Extension Factory Builder
28/03/2013 à 13:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le souverain héchémite Abdallah II, en mars. Le souverain héchémite Abdallah II, en mars. © Youssef allan/AP/Sipa

Dans un entretien avec un journaliste américain, le roi de Jordanie Abdallah II donne son avis sur son entourage, sa famille, les dirigeants des pays voisins, la diplomatie américaine... Décapant.

Le roi Abdallah II de Jordanie est un habitué des médias. Ses interviews et ses livres sont si nombreux qu'on avait fini par s'en lasser. Jusqu'à ce très long portrait que lui consacre la revue américaine The Atlantic, à la veille de la visite que devait lui rendre le président Barack Obama. L'auteur, Jeffrey Goldberg, connaît le souverain hachémite depuis quinze ans, et une certaine complicité s'est instaurée entre eux. L'article commence d'ailleurs par le récit d'une virée commune dans un hélicoptère piloté par Abdallah en personne.

Ce qui frappe dans cette interview, c'est la franchise du roi, totalement inédite. Apparemment, Sa Majesté s'estime bien mal entourée. Par les chefs tribaux, que le souverain compare à des « dinosaures » ; par ses services de renseignements, qui bloquent ses tentatives de réformer la représentation des Palestiniens de Jordanie ; par les Frères musulmans, ses principaux opposants, qu'il dépeint comme des « loups grimés en agneaux » se livrant à un « culte maçonnique » ; par les membres de sa famille, à qui il a fait part, après dix ans de règne, de son désir d'abdiquer et qui ont refusé pour conserver tous les avantages liés à leur statut de « princes détachés de la politique », et pour qui il est donc « plus facile d'être partisans d'une monarchie absolue ».

Le Turc Erdogan ? un faux démocrate. L'Égyptien Morsi ? Un type sans envergure. Le Syrien Assad ? Un provincial.

Grade

Les dirigeants de la région ne trouvent pas davantage grâce à ses yeux. Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre turc, qui a dit : « La démocratie est un trajet de bus : "une fois arrivé, je descends" » ; le président égyptien Mohamed Morsi, « un type sans envergure » ; son homologue syrien, Bachar al-Assad, un « provincial », qui ne « connaît pas le sens du mot jetlag ». Même les diplomates américains en prennent pour leur grade : « Quand vous allez au département d'État [pour parler des islamistes], ils ont l'air de dire : "Ça, c'est le point vue des libéraux" ». Et il s'étrangle de constater que, pour certains Occidentaux, « le seul chemin menant à la démocratie passe par les Frères musulmans ».

De mémoire d'orientaliste, jamais chef d'État ne s'était à ce point livré, face un journaliste, occidental et juif de surcroît. Le souverain hachémite a-t-il sous-estimé la portée de ses propos ? Un communiqué de la Maison royale a tenté de prendre ses distances avec les analyses que Jeffrey Goldberg tire des propos d'Abdallah, qu'elle qualifie de « parfois imprécises et infidèles ». Mais le mal (ou le coup de com ?) est fait.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2724p017.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2724p017.xml0 from 172.16.0.100