Extension Factory Builder
20/03/2013 à 17:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dominique Da Silva assure que le racisme est moindre en Égypte qu'en Tunisie. Dominique Da Silva assure que le racisme est moindre en Égypte qu'en Tunisie. © DR

Recruté par Al-Ahly en 2011, l'international Dominique Da Sylva raconte son expérience atypique en Égypte, où le monde du ballon rond subit les contrecoups de l'instabilité politique.

Dominique Da Sylva, 23 ans, peut enfin renouer avec les plaisirs simples de la vie balisée d'un footballeur professionnel. Son quotidien n'est plus seulement fait d'entraînements ou de matchs amicaux, ponctuellement interrompus par les matchs de Ligue des champions. « Le championnat a repris le 2 février, après presque un an d'interruption, à la suite du drame de Port-Saïd [74 personnes avaient trouvé la mort après des violences perpétrées par des supporteurs d'Al-Masry lors d'un match de championnat face à Al-Ahly, en février 2012, NDLR]. J'étais blessé ce jour-là. Ceux qui y étaient ont été traumatisés, et ils n'en parlent pas. » Pour des raisons de sécurité, les autorités locales ont cependant décrété le huis clos pour les matchs de l'Egyptian League, « jusqu'à nouvel ordre ».

L'attaquant d'Al-Ahly a quitté en janvier 2011 le Club sportif sfaxien (CSS, Tunisie), où il évoluait depuis 2007. « Cela n'a rien à voir avec la révolution du 14 janvier, qui n'avait pas encore débuté, s'empresse de préciser le joueur mauritanien d'origine bissau-guinéenne né à Dakar. C'était pour des raisons sportives, car Al-Ahly est le plus grand club d'Afrique. Peu de temps après mon arrivée, il y a eu la révolution, et le championnat a été arrêté une première fois. Mais je voulais quitter la Tunisie, car j'ai été victime de racisme. De la part de joueurs et de supporteurs adverses, mais aussi d'un ex-coéquipier, à Sfax. » Da Sylva assure avoir été traité régulièrement de « sale nègre ». « Mais aucune mesure n'a jamais été prise, la fédération tunisienne minimisant ce type d'incidents. En Égypte, je n'ai jamais eu de problèmes ni par rapport à ma couleur de peau ni par rapport à ma religion - je suis catholique. Mais si un jour ce n'était plus le cas, je partirais sans attendre ! Oui, la montée de l'islamisme dans ce pays m'inquiète. »

Prudence

Pendant ces deux longues périodes où le football égyptien a tourné au ralenti, Da Sylva assure n'avoir pas craint pour son intégrité physique. « Je n'ai jamais eu peur pour ma sécurité. Il faut juste faire attention à ne pas se trouver au milieu d'une manifestation et prendre certaines précautions », précise-t-il, ajoutant que la situation politique du pays s'invitait régulièrement dans les conversations entre joueurs égyptiens. « À mon arrivée, je sortais un peu. Là, je reste la plupart du temps chez moi, avec ma femme et ma fille. Le seul moment où cela a été tendu, c'était avec nos supporteurs, après Port-Saïd. Ils ne voulaient pas que nous jouions le match de Super Coupe, qui a finalement été annulé. Et quand nous allions à l'entraînement, nous bénéficiions d'une escorte policière. »

Da Sylva s'interroge surtout sur la suite à donner à son engagement avec le club cairote - il a signé pour cinq ans et demi -, l'instabilité chronique du pays empêchant d'envisager l'avenir, même à court terme. « Al-Ahly respecte ses engagements financiers, explique l'attaquant. Mais le championnat peut de nouveau être interrompu. Les matchs de Ligue des champions, les rencontres amicales, les tournées à l'étranger, c'est bien, mais je veux jouer chaque semaine. Je dois aussi penser à mon avenir. »

Lors du dernier mercato hivernal, Da Sylva a reçu une offre venant de Turquie. Mais le manque de compétition du joueur a finalement refroidi les dirigeants turcs. « Il n'est pas impossible que je parte cet été. Mais pas n'importe où. En Europe, de préférence... » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Onze personnes ont été tuées lors d'affrontements entre les manifestants islamistes et la police dimanche en Égypte, tandis qu'une militante socialiste morte la veille était enterrée. To[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4è anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdelfatah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Un tribunal égyptien a ordonné aujourd'hui la libération d'Alaa et de Gamal Moubarak, les deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Mais un nouvel épisode judiciaire les attend.[...]

Au tribunal, Morsi répète qu'il reste le "président" égyptien

À l'audience de l'un de ses procès pour lesquels il encourt la peine de mort, l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a répété[...]

Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe

L'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe et ex-femme du célèbre acteur Omar Sharif, est décédée samedi à l'âge de 83 ans, a indiqué son[...]

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de "Charlie Hebdo"

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le[...]

Égypte : Moubarak reste en prison en attendant d'être rejugé pour corruption

Hosni Moubarak sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention, mais son éventuelle remise en liberté dépend d'une nouvelle décision de la justice.  [...]

Homosexualité en Égypte : verdict inédit de la justice pour les 26 hommes accusés de "débauche"

Les 26 hommes accusés de "débauche" pour avoir organisé et participé à des "orgies homosexuelles" dans un hammam public ont été acquittés lundi par la[...]

Égypte : Lamees al-Hadidi, journaliste de combat

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2722p046.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2722p046.xml0 from 172.16.0.100