Extension Factory Builder
03/04/2013 à 18:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Affiche du film 'Kinshasa Kids'. Affiche du film "Kinshasa Kids". © DR

"Kinshasa Kids", de Marc-Henri Wajnberg, plonge le spectateur dans le quotidien d'enfants des rues de Kin accusés de sorcellerie. Parmi eux, huit laissés-pour-compte parviennent à former un groupe musical.

La première scène du film est impressionnante. On y voit des enfants en pleurs, épouvantés, subir une terrible séance d'exorcisme collectif sous les yeux de leurs parents ou de proches en transe. Si ceux-ci les ont amenés dans ce véritable lieu de supplice afin si possible de les « désenvoûter » au cours de la cérémonie, c'est parce qu'ils accusent ces enfants des rues, ou « shégués », d'être des enfants sorciers, et par là même la cause des problèmes rencontrés par leur entourage. Mais l'une des victimes de ces pratiques cruelles, le petit José, va réussir à s'enfuir et entraînera à sa suite le spectateur dans les rues de Kinshasa, où il va rejoindre l'une de ces bandes de jeunes qui comme lui sont désormais sans famille.

Papa Wemba

Tourné le plus souvent à la manière d'un documentaire, bien qu'il s'agisse pour l'essentiel d'une fiction, Kinshasa Kids s'attache aux pas du groupe de huit « shégués » qui a « adopté » José. Vivant de rapines ou de petits travaux au marché, ces enfants rêvent de former un groupe musical. Leur rêve deviendra réalité grâce au lunaire « Bebson de la rue », un rappeur et guitariste mystique et incontrôlable qui s'improvise manageur et leur permet de se produire lors d'un étonnant concert en plein air qui donne au film des airs de remake du célèbre long-métrage sur Staff Benda Bilili.

Kinshasa kids, dans lequel le maître de la rumba Papa Wemba lui-même fait une apparition, tient ainsi à la fois du reportage sur la vie de ces enfants des rues - ils seraient au moins 25 000 - et des « gens de peu » dans la capitale de la RDC, et du film musical. À la fois cri de révolte, hymne à la liberté et improvisation joyeuse. Sympathique et tonifiant. 

 Bande annonce de "Kinshasa kids"

_________

- "Kinshasa kids", de Marc-Henri Wajnberg, en salle le 3 avril.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

France : crispations dans le monde de l'art après l'attentat contre 'Charlie Hebdo'

France : crispations dans le monde de l'art après l'attentat contre "Charlie Hebdo"

Après les attentats des 7 et 9 janvier à Paris, plusieurs oeuvres d'art ayant trait à l'islam ont été censurées en France. Le phénomène n'est pas nouveau : art et religion[...]

Nord du Nigeria : deux attentats suicides font des dizaines de victimes

Deux gares routières situées à Kona et à Biu, au nord du Nigeria, ont été la cible d'attentats suicides à deux jours d'intervalle. Au total, plus d'une cinquantaine de personnes aur[...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

"American Sniper" : quand Eastwood se tire une balle dans le pied

Annoncé en grande pompe, le nouveau long métrage de Clint Eastwood, American Sniper, relate le parcours d'un tireur d’élite de l'armée américaine connu pour ses exploits sanglants en Irak. [...]

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Le gouvernement Valls lance une grande réforme de l'islam de France

Le gouvernement français a annoncé mercredi le lancement d’une grande réforme de l’islam de France autour d'une "instance de dialogue" censée mieux représenter les musulmans[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement condamn&eacu[...]

Côte d'Ivoire : les frondeurs du PDCI n'iront pas au congrès du parti

La crise consécutive à "l'appel de Daoukro" n'en finit pas de secouer le PDCI. Quatre opposants au leadership d'Henri Konan Bédié ont annoncé jeudi qu'ils boycotteront le prochain congr[...]

Quand Dieudonné rend visite à Ahmadinejad pour lui remettre une "quenelle d'or"

L’humoriste très controversé Dieudonné a rendu visite à Mahmoud Ahmadinejad en Iran à la mi-février. Visite discrète durant laquelle le polémiste a remis une "qu[...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef. Mal[...]

Canada : David Muipatayi alias ZPN, autoentrepreneur du hip-hop

Figure montante du hip-hop, ce jeune Congolais est installé dans la province canadienne de l'Ontario, où il produit ses propres disques. En attendant de percer à l'international.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2725p124-125.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2725p124-125.xml0 from 172.16.0.100