Extension Factory Builder
16/03/2013 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Al-Jazira a été présentée comme le média des révolutions arabes. Al-Jazira a été présentée comme le média des révolutions arabes. © DR

Depuis le Printemps arabe, la chaîne qatarie, Al-Jazira, voit son audience progressivement grignotée par ses jeunes concurrentes nationales. Analyse d'un rapport interne confidentiel.

« The revolution will not be televised », clamait Gil Scott-Heron, le poète rappeur américain mort en mai 2011, au moment où Al-Jazira était portée par le vent printanier soufflant sur l'Afrique du Nord. Aujourd'hui, Al-Jazira est en nette perte de vitesse dans tous les pays du Maghreb, selon un rapport confidentiel interne. Présentée comme le média des révolutions arabes, la chaîne qatarie subit la concurrence accrue des chaînes nationales, revigorées par les soulèvements populaires et une parole libérée.

Le document, daté du 9 février 2013, donne des chiffres précis de mesure d'audience pour 2012. Alors qu'elle maintient globalement son avance sur sa concurrente directe saoudienne, Al-Arabiya, la chaîne du Qatar perd pied en Afrique du Nord, de l'Égypte au Maroc, avec un effondrement très net en Tunisie. En Égypte, Al-Jazira a été terrassée par la télévision locale privée ONTV, lancée en 2009 par le milliardaire copte Naguib Sawiris, vendue en décembre dernier au producteur tunisien Tarak Ben Ammar. En janvier 2012, ONTV dépassait les 10 millions d'auditeurs uniques par jour, alors qu'Al-Jazira restait au-­dessous de la barre des 3 millions. Plus impressionnante encore, la percée d'Ennahar TV en Algérie. Lancée en septembre 2012 par le quotidien arabophone éponyme, cette télévision satellitaire dépasse Al-Jazira deux mois plus tard. Cette dernière prend le phénomène très au sérieux et a commandé une étude plus fouillée pour le premier trimestre 2013. Dans la Libye post-Kadhafiste, Al-Jazira est ironiquement distancée, en novembre dernier, par Libya Al-Ahrar : une chaîne locale créée grâce au soutien du Qatar. Son fondateur libyen, Mahmoud Shammam, est un proche de l'émir et a même siégé au sein du conseil d'administration de la chaîne qatarie. Du côté de la Tunisie, berceau du Printemps arabe, la « CNN arabe » est aussi en fort recul. Son audience a été divisée par cinq en un an, s'établissant à 200 000 spectateurs en moyenne au quatrième trimestre 2012. Au Maroc aussi, l'audience recule nettement, de 2,5 millions à 1,8 million.

Pluralisme

Dans chacun de ces pays, au moins une télévision locale s'est affirmée. Pour Mohammed El Oifi, spécialiste des médias arabes et maître de conférences à Sciences-Po, « le recul d'Al-Jazira au Maghreb s'explique d'abord par le changement de contexte politique ». Pendant quinze ans, la chaîne qatarie a joué le rôle de « scène politique de substitution » dans un contexte autoritaire. Mais au fur et à mesure que le pluralisme et le débat politique reprennent leurs droits, l'avantage relatif d'Al-Jazira s'estompe. « Le téléspectateur arabe est un acteur rationnel, observe El Oifi. En Tunisie, il est logique que les citoyens regardent moins Al-Jazira puisqu'ils trouvent leur compte dans un paysage médiatique plus ouvert. »

Dans ce pays, mais aussi chez les voisins, la télé du présentateur vedette Ahmed Mansour et du « cheikh cathodique » Youssef al-Qaradawi est associée - à juste titre - aux Frères musulmans. Ceux-là ont toujours été représentés en force dans la rédaction, et, en interne, le point de rupture a visiblement été la couverture du conflit en Syrie. « La situation dans ce pays est devenue une véritable obsession pour le directeur de l'information de la chaîne », indique un bon connaisseur. Un temps pressenti pour prendre la tête de la rédaction, Ghassan Ben Jeddou a d'ailleurs quitté Al-Jazira pour cette raison en avril 2011. Il a depuis fondé Al-Mayadeen, qui, aux côtés de Sky News Arabia, se positionne comme un nouveau challenger panarabe d'Al-Jazira. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Amara Benyounes : 'Bouteflika, la Constitution algérienne et nous'

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Libye : violents combats à Benghazi, l'aéroport touché

De violents entre les forces du général rebelle Khalifa Haftar et des miliciens islamistes ont fait samedi au moins dix morts à Benghazi, la grande ville de l'est de la Libye. L'aéroport a[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

L'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan, Mohamed Ali Ghatous, a été kidnappé le 19 août.[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex