Extension Factory Builder
28/03/2013 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La reddition de Bosco Ntaganda a eu lieu à Kigali, le 18 mars. La reddition de Bosco Ntaganda a eu lieu à Kigali, le 18 mars. © Alain Wandimoyi/AP/Sipa

Recherché depuis sept ans par la Cour pénale internationale, celui qui a été de toutes les rébellions de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a déposé les armes, et s'est rendu à la CPI. Lâché par ses alliés, cerné par ses ennemis, Bosco Ntaganda avait d'autre choix ?

Jusqu'au bout, « Terminator » aura été fidèle à sa sinistre réputation. Encerclé par un groupe rebelle rival depuis le début de ce mois de mars, Bosco Ntaganda a continué, selon des sources concordantes, à ordonner l'exécution de ses propres hommes suspectés de vouloir déserter. Mais cette fois, la terreur n'a pas suffi à lui sauver la mise. Après sept années passées à fuir un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), l'homme qui a été de toutes les rébellions de l'est de la RDC a fini par capituler en se livrant de lui-même à l'ambassade des États-Unis de Kigali, le 18 mars, à l'aube. Il a été transféré vers La Haye quatre jours plus tard.

>> Voir la carte interactive des milices de l'est de la RDC

Né à Kinigi, au Rwanda, en 1973, il passe une partie de son adolescence en RDC, avant de rejoindre, en 1990, le Front patriotique rwandais (FPR). Le parti, qui prendra le pouvoir en 1994, mettant fin au génocide, était alors une rébellion tutsie basée en Ouganda. En 1996, Ntaganda retourne en RDC avec l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), la rébellion - soutenue, entre autres, par le Rwanda - qui portera Laurent-Désiré Kabila au pouvoir à Kinshasa.

Atrocités

C'est entre 2002 et 2003, en Ituri (nord-est de la RDC), qu'il aurait commis les pires atrocités, au sein des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), un autre groupe rebelle : il est notamment soupçonné d'avoir enrôlé des enfants-soldats, selon le procureur de la CPI, qui émet un mandat d'arrêt international en 2006. Ntaganda est alors membre d'un autre mouvement rebelle dans le Nord-Kivu, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda. Après avoir trahi ce dernier, début 2009, il en prend la tête et signe les accords de paix du 23 mars avec Kinshasa. Sa « cavale » devient très confortable : il est intégré à l'armée congolaise avec le grade de général, vit tranquillement à Goma et s'enrichit grâce à de juteux trafics.

Le décor change au début de 2012. Ntaganda redoute d'être arrêté par Kinshasa (qui subit une intense pression internationale en ce sens), d'autant que Thomas Lubanga, l'un de ses anciens camarades des FPLC, est condamné par la CPI à 14 ans de prison. Il se mutine avec ses hommes, tout comme un autre officier tutsi, Sultani Makenga, qui crée le Mouvement du 23 Mars (M23). D'après les rapports du groupe d'experts de l'ONU pour la RDC, Ntaganda joue un rôle central dans ce mouvement soutenu par le Rwanda - ce que Kigali a toujours démenti.

Défections

Mais son statut de criminel de guerre présumé devient de plus en plus pesant pour un M23 en quête de reconnaissance internationale. Dans une interview accordée à J.A. en novembre 2012, à Goma, Makenga n'exclut pas de l'arrêter. En janvier 2013, les États-Unis mettent sa tête à prix. Ntaganda craint de faire les frais d'un accord entre le M23 et Kinshasa : ses alliés au sein de la rébellion font défection fin février pour affronter Makenga. Mais les combats tournent en faveur de ce dernier, et l'aide que Terminator espérait sans doute encore de Kigali ne vient pas.

Le 15 mars, la bataille est perdue. Ses derniers fidèles se réfugient au Rwanda, et Ntaganda ne réapparaît que trois jours plus tard, pour se rendre. Que s'est-il passé dans l'intervalle ? A-t-il cherché une protection au Rwanda ? Kigali affirme ignorer tout de sa présence sur son territoire. On peut en douter tant le système sécuritaire rwandais est efficace. Mais une infiltration discrète n'est pas totalement exclue : une partie de sa famille, résidant au Rwanda, a pu l'aider. « Les sources se contredisent, impossible de trancher avec certitude, indique Jason Stearns, chercheur au Rift Valley Institute. Ce qui est sûr, c'est qu'il se serait jamais rendu s'il ne s'était senti en danger de mort ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

En froid avec Kinshasa, les Nations unies souhaitent relancer la coopération "le plus vite possible" avec l'armée afin de neutraliser les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwa[...]

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

Les jeunes militant prodémocratie arrêtés par les autorités congolaises présentent des profils qui ne collent pas, mais alors pas du tout, avec le portrait qu'en fait Kinshasa. Explications.[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2724p014.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2724p014.xml0 from 172.16.0.100