Extension Factory Builder
28/03/2013 à 09:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jürgen Trittin, le gauchiste, et Katrin Göring-Eckardt, la pragmatique. Jürgen Trittin, le gauchiste, et Katrin Göring-Eckardt, la pragmatique. © Steffi Loos/Sipa

Sociaux-démocrates du SPD ou chrétiens-démocrates de la CDU-CSU ? À six mois des législatives, les écologistes ne savent toujours pas avec qui ils vont s'allier ! Du coup, ils détiennent la clé du scrutin.

Les écologistes constituent une vraie force politique en Allemagne. Présent depuis trente ans au Parlement, le parti Bündnis 90/Die Grünen (Alliance 90/Les Verts) y détient actuellement 68 sièges. Selon toute apparence, il jouera un rôle central lors du prochain scrutin fédéral, en septembre. Les derniers sondages le créditant de 17 % des intentions de vote, contre 26 % pour les sociaux-démocrates du SPD et 40 % pour la CDU-CSU d'Angela Merkel, il est sollicité de toutes parts.

« Les Verts sont avant tout un parti centriste, voire libéral pour sa branche pragmatique, analyse Isabelle Bourgeois, chargée de recherches au Centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine (Cirac). Ils sont donc compatibles aussi bien avec la CDU qu'avec le SPD. » Un positionnement que reflète l'évolution de leur électorat depuis quelques années. D'un côté, ils attirent nombre d'électeurs sociaux-démocrates désorientés par le virage à gauche du SPD. De l'autre, comme l'explique Michael Lühmann, auteur d'une étude sur ce thème, ils séduisent un nombre croissant d'électeurs conservateurs - agriculteurs et entrepreneurs, notamment - sensibles aux considérations environnementales

Ministre-président du Land du Bade-Wurtemberg depuis 2011, Winfried Kretschmann incarne à merveille cette dualité. Pur produit des Grünen, qu'il cofonda dans sa région au début des années 1980, il défend une ligne conservatrice, ce qui ne l'a nullement empêché de s'allier avec le SPD pour arracher à la CDU un fief qu'elle détenait depuis soixante ans !

Mais laisser toutes les portes ouvertes sans heurter la sensibilité de ses électeurs n'est pas aisé. Il y a un an, Horst Seehofer, chef de la puissante CSU (la branche bavaroise de la CDU), excluait toute alliance avec les Verts. Il est beaucoup moins catégorique aujourd'hui, mais continue de privilégier une alliance avec les libéraux du FDP. Le problème est qu'il est peu probable que ledit FDP obtienne beaucoup plus de 5 % des voix ! De même, les Verts inclinent plutôt pour la formation d'une coalition avec le SPD, comme ils le firent en Basse-Saxe, en janvier. Mais à Berlin, à l'inverse, une telle alliance n'a pas fonctionné. Du coup, Klaus Wowereit, le maire, a choisi de gouverner avec la CDU, alors que, au niveau national, une telle « grande coalition » est exclue, de part et d'autre. Au moins devant les caméras.

"Realos"

« Celui qui voudra s'associer avec nous devra accompagner le changement que s'efforcent de promouvoir les Verts », clarifie Katrin Göring-Eckardt (46 ans), tête de liste du parti pour les législatives. Née dans l'ex-RDA, elle est depuis 2005 vice-présidente du Bundestag et représente l'aile pragmatique du parti - les « realos », comme l'on dit ici. À l'opposé, Jürgen Trittin, qui fut ministre de l'Environnement dans le gouvernement de Gerhard Schröder (1998-2005), est le chef de file de l'aile gauche. De quel côté penchera la balance ?

Côté programme, « Bündnis 90/Die Grünen n'est pas seulement un parti d'opposition, poursuit Isabelle Bourgeois. C'est un vrai parti de gouvernement capable aussi bien d'entreprendre une réforme des retraites que de travailler à la réduction des déficits. » Au-delà du « tournant énergétique » (la sortie du nucléaire), on trouve dans ses propositions l'instauration d'un salaire minimum et l'amélioration de la compétitivité des entreprises. Même de possibles augmentations des impôts ne sont pas a priori exclues ! Un tel réalisme a de quoi séduire une large partie de l'électorat.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2724p058.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2724p058.xml0 from 172.16.0.100