Extension Factory Builder
22/02/2013 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Matthew et Brooke Barzun. Matthew et Brooke Barzun. © SIPA

Pour espérer obtenir une ambassade prestigieuse - Londres, Paris, Pékin et quelques autres -, il faut avoir contribué pour au moins un million de dollars à la réélection de Barack Obama.

Pour moins de 1 million de dollars, t'as plus rien. Enfin, pas grand-chose. C'est ce que doivent se dire certains gros donateurs de la campagne électorale de Barack Obama qui, avec la réélection de leur champion à la présidence, espéraient un retour sur investissement. Sous la forme, par exemple, d'un poste d'ambassadeur des États-Unis dans un pays d'Europe occidentale. Or s'il faut en croire le New York Times, il faut pour cela avoir contribué à lever plus de 1 million de dollars...

Dès la réélection d'Obama, ses principaux soutiens ont commencé à jouer des coudes. Anna Wintour, la très médiatique directrice du magazine Vogue US, avait des vues sur le poste le plus prestigieux : l'ambassade à Londres. Las, celle-ci devrait échoir à Matthew Barzun, le directeur de la campagne de levée de fonds. Toujours selon le New York Times, Wintour a, dans la foulée, fait savoir à l'administration qu'elle renonçait à briguer le poste d'ambassadeur à Paris. Lequel pourrait revenir à Marc Lasry, directeur d'un hedge fund et principal relais d'Obama auprès de Wall Street.

Opacité

Quelque trois cents postulants se disputant une trentaine de postes... La lutte est forcément âpre. Et pas toujours très transparente. Mais il y a quand même quelques règles à suivre. Pour augmenter ses chances, mieux vaut ainsi viser plusieurs pays. Et se préparer à ne rester en poste que deux ans pour permettre au président de récompenser d'autres généreux bienfaiteurs. Ceux qui ont des liens avec le pays d'accueil sont évidemment avantagés. Les candidats les plus fortunés aussi. Car le traitement d'un ambassadeur - 179 700 dollars par an maximum (134 400 euros), plus le logement - ne suffit pas toujours à couvrir ses dépenses.

Selon l'American Foreign Service Association, Obama a jusqu'à présent respecté la tradition en nommant environ 70 % de diplomates de métier - à qui échoient toujours les ambassades les plus dangereuses (Yémen, Libye, etc.) -, et 30 % d'amis politiques, qui affichent une prédilection marquée pour les ambassades en Europe, mais aussi dans les Caraïbes et, de plus en plus, dans certains pays d'Asie comme la Chine. Selon deux chercheurs de l'université de Pennsylvanie, un important donateur a 90 % de chances d'être nommé dans un de ces pays plutôt qu'en Asie centrale ou en Afrique subsaharienne.

Arrogance

Mais que valent ces ambassadeurs très politiques ? Leur meilleur atout est évidemment leur proximité avec le président. Le revers de la médaille, c'est parfois une certaine arrogance. Le pire exemple en est Cynthia Stroum, une importante donatrice de la première campagne d'Obama, qui, nommée au Luxembourg, démissionna en janvier 2011, un mois avant la sortie d'un rapport de l'inspection générale du département d'État critiquant son style de management. Une erreur de casting qu'Obama, qui annoncera ses choix au cours de ce premier semestre, ne veut surtout pas reproduire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

L'Australie en guerre contre l'immigration clandestine

L'Australie en guerre contre l'immigration clandestine

L'Australie ne veut plus accueillir aucun migrant clandestin. Les malheureux interceptés dans l'océan Pacifique seront donc à l'avenir immédiatement transférés au... Cambodge ![...]

France : Nicolas Sarkozy dérape sur les origines de Rachida Dati

Alors qu'il s'apprête à être réélu à la présidence de l'UMP ce week-end, Nicolas Sarkozy n'a semble-t-il rien perdu de sa capacité à créer la polémique. [...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

Indice "Happy Planet" : souriez, vous êtes classés !

À l’"indice de développement humain" du Programme des Nations-unies (Pnud), la New Economics Foundation oppose l’"indice de la planète heureuse". L’Afrique est-elle[...]

Robert Johnson en BD : black, blanc, blues...

Une bande dessinée retraçant la vie du bluesman Robert Johnson, un manifeste d'époque sur l'affaire des Scottsboro Boys et un disque venu tout droit du Mississippi restituent l'atmosphère de[...]

François Fillon, ou la vengeance du "collaborateur"

On ne saura sans doute jamais si l'ancien Premier ministre a vraiment demandé au secrétaire général de l'Élysée de faire "taper" Nicolas Sarkozy par les magistrats. Mais[...]

Exclusif : libération d'un prêtre polonais enlevé en octobre dans l'ouest de la Centrafrique

Le père Mateusz Dziedzic, un prêtre polonais enlevé mi-octobre dans l'ouest de la Centrafrique, a été libéré mercredi.[...]

Espagne : scandales de corruption à tous les étages

Les affaires de corruption éclaboussent toute la classe politique, droite et gauche confondues. Elles expliquent en partie le succès foudroyant de Podemos, un nouveau parti d'extrême gauche.[...]

Affaire Michael Brown : pas de poursuites contre le policier, scènes de violence à Ferguson

Darren Wilson, le policier américain qui a abattu de six balles Michael Brown, un jeune Noir, à Ferguson début août, ne sera pas poursuivi, a annoncé lundi le procureur. Une décision qui[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers