Extension Factory Builder
01/05/2013 à 11:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Figure de la lutte pour l'indépendance, Ferhat Hached a été assassiné en 1952. Figure de la lutte pour l'indépendance, Ferhat Hached a été assassiné en 1952. © Archives Jeune Afrique

Après Habib Bourguiba et Mohamed Bouazizi, c'est le fondateur de l'UGTT qui se voit dédier une place par la Ville de Paris. En Tunisie, l'héritage du syndicaliste est plus que jamais d'actualité.

Héros national abattu en 1952 par la Main rouge, officine de l'ombre liée aux services secrets français, Farhat Hached est aujourd'hui honoré par... la Ville de Paris. La mairie - et son édile, Bertrand Delanoë, natif de Tunis - a choisi symboliquement la veille du 1er mai, jour de la Fête du travail, pour donner son nom à une place du 13e arrondissement. Un paradoxe, alors que les autorités françaises n'ont jamais permis d'accéder au dossier de son assassinat. Antoine Méléro, ancien de la Main rouge, avait pourtant reconnu les faits en 2009.

Fondateur du mouvement syndical tunisien, Farhat Hached donna une nouvelle dynamique à la lutte pour l'indépendance en inscrivant le droit des travailleurs tunisiens parmi les revendications nationalistes et en orchestrant une véritable guérilla sociale contre les autorités du protectorat français. Respecté par les confédérations internationales, cet homme de réseaux fit campagne jusqu'aux États-Unis pour sensibiliser l'opinion à l'autodétermination de la Tunisie. Maghrébin avant l'heure, cet insulaire de Kerkennah soutint le projet d'une union syndicale nord-africaine.

Tribun

En Tunisie, le parcours de Farhat Hached reste d'une troublante actualité. Même après la révolution de 2011 et la fin de l'oppression politique, son ombre plane encore sur l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), puissante centrale ouvrière qu'il avait créée en 1946 pour structurer une société civile qui soit partie prenante de la vie politique. Le syndicat se montre d'ailleurs très susceptible lorsqu'on touche à son tribun emblématique. Quand des membres de la Ligue de protection de la révolution, une milice pro-islamiste, ont attaqué le siège de l'UGTT en marge de la commémoration de son assassinat, le 4 décembre 2012, le pays a été au bord de la grève générale.

Mais la mémoire de Farhat Hached relève aussi d'un devoir familial. Noureddine, son fils, valorise son héritage via l'Association tunisienne d'études historiques et de recherche sociale, et projette la création d'une fondation. Farah, sa petite-fille, milite quant à elle pour la préservation des archives nationales, dont celles de la police politique. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex