Extension Factory Builder
03/04/2013 à 14:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Après une fusillade dans le 13e arrondissement, le 13 mars. Après une fusillade dans le 13e arrondissement, le 13 mars. © AFP

Vingt-quatre morts dans des règlements de comptes, souvent liés au trafic de drogue, en 2012... Déjà cinq depuis le début de l'année...

Une dentiste abattue dans son cabinet le 19 mars... Un homme blessé par balles de 11,43 dans le quartier de l'Estaque le 22... Un gérant de cercle sportif blessé par une arme de gros calibre le 23, dans ce que l'on appelle les quartiers nord... Ces deux dernières victimes ont eu de la chance. La particularité des règlements de comptes marseillais est de se conclure le plus souvent par un « barbecue », pratique qui consiste à brûler les corps dans une voiture pour faire disparaître les indices.

Bref, Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, est fondé à estimer que « Marseille crève de cette culture de la violence, qui gangrène ses quartiers ». C'est le royaume du carjacking (piraterie routière), de l'arrachage de collier sur des personnes âgées et des attaques de train. Dans une vingtaine de cités, le trafic de drogue prospère. Comment les « minots » pourraient-ils résister à la tentation de faire le guet pour 50 euros par jour au profit de caïds qui ont pignon sur rue dans les cités de Bassens, des Oliviers ou de La Cayolle ? Née dans les quartiers nord, la sénatrice socialiste Samia Ghali réclame l'intervention de l'armée pour ramener l'ordre. Elle le sait, elle le clame : « Le premier employeur des jeunes dans les cités, c'est le trafic des stupéfiants, qui fait vivre des familles entières. » Et qui pousse les trafiquants à s'entretuer à la kalachnikov.

Carjacking, arrachages de colliers, attaques de trains... Bienvenue dans les quartiers nord !

Droite et gauche se renvoient la responsabilité de cette déshérence urbaine. La vérité est qu'elles ont l'une et l'autre fait preuve d'insouciance. Après le 11 septembre 2001, elles se sont gargarisées du fait que Marseille était une ville d'immigration forte et ancienne, où l'intégration avait toujours bien marché. De fait, il n'y eut ni flambée de violence dans les cités, ni terrorisme islamiste comme à Toulouse ou à Lyon. On invoqua une oasis marseillaise, où les zones franches, l'Olympique de Marseille et la présence d'associations d'insertion empêchaient le tissu social de se déchirer.

Ripoux

Pour comprendre l'étendue du mal, il a fallu 24 morts dans des règlements de comptes en 2012 (5 depuis le début cette année) et l'arrestation de 7 policiers « ripoux » de la Brigade anticriminalité (BAC) qui revendaient la drogue saisie chez les dealers. La mainmise des gangs sur la ville « hérissant la fibre républicaine » de Manuel Valls, le ministre s'est résolu à lancer une reconquête à la hussarde : dissolution de la BAC, envoi en renfort de 240 CRS et gendarmes mobiles, doublement des policiers « VTTistes » chargés de traquer les agresseurs de vieilles dames, mise en place d'un groupe de « ninjas » équipés de puissantes motos pour poursuivre les dealers, etc.

La stratégie est simple : les forces de l'ordre entrent dans une cité, interpellent les suspects et arrêtent les coupables. Puis on enlève les carcasses de voitures brûlées, on repeint les cages d'escalier et on rétablit la lumière. Interviennent ensuite les services sociaux et les associations d'insertion. Il faudra maintenir longtemps cette pression et réussir la réhabilitation des quartiers pour que ce retour à la normale survive à une réduction du déploiement policier. Il faudra aussi que les élites locales, de Jean-Noël Guérini, le président socialiste du conseil général mis en examen pour association de malfaiteurs, à la députée Sylvie Andrieux, socialiste elle aussi, citée en correctionnelle pour détournement de fonds publics, cessent de donner le mauvais exemple.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Aqpa - Yémen : 205 attaques, dont celle de 'Charlie Hebdo', en seulement trois mois

Aqpa - Yémen : 205 attaques, dont celle de "Charlie Hebdo", en seulement trois mois

Comme une ONG sérieuse, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a publié un rapport trimestriel de ses activités, incluant notamment l'attaque en France contre le journal "Charlie Hebdo&q[...]

France : le corps d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, rapatrié à Paris

Le corps du Français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité en septembre par des jihadistes algériens, a été rapatrié en France, onze jours après sa[...]

Daesh : revers à Kobané, coup d'arrêt à l'expansion jihadiste en Syrie

Après quatre mois de violents combats, l'État islamique (EI) a été chassé de la ville syrienne de Kobané par les forces kurdes. C'est la plus importante défaite du groupe jihadiste[...]

"Danser les ombres" de Laurent Gaudé : Haïti entre la vie et la mort

L'histoire du dernier roman de Laurent Gaudé, "Danser les ombres", se situe à Haïti, au moment du tremblement de terre de janvier 2010.[...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Le corps du Français Hervé Gourdel, décapité en Algérie, sera rapatrié lundi

Le corps du touriste français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, doit être transféré lundi vers la France, douze jours[...]

France : presque autant d'actes antimusulmans depuis le 7 janvier que pour toute l'année 2014

Avec 128 faits recensés en deux semaines, les actes antimusulmans sont presque aussi nombreux depuis l'attentat contre Charlie Hebdo que pour toute l'année 2014.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2725p062.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2725p062.xml0 from 172.16.0.100