Extension Factory Builder
28/03/2013 à 13:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le souverain héchémite Abdallah II, en mars. Le souverain héchémite Abdallah II, en mars. © Youssef allan/AP/Sipa

Dans un entretien avec un journaliste américain, le roi de Jordanie Abdallah II donne son avis sur son entourage, sa famille, les dirigeants des pays voisins, la diplomatie américaine... Décapant.

Le roi Abdallah II de Jordanie est un habitué des médias. Ses interviews et ses livres sont si nombreux qu'on avait fini par s'en lasser. Jusqu'à ce très long portrait que lui consacre la revue américaine The Atlantic, à la veille de la visite que devait lui rendre le président Barack Obama. L'auteur, Jeffrey Goldberg, connaît le souverain hachémite depuis quinze ans, et une certaine complicité s'est instaurée entre eux. L'article commence d'ailleurs par le récit d'une virée commune dans un hélicoptère piloté par Abdallah en personne.

Ce qui frappe dans cette interview, c'est la franchise du roi, totalement inédite. Apparemment, Sa Majesté s'estime bien mal entourée. Par les chefs tribaux, que le souverain compare à des « dinosaures » ; par ses services de renseignements, qui bloquent ses tentatives de réformer la représentation des Palestiniens de Jordanie ; par les Frères musulmans, ses principaux opposants, qu'il dépeint comme des « loups grimés en agneaux » se livrant à un « culte maçonnique » ; par les membres de sa famille, à qui il a fait part, après dix ans de règne, de son désir d'abdiquer et qui ont refusé pour conserver tous les avantages liés à leur statut de « princes détachés de la politique », et pour qui il est donc « plus facile d'être partisans d'une monarchie absolue ».

Le Turc Erdogan ? un faux démocrate. L'Égyptien Morsi ? Un type sans envergure. Le Syrien Assad ? Un provincial.

Grade

Les dirigeants de la région ne trouvent pas davantage grâce à ses yeux. Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre turc, qui a dit : « La démocratie est un trajet de bus : "une fois arrivé, je descends" » ; le président égyptien Mohamed Morsi, « un type sans envergure » ; son homologue syrien, Bachar al-Assad, un « provincial », qui ne « connaît pas le sens du mot jetlag ». Même les diplomates américains en prennent pour leur grade : « Quand vous allez au département d'État [pour parler des islamistes], ils ont l'air de dire : "Ça, c'est le point vue des libéraux" ». Et il s'étrangle de constater que, pour certains Occidentaux, « le seul chemin menant à la démocratie passe par les Frères musulmans ».

De mémoire d'orientaliste, jamais chef d'État ne s'était à ce point livré, face un journaliste, occidental et juif de surcroît. Le souverain hachémite a-t-il sous-estimé la portée de ses propos ? Un communiqué de la Maison royale a tenté de prendre ses distances avec les analyses que Jeffrey Goldberg tire des propos d'Abdallah, qu'elle qualifie de « parfois imprécises et infidèles ». Mais le mal (ou le coup de com ?) est fait.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Documentaire : 'Eau argentée', contre la guerre

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre réquisitoir[...]

État palestinien : comment la France a (presque) dit oui...

Après leurs homologues britanniques, irlandais et espagnols, les députés français ont à leur tour invité leur gouvernement  à reconnaître l'État de[...]

Le pétrole sera moins cher

L'année 2014 ne s'achève que dans trois semaines, mais 2015 occupe déjà tous les esprits. Je vous propose donc de commencer à nous interroger sur ce que promet de nous apporter[...]

Cisjordanie : un ministre de l'Autorité palestinienne meurt dans des heurts avec des soldats israéliens

Il manifestait pacifiquement contre les confiscations de terres, près de Ramallah, en Cisjordanie. Victime, selon un de ses collaborateurs, d'un coup de crosse porté par un soldat israélien, Ziad Abou[...]

Migration clandestine : la Méditerranée, "route la plus mortelle du monde" en 2014

En 2014, 3 419 migrants en quête d’un avenir meilleur ont perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée, selon un rapport rendu public mercredi par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les[...]

Sous pression, le Qatar officialise son rapprochement avec l'Égypte

La crise ouverte au sein des monarchies pétro-gazières du Golfe par le soutien du Qatar aux Frères musulmans persécutés en Égypte est désormais officiellement refermée. Dans[...]

Islam : le cheikh d'Al-Azhar condamne la "barbarie" de l'État islamique

Ahmed al-Tayeb, le cheikh d'Al-Azhar, a condamné mercredi les "crimes barbares commis par le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie" lors d'une conférence internationale.[...]

Les députés français adoptent une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien

Les députés français ont adopté mardi une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien. Ce texte n'est toutefois pas contraignant pour l'État français.[...]

Iran : Soleimani le magnifique

Coordinateur de la résistance chiite irakienne contre l'État islamique, le chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution a été élevé au rang de[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers