Extension Factory Builder
25/02/2013 à 14:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Obsèques d'Abderrazak Bouhara, le 11 février, à Alger. Obsèques d'Abderrazak Bouhara, le 11 février, à Alger. © Sipa

Avec la mort soudaine d'Abderrazak Bouhara, la perspective d'un secrétaire général consensuel pour diriger le premier parti du pays jusqu'à la tenue du prochain congrès semble s'éloigner.

Pressenti pour succéder à Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN, ex-parti unique), destitué le 31 janvier après un vote de défiance du Comité central, Abderrazak Bouhara, 79 ans, ancien coordonnateur de l'appareil du parti dans les années 1980, est décédé dix jours plus tard, emporté par une crise cardiaque. Un scénario catastrophe pour la première force politique du pays au lendemain de deux échéances électorales qu'elle a largement remportées et à un an d'une présidentielle (prévue en avril 2014) cruciale pour l'avenir de l'Algérie.

La destitution de Belkhadem a été des plus démocratiques, le secrétaire général sortant ayant été battu de quatre voix (160 contre 156) lors d'un vote à bulletin secret. La majorité du Comité central a ensuite opté pour un successeur consensuel jusqu'à la tenue du 10e congrès ordinaire, prévu au second semestre 2013. Dans un parti éclaté en trois grandes tendances, Abderrazak Bouhara était la seule personnalité répondant à ce profil : ancien officier de l'Armée de libération nationale (ALN), historien et jouissant d'une grande expérience au sein du sérail, il aurait pu être ce fédérateur dont le FLN avait grandement besoin. Sa disparition a plongé le parti, direction et militants, dans un grand désarroi, car l'option du candidat consensuel est définitivement enterrée. « Le FLN est aujourd'hui contraint de revenir au sandouq [l'urne, NDLR] pour se choisir un nouveau secrétaire général, déclare Abdelhamid Si Affif, membre du Bureau politique, d'autant plus que nous venons d'adhérer à l'Internationale socialiste, une institution pointilleuse en matière de pratique démocratique. » Si Affif était « comptabilisé » parmi les soutiens du secrétaire général sortant, le camp des « redresseurs » n'a pas tardé à répliquer. « Nous poursuivons nos concertations, a réagi Abdelkrim Abada, ancien bras droit d'Ali Benflis, prédécesseur de Belkhadem, pour tenter de trouver une personnalité qui puisse fédérer l'ensemble de la famille FLN. »

Le fonctionnement du parti étant quasiment gelé depuis le 31 janvier, cette quête de l'oiseau rare devra se faire très vite, soit avant la tenue de la prochaine session du Comité central, dont la date devait être fixée lors d'une réunion du Bureau politique, le 14 février. Deux options se présentent, toutes deux pleines d'incertitudes. L'une découlerait d'une quête fructueuse du fameux candidat de consensus, l'autre d'une décision par la voie des urnes.

Anciennes figures

Pour la première, le FLN devrait puiser dans ses réserves d'anciens dirigeants, parmi lesquels figurent Rabah Goudjil, 78 ans, actuellement membre du Conseil de la nation (Sénat), ex-ministre de Chadli Bendjedid (c'est dire son ancienneté) et l'un des plus farouches opposants de Belkhadem, ou Abderrahmane Belayat, 79 ans, doyen des membres du Bureau politique. Autre solution préconisée dans la recherche d'une personnalité consensuelle, le choix d'un membre FLN du gouvernement. La candidature d'Amar Tou, ministre des Transports et animateur du mouvement de redressement qui a emporté Belkhadem, a été envisagée, mais l'intéressé s'est défilé.

Le nom d'Abdelaziz Ziari, titulaire du maroquin de la Santé et incarnation du courant moderniste au sein du FLN, est de plus en plus évoqué.

Parmi les ministres d'Abdelmalek Sellal, le nom d'Abdelaziz Ziari, titulaire du maroquin de la Santé, ancien président de l'Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse du Parlement) et incarnation du courant moderniste au sein du FLN, est de plus en plus évoqué. Une telle éventualité constituerait une seconde défaite pour Belkhadem tant les deux hommes se détestaient cordialement. Une troisième personnalité pourrait faire consensus : Abdelkader Hadjar, ambassadeur d'Algérie à Tunis, et surtout grande gueule du FLN et agitateur permanent devant l'Éternel. Mais ce « singulier diplomate » compte de nombreux adversaires au sein du Comité central, d'autant qu'il tient à son poste d'ambassadeur.

La voie des urnes

Reste la seconde option : la voie démocratique et le choix par l'urne. Quelques heures après la destitution d'Abdelaziz Belkhadem, une commission de candidature a été installée. « Pour l'heure, nous avons enregistré huit candidatures », affirme Abdelhamid Si Affif, sans autre précision sur le nom des postulants, si ce n'est la présence de deux députées. Une femme à la tête du FLN ? Peu probable tant les structures du parti ont toujours été déficitaires en matière de représentation féminine. L'atout jeunesse ? « Plus de 80 % de nos militants ont moins de 60 ans et disposent de diplômes supérieurs », assure Si Affif. Dans un parti de dinosaures, être jeune signifie avoir moins de 60 ans. On a les critères qu'on peut.

Consolation pour le FLN, il n'est pas la seule formation politique à connaître des problèmes de direction. Le Rassemblement national démocratique (RND) traverse une bourrasque, le Front des forces socialistes (FFS) vit une crise de succession, et même le très stable Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, laïc) est secoué par une dissidence qui exige le retour de Saïd Sadi, président démissionnaire en mars 2012, après vingt-trois années passées à la tête du parti. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : en attendant que Bouteflika prête serment, Benflis crée son parti

Algérie : en attendant que Bouteflika prête serment, Benflis crée son parti

Les seuls klaxons que l’on entendait à Alger, samedi 19 avril, étaient ceux des cortèges nuptiaux qui sillonnaient les artères de la capitale. Jeudi soir, avant même la proclamation officiel[...]

Algérie : quatorze militaires tués à la suite d'une embuscade en Kabylie

Quatorze militaires algériens ont été tués à la suite d'une embuscade survenue dans la nuit de samedi à dimanche en Kabylie, région montagneuse à l'est d'Alger, a-t-on[...]

Algérie : onze militaires tués samedi soir en Kabylie

Onze militaires algériens ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche en Kabylie, région montagneuse à l'est d'Alger, a-t-on appris dimanche de source sécuritaire.[...]

L'Algérie sans illusions sur la promesse de Bouteflika de rajeunir le pouvoir

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, réélu pour un quatrième mandat, est attendu sur sa promesse de donner le pouvoir à la nouvelle génération mais les jeunes,[...]

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika réélu avec 81,53% des voix

Abdelaziz Bouteflika a été réélu au premier tour de l'élection présidentielle algérienne. Le chef de l'État sortant, qui briguait son quatrième mandat, a[...]

Algérie : les sept vies d'Abdelaziz Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika a été réélu vendredi président de la République algérienne à une majorité écrasante de 81,53 % des suffrages exprimés. Alors que[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

Après des années de bataille juridique, VimpelCom annonce la cession de 51% du capital de Djezzy au Fonds national d'investissement pour 2,643 milliards de dollars. L'actionnaire russe conserve toutefois le[...]

Vidéo - Cheb Khaled : "Je ne fais pas de politique"

Ses projets artistiques, ses dernières prises de position, notamment son soutien au président algérien sortant, Abdelaziz Bouteflika, et la polémique qui s'en est suivie, Cheb Khaled, qui signe son[...]

Algérie : Bouteflika en passe d'être réélu, Benflis dénonce une "fraude à grande échelle"

Très affaibli par la maladie, le président sortant Abdelaziz Bouteflika est pourtant sur le point de remporter la présidentielle algérienne. Un scrutin qui n'a attiré que la moitié des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers