Extension Factory Builder
22/02/2013 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Matthew et Brooke Barzun. Matthew et Brooke Barzun. © SIPA

Pour espérer obtenir une ambassade prestigieuse - Londres, Paris, Pékin et quelques autres -, il faut avoir contribué pour au moins un million de dollars à la réélection de Barack Obama.

Pour moins de 1 million de dollars, t'as plus rien. Enfin, pas grand-chose. C'est ce que doivent se dire certains gros donateurs de la campagne électorale de Barack Obama qui, avec la réélection de leur champion à la présidence, espéraient un retour sur investissement. Sous la forme, par exemple, d'un poste d'ambassadeur des États-Unis dans un pays d'Europe occidentale. Or s'il faut en croire le New York Times, il faut pour cela avoir contribué à lever plus de 1 million de dollars...

Dès la réélection d'Obama, ses principaux soutiens ont commencé à jouer des coudes. Anna Wintour, la très médiatique directrice du magazine Vogue US, avait des vues sur le poste le plus prestigieux : l'ambassade à Londres. Las, celle-ci devrait échoir à Matthew Barzun, le directeur de la campagne de levée de fonds. Toujours selon le New York Times, Wintour a, dans la foulée, fait savoir à l'administration qu'elle renonçait à briguer le poste d'ambassadeur à Paris. Lequel pourrait revenir à Marc Lasry, directeur d'un hedge fund et principal relais d'Obama auprès de Wall Street.

Opacité

Quelque trois cents postulants se disputant une trentaine de postes... La lutte est forcément âpre. Et pas toujours très transparente. Mais il y a quand même quelques règles à suivre. Pour augmenter ses chances, mieux vaut ainsi viser plusieurs pays. Et se préparer à ne rester en poste que deux ans pour permettre au président de récompenser d'autres généreux bienfaiteurs. Ceux qui ont des liens avec le pays d'accueil sont évidemment avantagés. Les candidats les plus fortunés aussi. Car le traitement d'un ambassadeur - 179 700 dollars par an maximum (134 400 euros), plus le logement - ne suffit pas toujours à couvrir ses dépenses.

Selon l'American Foreign Service Association, Obama a jusqu'à présent respecté la tradition en nommant environ 70 % de diplomates de métier - à qui échoient toujours les ambassades les plus dangereuses (Yémen, Libye, etc.) -, et 30 % d'amis politiques, qui affichent une prédilection marquée pour les ambassades en Europe, mais aussi dans les Caraïbes et, de plus en plus, dans certains pays d'Asie comme la Chine. Selon deux chercheurs de l'université de Pennsylvanie, un important donateur a 90 % de chances d'être nommé dans un de ces pays plutôt qu'en Asie centrale ou en Afrique subsaharienne.

Arrogance

Mais que valent ces ambassadeurs très politiques ? Leur meilleur atout est évidemment leur proximité avec le président. Le revers de la médaille, c'est parfois une certaine arrogance. Le pire exemple en est Cynthia Stroum, une importante donatrice de la première campagne d'Obama, qui, nommée au Luxembourg, démissionna en janvier 2011, un mois avant la sortie d'un rapport de l'inspection générale du département d'État critiquant son style de management. Une erreur de casting qu'Obama, qui annoncera ses choix au cours de ce premier semestre, ne veut surtout pas reproduire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces