la figuration au palais présidentiel.

Depuis le second divorce de Hugo Chávez, en 2004, le Venezuela n'avait plus de première dame. C'étaient les filles du Comandante qui, à l'occasion, en jouaient le rôle. Depuis l'élection de Nicolás Maduro à la présidence, le 14 avril, Cilia Flores, sa compagne, a hérité du titre et de la fonction. Enfin, presque. Le nouveau chef de l'État n'aime guère en effet l'expression de « première dame ». Il lui préfère, dans un style plus guerrier, celui de « première combattante de la patrie ».

Quoi qu'il en soit, contrairement à la plupart de ses consoeurs, cette dernière n'a aucune intention d'emménager au palais de Miraflores pour jouer les potiches ou les pasionarias de l'humanitaire. Procureure générale de la République et responsable du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) au pouvoir (des fonctions auxquelles elle vient de renoncer), cette avocate de 60 ans est l'une des grandes figures du chavisme. C'est elle qui a dirigé la campagne électorale de son compagnon et l'a incité à évoquer sans relâche l'héritage du président défunt. « Elle ne fera pas partie du décor de la présidence, elle sera le bras droit de Maduro », estime son ami Calixto Ortega, député du PSUV.

Soutien indéfectible de Chávez

Cilia Flores a participé depuis le début à toutes les péripéties de l'épopée chaviste. Diplômée à l'université de Caracas, spécialiste du droit pénal et du droit du travail, elle prend gratuitement la défense des militaires putschistes après l'échec de leur tentative de renversement du président Carlos Andrés Pérez, en février 1992. Lors de ses visites à la prison où ils sont détenus, elle se lie avec Maduro et Chávez. Le premier, de neuf ans son cadet, est chauffeur de bus : elle ne le quittera plus, même si le couple ne s'est jamais marié et n'a pas eu d'enfants - Cilia en a trois d'un premier mariage avec le député Walter Gavidia, Maduro en a un, lui aussi. Bien que l'un et l'autre affichent leur foi catholique, « ils sont aussi des adeptes de la pensée de Sai Baba, un très controversé maître spirituel indien décédé en 2011 », explique l'analyste politique Tony De Viveiros.

Avec Chávez, c'est une autre histoire. Et celle-là est politique. Jusqu'à sa mort, le 5 mars, des suites d'un cancer, Flores fut l'un des plus indéfectibles soutiens du Comandante. C'est elle qui, en tant qu'avocate, obtint par exemple sa libération, en 1994. Quatre ans plus tard, elle participa activement à sa campagne électorale victorieuse.

Agressive

Membre du Mouvement révolutionnaire bolivarien (MBR-200), ancêtre du PSUV, elle est élue en 2000 députée à l'Assemblée nationale, puis réélue cinq ans plus tard. En 2006, elle succède à Maduro, nommé ministre des Affaires étrangères, à la présidence de la Chambre - elle est la première femme dans ce cas. Réputée pour son intransigeance, elle se montre parfois agressive, ce qui lui vaut de la part de l'opposition de virulentes critiques. En janvier 2012, sachant qu'il peut compter sur elle en toutes circonstances, Chávez la nomme procureure générale de la République. C'est donc elle qui, à ce titre, reportera sine die la prestation de serment du président malade - celle-ci aurait dû avoir lieu le 10 janvier dernier.

Tout le monde à Caracas semble en être convaincu : l'influence de Cilia Flores sur le nouveau président est considérable. Tant qu'elle sera à ses côtés, le chavisme pur et dur aura de beaux jours devant lui. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers