Extension Factory Builder
28/03/2013 à 13:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le souverain héchémite Abdallah II, en mars. Le souverain héchémite Abdallah II, en mars. © Youssef allan/AP/Sipa

Dans un entretien avec un journaliste américain, le roi de Jordanie Abdallah II donne son avis sur son entourage, sa famille, les dirigeants des pays voisins, la diplomatie américaine... Décapant.

Le roi Abdallah II de Jordanie est un habitué des médias. Ses interviews et ses livres sont si nombreux qu'on avait fini par s'en lasser. Jusqu'à ce très long portrait que lui consacre la revue américaine The Atlantic, à la veille de la visite que devait lui rendre le président Barack Obama. L'auteur, Jeffrey Goldberg, connaît le souverain hachémite depuis quinze ans, et une certaine complicité s'est instaurée entre eux. L'article commence d'ailleurs par le récit d'une virée commune dans un hélicoptère piloté par Abdallah en personne.

Ce qui frappe dans cette interview, c'est la franchise du roi, totalement inédite. Apparemment, Sa Majesté s'estime bien mal entourée. Par les chefs tribaux, que le souverain compare à des « dinosaures » ; par ses services de renseignements, qui bloquent ses tentatives de réformer la représentation des Palestiniens de Jordanie ; par les Frères musulmans, ses principaux opposants, qu'il dépeint comme des « loups grimés en agneaux » se livrant à un « culte maçonnique » ; par les membres de sa famille, à qui il a fait part, après dix ans de règne, de son désir d'abdiquer et qui ont refusé pour conserver tous les avantages liés à leur statut de « princes détachés de la politique », et pour qui il est donc « plus facile d'être partisans d'une monarchie absolue ».

Le Turc Erdogan ? un faux démocrate. L'Égyptien Morsi ? Un type sans envergure. Le Syrien Assad ? Un provincial.

Grade

Les dirigeants de la région ne trouvent pas davantage grâce à ses yeux. Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre turc, qui a dit : « La démocratie est un trajet de bus : "une fois arrivé, je descends" » ; le président égyptien Mohamed Morsi, « un type sans envergure » ; son homologue syrien, Bachar al-Assad, un « provincial », qui ne « connaît pas le sens du mot jetlag ». Même les diplomates américains en prennent pour leur grade : « Quand vous allez au département d'État [pour parler des islamistes], ils ont l'air de dire : "Ça, c'est le point vue des libéraux" ». Et il s'étrangle de constater que, pour certains Occidentaux, « le seul chemin menant à la démocratie passe par les Frères musulmans ».

De mémoire d'orientaliste, jamais chef d'État ne s'était à ce point livré, face un journaliste, occidental et juif de surcroît. Le souverain hachémite a-t-il sous-estimé la portée de ses propos ? Un communiqué de la Maison royale a tenté de prendre ses distances avec les analyses que Jeffrey Goldberg tire des propos d'Abdallah, qu'elle qualifie de « parfois imprécises et infidèles ». Mais le mal (ou le coup de com ?) est fait.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Le Yémen, l'eau, la guerre

Il y a plus d'une vingtaine d'années, un chercheur canadien, appelons-le Stéphane L., était venu nous rendre visite au centre de recherche où je travaillais alors, à l'École des mi[...]

Yémen : Abd Rabbo Mansour Hadi, sans fleurs ni couronne

Vaincu par la milice chiite houthiste, le président du Yémen a fui le pays. Ce n'est pas la gloire, aux yeux de ses compatriotes...[...]

"Taxi Téhéran" : la caméra sur 4 roues de Jafar Panahi

Depuis qu'Abbas Kiarostami a cessé de tourner en Iran et se fait rare, le cinéma de la République islamique n'a plus qu'un fer de lance capable de s'imposer sur le plan international : Jafar Panahi. [...]

État islamique : vivre le califat

Le seul nom de Daesh, auteur de violentes exactions, suscite la terreur. Mais sur les territoires conquis, le groupe tente aussi de gagner les coeurs et les esprits et de s'imposer en tant qu'État.[...]

Émirats arabes unis : des ouvriers se révoltent et incendient leur chantier

Des ouvriers travaillant à la construction d'un campus universitaire, dans le nord des Émirats arabes unis, se sont révoltés en incendiant une partie des bâtiments de leur chantier. Des[...]

Israël - Palestine : Tony Blair, envoyé spécieux

Chargé de favoriser le processus de paix, il aura surtout profité de sa position pour s'en mettre plein les poches. À la grande consternation des Palestiniens.[...]

Mathieu Guidère : "La compétition d'Aqmi et de l'État islamique en Tunisie est un facteur aggravant"

L'attraction du groupe terroriste de l'État islamique sur les jihadistes africains se fait de plus en plus forte. Décryptage des conséquences de ce phénomène avec l'islamologue Mathieu[...]

Yémen : les rebelles chiites Houthis s'emparent du palais présidentiel à Aden

Nouveau succès militaire des Houthis et leurs alliés au Yémen : les rebelles chiites ont mis la main sur le palais présidentiel de la ville d'Aden jeudi, huit jours après le début de la[...]

Yémen : des dizaines de civils tués dans des frappes de la coalition arabe

Une frappe aérienne de la campagne militaire arabe au Yémen a touché, lundi, un camp de déplacés situé dans le nord-ouest du pays. Des dizaines de civils ont été[...]

Yémen : le jihad des Saoud

D'un côté, une rébellion houthiste soutenue par l'Iran. De l'autre, Tempête décisive, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. Au milieu de ce champ de bataille entre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2724p017.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2724p017.xml0 from 172.16.0.100