Extension Factory Builder
15/02/2013 à 11:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Moaz Al-Khatib, patron de la Coalition nationale. Moaz Al-Khatib, patron de la Coalition nationale. © AFP

Le chef de l'opposition syrienne Moaz al-Khatib se déclare prêt, sous certaines conditions, à négocier avec le régime. Contre l'avis de ses camarades.

Initiative personnelle ou discrètement concertée ? Leurre ou réelle ouverture ? En se déclarant prêt, le 30 janvier, à négocier sous certaines conditions avec le régime contesté, Moaz al-Khatib, chef de la Coalition nationale syrienne (CN), a pris de court la plupart des membres de cette plateforme qui regroupe depuis novembre 2012 une majorité de l'opposition. Sa plus importante composante, le Conseil national syrien (CNS), a rappelé son immuable position de principe : le refus catégorique de tout dialogue avec Damas. Il a également mis au pied du mur Bachar al-Assad, qui avait appelé, le 7 janvier, à un « dialogue national ». « L'opposition a longtemps fait l'impasse sur la politique, permettant au régime d'en faire autant. Mais récemment, le régime a exploité cette lacune en offrant sa vision d'une solution politique qui, bien qu'irréaliste, lui donnait l'occasion de reprendre l'initiative politique », analyse Peter Harling de l'International Crisis Group.

En renvoyant la balle dans le camp du régime, cet ingénieur, ancien imam de la Grande Mosquée de Damas, cherche-t-il vraiment à tendre la main à l'ennemi ? Ou à prouver à la communauté internationale l'autisme du régime et l'impossibilité d'une solution politique ? Ou encore à diviser le clan au pouvoir ? Le 4 février, Khatib faisait un pas de plus, se disant prêt à discuter avec le vice-président Farouk al-Chareh, qui avait exprimé des positions conciliatrices en décembre. « Moaz al-Khatib prend le régime à son propre piège, l'ouverture politique proposée par Damas reposant justement sur l'absence de tout interlocuteur crédible, de toute alternative sérieuse. Il pose des conditions, engage le dialogue avec les alliés du régime et contourne la question de Bachar en envisageant d'autres interlocuteurs au sein du pouvoir », commente Harling.

Stratégie

Damas semble en effet désorienté, ne sachant trop quoi répondre entre le « pourquoi pas ? » d'un fonctionnaire cité par le site Al Monitor et le refus exprimé dans le quotidien proche du pouvoir Al-Watan, qui y voit une offre insuffisante arrivée avec « deux ans de retard ». C'est vers Moscou et Téhéran qu'il faut maintenant regarder, ces alliés de Damas étant probablement les seuls à pouvoir amener le régime baasiste à négocier. La rencontre inédite entre le chef de la CN et les ministres des Affaires étrangères russe et iranien les 1er et 2 février replace en effet la stratégie de Khatib dans une démarche à grande échelle. Et, le 28 janvier à Paris, l'échec de la coalition à obtenir des Amis de la Syrie des armes l'avait probablement convaincu de tenter cette initiative politique sans précédent. Sans suite ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad commença[...]

Israël : Bibi repetita

Déjouant tous les pronostics, Benyamin Netanyahou est sorti vainqueur des législatives anticipées du 17 mars, accentuant même l'emprise de son parti, le Likoud.[...]

Yémen : importante offensive de l'Arabie saoudite, les forces loyalistes reprennent Aden

L'Arabie saoudite a lancé mercredi une opération militaire au Yémen impliquant "plus de 10 pays" pour défendre le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi. Ce dernier a[...]

Syrie : à table avec le diable

Pendant des mois, les Occidentaux ont fait du départ de Bachar al-Assad un préalable. Mais après quatre ans de guerre, son régime est toujours debout et sa cruauté est[...]

Yémen : au moins 142 morts dans des attentats contre deux mosquées revendiqués par l'EI

Au moins 142 personnes ont péri lors de la grande prière du vendredi dans un triple attentat suicide contre deux mosquées à Sanaa. L’Etat islamique a revendiqué les attaques.[...]

Liban : "Offrez une bonne pour la fête des mères, offres spéciales sur les Éthiopiennes et les Kényanes"

Le texto d'une agence de recrutement d'employés de maison au Liban, proposant une "promotion" sur les employées de nationalité éthiopienne et kényane, a suscité un tollé[...]

Mort d'Arafat : des experts français rejettent à nouveau la thèse d'un empoisonnement

Le mystère entourant la mort en 2004 de l’ancien leader palestinien reste entier après la publication, lundi, des conclusions d’une étude menée par une équipe d’experts[...]

L'Arabie saoudite, premier importateur d'armes au monde

L'Arabie saoudite détient depuis 2014 le record des importations d'armes dans le monde, un volume qui dépasse celui de tous les pays européens réunis.[...]

L'Africa CEO Forum s'ouvre dans un climat économique incertain

Le coup d'envoi de l'Africa CEO Forum, qui réunit les principaux acteurs du secteur privé en Afrique, a été donné. Avec des interrogations sur les vents contraires qui s'annoncent sur les[...]

Israël : tous contre "Bibi" Netanyahou !

Au coude-à-coude dans les sondages avec le Likoud de Netanyahou à l'approche des législatives du 17 mars, la gauche nourrit l'espoir de revenir enfin au pouvoir. Avec le concours de Tzipi Livni,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2718p056.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2718p056.xml0 from 172.16.0.100