Extension Factory Builder
22/02/2013 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Matthew et Brooke Barzun. Matthew et Brooke Barzun. © SIPA

Pour espérer obtenir une ambassade prestigieuse - Londres, Paris, Pékin et quelques autres -, il faut avoir contribué pour au moins un million de dollars à la réélection de Barack Obama.

Pour moins de 1 million de dollars, t'as plus rien. Enfin, pas grand-chose. C'est ce que doivent se dire certains gros donateurs de la campagne électorale de Barack Obama qui, avec la réélection de leur champion à la présidence, espéraient un retour sur investissement. Sous la forme, par exemple, d'un poste d'ambassadeur des États-Unis dans un pays d'Europe occidentale. Or s'il faut en croire le New York Times, il faut pour cela avoir contribué à lever plus de 1 million de dollars...

Dès la réélection d'Obama, ses principaux soutiens ont commencé à jouer des coudes. Anna Wintour, la très médiatique directrice du magazine Vogue US, avait des vues sur le poste le plus prestigieux : l'ambassade à Londres. Las, celle-ci devrait échoir à Matthew Barzun, le directeur de la campagne de levée de fonds. Toujours selon le New York Times, Wintour a, dans la foulée, fait savoir à l'administration qu'elle renonçait à briguer le poste d'ambassadeur à Paris. Lequel pourrait revenir à Marc Lasry, directeur d'un hedge fund et principal relais d'Obama auprès de Wall Street.

Opacité

Quelque trois cents postulants se disputant une trentaine de postes... La lutte est forcément âpre. Et pas toujours très transparente. Mais il y a quand même quelques règles à suivre. Pour augmenter ses chances, mieux vaut ainsi viser plusieurs pays. Et se préparer à ne rester en poste que deux ans pour permettre au président de récompenser d'autres généreux bienfaiteurs. Ceux qui ont des liens avec le pays d'accueil sont évidemment avantagés. Les candidats les plus fortunés aussi. Car le traitement d'un ambassadeur - 179 700 dollars par an maximum (134 400 euros), plus le logement - ne suffit pas toujours à couvrir ses dépenses.

Selon l'American Foreign Service Association, Obama a jusqu'à présent respecté la tradition en nommant environ 70 % de diplomates de métier - à qui échoient toujours les ambassades les plus dangereuses (Yémen, Libye, etc.) -, et 30 % d'amis politiques, qui affichent une prédilection marquée pour les ambassades en Europe, mais aussi dans les Caraïbes et, de plus en plus, dans certains pays d'Asie comme la Chine. Selon deux chercheurs de l'université de Pennsylvanie, un important donateur a 90 % de chances d'être nommé dans un de ces pays plutôt qu'en Asie centrale ou en Afrique subsaharienne.

Arrogance

Mais que valent ces ambassadeurs très politiques ? Leur meilleur atout est évidemment leur proximité avec le président. Le revers de la médaille, c'est parfois une certaine arrogance. Le pire exemple en est Cynthia Stroum, une importante donatrice de la première campagne d'Obama, qui, nommée au Luxembourg, démissionna en janvier 2011, un mois avant la sortie d'un rapport de l'inspection générale du département d'État critiquant son style de management. Une erreur de casting qu'Obama, qui annoncera ses choix au cours de ce premier semestre, ne veut surtout pas reproduire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande, l&[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Wilson Kipsang : "Le record du monde du marathon n'est pas une fin en soi"

Vainqueur du marathon de Londres dimanche 13 avril, le recordman du monde (2 h 03 ' 23) Wilson Kipsang Kiprotich a assis un peu plus sa domination mondiale. Impérial tout au long de la course, le Kényan de 32 ans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers