Extension Factory Builder
26/04/2013 à 12:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Numéro deux de la Séléka, Noureddine Adam est l'un des tombeurs de Bozizé. Numéro deux de la Séléka, Noureddine Adam est l'un des tombeurs de Bozizé. © Vincent Fournier/J.A.

Ministre d'État chargé de la Sécurité, le nordiste Noureddine Adam paraît le seul à pouvoir garder un tant soit peu le contrôle de la situation dans une Centrafrique en proie à l'anarchie et aux pillages.

Si tant est qu'une coalition d'ex-rebelles, qui éprouve manifestement les pires difficultés à mettre un terme à l'anarchie un mois après s'être emparée du pouvoir, puisse avoir un homme fort, Noureddine Adam, 43 ans, est celui-là. Parmi les colonels et généraux autoproclamés qui ont mis en déroute François Bozizé et ce qui restait de l'armée centrafricaine, il est le plus ancien dans le grade le plus élevé, et sans doute le plus fiable. À l'hôtel Ledger où il a pris ses quartiers, aux côtés du nouveau président Michel Djotodia, le portable du ministre d'État chargé de la Sécurité et de l'Ordre public ne cesse de sonner. À l'autre bout du fil, les appels angoissés d'opérateurs économiques, d'ONG ou d'expatriés qui tous sollicitent son intervention pour sécuriser leurs biens menacés par les pillards. Autant dire que, depuis le 24 mars, cet homme rugueux et taiseux ne chôme guère.

Contrairement à la rumeur, qui voit en lui un Tchadien, Noureddine Adam est un Centrafricain, de ce Nord-Est longtemps oublié, là où il est souvent difficile de démêler un habitant de la Vakaga d'un originaire du Salamat. Nordiste d'ethnie rounga, né à Ndélé et musulman (son père a été l'iman du quartier Miskine à Bangui), donc doublement minoritaire, il opte très tôt pour l'expatriation. Au Soudan tout d'abord, puis en Égypte, où il intègre l'Académie de police du Caire dont il sortira diplômé au milieu des années 1990.

Noureddine Adam ne s'étend guère sur ses quatorze mois de formation d'élite au sein des forces spéciales israéliennes.

Suit alors un épisode étrange sur lequel Noureddine Adam ne s'étend guère : quatorze mois de formation d'élite au sein des forces spéciales israéliennes. Un label de professionnalisme qui lui permet d'être recruté en 2003 au sein de la protection rapprochée de Cheikh Zayed à Abou Dhabi. En 2007, il démissionne et installe à son compte une petite société de sécurité à Sharjah, toujours aux Émirats. Puis c'est l'appel du pays : de retour dans le nord de la Centrafrique via le Tchad, Adam rejoint fin 2009 la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), un mouvement politico-militaire alors dirigé par Charles Massi.

Allégeances

Pendant trois ans, Noureddine Adam passe le plus clair de son temps entre le maquis et le Tchad où il connaît des fortunes diverses, un moment arrêté pour connivences supposées avec les rebelles qui combattent Idriss Déby Itno, puis soutenu au point de passer bientôt pour « l'homme de N'Djamena ». On le voit rarement à Bangui, où François Bozizé, qui n'est jamais parvenu à le « retourner », se méfie de lui. Numéro deux de la Séléka dès sa création en août 2012, il est l'un des signataires des accords de paix de Libreville de janvier 2013 avec le grade de général trois étoiles, sans cacher pour autant ses allégeances : c'est de N'Djamena qu'il débarque dans la capitale gabonaise pour participer aux pourparlers et c'est à N'Djamena qu'il s'en retourne, une fois ceux-là conclus. Début mars, ses troupes sont les premières à violer le cessez-le-feu en s'emparant de Sido, à la frontière tchadienne, puis de Bangassou. La suite est connue : feignant de négocier, Adam regagne Bangui mais roule tout le monde dans la farine avant de réapparaître à Sibut, d'où il déclenche l'offensive finale.

Depuis, cet arabisant au français heurté et qui ne se sépare jamais de sa canne de commandement s'efforce avec peine de ramener un semblant d'ordre. Celui qui dit être entré en rébellion pour lutter contre « les inégalités et les injustices » dont seraient victimes les Centrafricains du Nord fait déjà l'objet de bien des spéculations. En cause : ses relations distantes avec le président autoproclamé Michel Djotodia, à peine installé et déjà mal vu à N'Djamena...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Terrorisme : le sommet contre Boko Haram se tiendra à Malabo le 8 avril

Près d’un mois et demi après avoir été évoqué une première fois, le sommet extraordinaire sur la stratégie de lutte contre Boko Haram réunissant les chefs d&r[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui "noircit&[...]

"The Daily Show" : l'humoriste sud-africain Trevor Noah succèdera à Jon Stewart

La chaîne câblée américaine Comedy Central a dévoilé le nom de celui qui succédera à Jon Stewart à la tête du "Daily Show" : il s'agit de l'humoriste sud[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre [...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart p[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de l’universit&eac[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr, a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste é[...]

Nigeria : vote jugé "démocratique" par l'UA, mais le dépouillement reste sujet à caution

Les premières tendances de l'élection présidentielle au Nigeria sont attendues dans la journée. Un scrutin d'ores et déjà jugé démocratique par l'Union africaine et plusieu[...]

États-Unis : Barack Obama se rendra au Kenya en juillet

Le président américain, Barack Obama, effectuera en juillet sa première visite officielle au Kenya à l'occasion de la 6e édition du sommet global de l'entrepreneuriat organisé à Nai[...]

Karim Bitar : "Au Yémen, un nouvel épisode de la confrontation irano-saoudienne"

Spécialiste du Moyen-Orient à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), Karim Bitar analyse le conflit au Yémen et l'intervention directe de l'armée saoudienne contre[...]

La Côte d'Ivoire veut sa part du marché du chocolat

Si l'exportation de fèves de cacao a rapporté plus de 2 milliards d'euros aux producteurs ivoiriens l'an dernier, ces profits pèsent peu par rapport aux revenus de la fabrication de chocolat, un marché [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2728p020.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2728p020.xml0 from 172.16.0.100