Extension Factory Builder
22/02/2013 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Matthew et Brooke Barzun. Matthew et Brooke Barzun. © SIPA

Pour espérer obtenir une ambassade prestigieuse - Londres, Paris, Pékin et quelques autres -, il faut avoir contribué pour au moins un million de dollars à la réélection de Barack Obama.

Pour moins de 1 million de dollars, t'as plus rien. Enfin, pas grand-chose. C'est ce que doivent se dire certains gros donateurs de la campagne électorale de Barack Obama qui, avec la réélection de leur champion à la présidence, espéraient un retour sur investissement. Sous la forme, par exemple, d'un poste d'ambassadeur des États-Unis dans un pays d'Europe occidentale. Or s'il faut en croire le New York Times, il faut pour cela avoir contribué à lever plus de 1 million de dollars...

Dès la réélection d'Obama, ses principaux soutiens ont commencé à jouer des coudes. Anna Wintour, la très médiatique directrice du magazine Vogue US, avait des vues sur le poste le plus prestigieux : l'ambassade à Londres. Las, celle-ci devrait échoir à Matthew Barzun, le directeur de la campagne de levée de fonds. Toujours selon le New York Times, Wintour a, dans la foulée, fait savoir à l'administration qu'elle renonçait à briguer le poste d'ambassadeur à Paris. Lequel pourrait revenir à Marc Lasry, directeur d'un hedge fund et principal relais d'Obama auprès de Wall Street.

Opacité

Quelque trois cents postulants se disputant une trentaine de postes... La lutte est forcément âpre. Et pas toujours très transparente. Mais il y a quand même quelques règles à suivre. Pour augmenter ses chances, mieux vaut ainsi viser plusieurs pays. Et se préparer à ne rester en poste que deux ans pour permettre au président de récompenser d'autres généreux bienfaiteurs. Ceux qui ont des liens avec le pays d'accueil sont évidemment avantagés. Les candidats les plus fortunés aussi. Car le traitement d'un ambassadeur - 179 700 dollars par an maximum (134 400 euros), plus le logement - ne suffit pas toujours à couvrir ses dépenses.

Selon l'American Foreign Service Association, Obama a jusqu'à présent respecté la tradition en nommant environ 70 % de diplomates de métier - à qui échoient toujours les ambassades les plus dangereuses (Yémen, Libye, etc.) -, et 30 % d'amis politiques, qui affichent une prédilection marquée pour les ambassades en Europe, mais aussi dans les Caraïbes et, de plus en plus, dans certains pays d'Asie comme la Chine. Selon deux chercheurs de l'université de Pennsylvanie, un important donateur a 90 % de chances d'être nommé dans un de ces pays plutôt qu'en Asie centrale ou en Afrique subsaharienne.

Arrogance

Mais que valent ces ambassadeurs très politiques ? Leur meilleur atout est évidemment leur proximité avec le président. Le revers de la médaille, c'est parfois une certaine arrogance. Le pire exemple en est Cynthia Stroum, une importante donatrice de la première campagne d'Obama, qui, nommée au Luxembourg, démissionna en janvier 2011, un mois avant la sortie d'un rapport de l'inspection générale du département d'État critiquant son style de management. Une erreur de casting qu'Obama, qui annoncera ses choix au cours de ce premier semestre, ne veut surtout pas reproduire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Christopher Fomunyoh : 'Les Africains aspirent à une gouvernance moderne'

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Russie : Poutine, paria en Europe... latin lover en Amérique du Sud

Après le crash du vol MH17 en Ukraine, Vladimir Poutine est en passe de devenir un paria en Europe... mais pas en Amérique du Sud. De La Havane à Brasília, le maître du Kremlin fait[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers