Extension Factory Builder
16/05/2013 à 16:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef sud-africain Hilton Little. Le chef sud-africain Hilton Little. © DR

Hilton Little a côtoyé les trois derniers présidents sud-africains. Confessions d'un homme pour qui cuisine et diplomatie ne sont jamais très éloignées.

Jeune Afrique : Cuisiner, dites-vous, c'est savoir être diplomate...

Hilton Little : Oui. Notre rôle, quand des chefs d'État se réunissent pour parler de choses graves, est de créer une atmosphère conviviale grâce à nos plats. Nous n'avons pas droit à l'erreur et préparons tout minutieusement : on veille à la qualité des plats, à la subtilité de la décoration de table, au choix du vin... Nous devons nous assurer qu'aucun impair ne sera commis qui embarrasserait le président. Ce qui nous ramène à ce que Talleyrand disait à Napoléon : « Donnez-moi de bons cuisiniers et je vous donnerai de bons traités. »

Combien de personnes dirigez-vous ?

Ma brigade de cuisine se compose de deux chefs assistants, d'un assistant de cuisine et de quatre « stewards ». Une petite équipe, donc, mais nous pouvons cuisiner pour 150 personnes, voire plus. Mes journées débutent très tôt le matin. Je commence par faire le tour des cuisines et m'assurer que tous les réfrigérateurs et les congélateurs sont à la bonne température, puis je crée le menu du jour en réfléchissant d'abord au plat principal. Je vais ensuite au potager pour cueillir les légumes du jour, puis au marché pour acheter la viande que j'aime choisir moi-même. Mais on n'achète rien qui soit déjà préparé.

Quel est votre plus beau souvenir en tant que chef de président ?

Je me rappelle la première fois que j'ai cuisiné pour Nelson Mandela. J'attendais en cuisine, torturé à l'idée que ce que j'avais préparé pourrait ne pas lui plaire. J'étais terriblement inquiet. Une heure après, il m'a fait venir. J'ai cru que je n'avais pas été à la hauteur de ses attentes et que j'allais être congédié ! Au lieu de cela, il m'a dit que c'était l'un des meilleurs repas qu'il avait pris depuis longtemps ! Il m'a appelé « my son », et ce souvenir restera à jamais gravé en moi.

________

Propos recueillis par Haby Niakate

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue 'dircab' de ministère à 25 ans

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue "dircab" de ministère à 25 ans

Depuis les révélations du "Mail and Guardian" le weekend dernier sur le parachutage de Thuthukile Zuma, la fille du président sud-africain, au poste de directeur de cabinet au ministère des T&[...]

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers