Extension Factory Builder
08/03/2013 à 13:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Thierno Ousmane Sy était conseiller spécial du président Wade pour les TIC. Thierno Ousmane Sy était conseiller spécial du président Wade pour les TIC. © DR

Soupçonné d'avoir perçu de juteuses rétrocommissions lors de la cession d'une licence de téléphonie en 2007, Thierno Ousmane Sy, un ancien collaborateur d'Abdoulaye Wade, a été incarcéré. Le scandale montera-t-il plus haut ?

L'affaire est ancienne, mais elle a connu un rebondissement spectaculaire. Thierno Ousmane Sy, ancien conseiller spécial du président Abdoulaye Wade pour les technologies de l'information et de la communication (et fils de Cheikh Tidiane Sy, l'ex-ministre de la Justice), dort en prison depuis le 27 février. Soupçonné d'avoir perçu de juteuses rétrocommissions lors de la cession de la troisième licence de téléphonie mobile sénégalaise au groupe soudanais Sudatel, en 2007, il a été inculpé de détournement de deniers publics, association de malfaiteurs, corruption passive et blanchiment d'argent. Parallèlement, un mandat d'arrêt international a été émis contre l'homme d'affaires sénégalais Keba Keinde, soupçonné d'avoir eu recours à une société offshore pour ventiler ces commissions.

Diffamation

Dès 2010, l'hebdomadaire sénégalais La Gazette s'était interrogé sur l'écart entre le montant de la transaction annoncé publiquement par Abdoulaye Wade (100 milliards de F CFA, soit 150 millions d'euros) et la somme effectivement encaissée par le Trésor (89 milliards de F CFA selon le ministère des Finances, 80 milliards selon La Gazette). Le journal expliquait le manque à gagner par le versement occulte de commissions (10 millions de dollars, soit autour de 7 millions d'euros à l'époque) et de rétrocommissions (30 millions de dollars) à des lobbyistes arabes et américains d'un côté et à des Sénégalais « très haut placés dans les structures de l'État » de l'autre. Thierno Ousmane Sy, présenté comme étant « au coeur du scandale », avait alors fait condamner l'hebdomadaire pour diffamation - La Gazette a fait appel.

Dans l'entourage de l'ex-président Wade, on dénonce « une instrumentalisation de la justice à des fins politiciennes ». Selon Me Amadou Sall, son ancien porte-parole, la cession de la licence à Sudatel avait été libellée en dollars (pour une valeur de 200 millions) à une époque où le cours de la devise américaine tournait autour de 445 F CFA - soit les 89 milliards de F CFA officiellement versés au Trésor. Le décalage avec le montant de 100 milliards de F CFA évoqué par l'ancien président s'expliquerait par la fluctuation du cours de la devise américaine. Selon Amadou Sall, si des sommes importantes ont été retrouvées sur les comptes bancaires de Thierno Ousmane Sy, cela n'a rien à voir avec l'affaire Sudatel, l'ancien conseiller n'ayant « manipulé aucun fonds ». Une version contredite par des sources proches de l'enquête, qui s'accordent toutefois sur le fait qu'un simple conseiller spécial n'aurait pu agir de sa propre initiative. Le dossier Sudatel n'a donc pas fini de rebondir. 

Le PDS prépare la riposte

Les responsables du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) sont furieux et voient dans la mise en cause par la justice de plusieurs collaborateurs d'Abdoulaye Wade une forme d'acharnement. Il y a d'abord le placement sous mandat de dépôt de Thierno Ousmane Sy. Puis l'ouverture d'une enquête préliminaire concernant les propriétés immobilières de Lamine Faye, le garde du corps (et neveu) de l'ancien président. Une réunion du comité directeur du PDS était prévue le 5 mars à Dakar pour « préparer la riposte ». Celle-ci pourrait être judiciaire, mais aussi politique : manifestations, marches, sit-in, etc.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 janvier. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Sénégal : quand Bibo Bourgi, principal complice présumé de Karim Wade, fait le procès de la CREI

Au dernier jour du procès de Karim Wade, dont le jugement sera rendu le 23 mars, l'homme d'affaires Bibo Bourgi a plaidé sa relaxe seul, sans ses avocats, s'efforçant de déconstruire la théorie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2721p018.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2721p018.xml0 from 172.16.0.100