Extension Factory Builder
15/02/2013 à 11:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Moaz Al-Khatib, patron de la Coalition nationale. Moaz Al-Khatib, patron de la Coalition nationale. © AFP

Le chef de l'opposition syrienne Moaz al-Khatib se déclare prêt, sous certaines conditions, à négocier avec le régime. Contre l'avis de ses camarades.

Initiative personnelle ou discrètement concertée ? Leurre ou réelle ouverture ? En se déclarant prêt, le 30 janvier, à négocier sous certaines conditions avec le régime contesté, Moaz al-Khatib, chef de la Coalition nationale syrienne (CN), a pris de court la plupart des membres de cette plateforme qui regroupe depuis novembre 2012 une majorité de l'opposition. Sa plus importante composante, le Conseil national syrien (CNS), a rappelé son immuable position de principe : le refus catégorique de tout dialogue avec Damas. Il a également mis au pied du mur Bachar al-Assad, qui avait appelé, le 7 janvier, à un « dialogue national ». « L'opposition a longtemps fait l'impasse sur la politique, permettant au régime d'en faire autant. Mais récemment, le régime a exploité cette lacune en offrant sa vision d'une solution politique qui, bien qu'irréaliste, lui donnait l'occasion de reprendre l'initiative politique », analyse Peter Harling de l'International Crisis Group.

En renvoyant la balle dans le camp du régime, cet ingénieur, ancien imam de la Grande Mosquée de Damas, cherche-t-il vraiment à tendre la main à l'ennemi ? Ou à prouver à la communauté internationale l'autisme du régime et l'impossibilité d'une solution politique ? Ou encore à diviser le clan au pouvoir ? Le 4 février, Khatib faisait un pas de plus, se disant prêt à discuter avec le vice-président Farouk al-Chareh, qui avait exprimé des positions conciliatrices en décembre. « Moaz al-Khatib prend le régime à son propre piège, l'ouverture politique proposée par Damas reposant justement sur l'absence de tout interlocuteur crédible, de toute alternative sérieuse. Il pose des conditions, engage le dialogue avec les alliés du régime et contourne la question de Bachar en envisageant d'autres interlocuteurs au sein du pouvoir », commente Harling.

Stratégie

Damas semble en effet désorienté, ne sachant trop quoi répondre entre le « pourquoi pas ? » d'un fonctionnaire cité par le site Al Monitor et le refus exprimé dans le quotidien proche du pouvoir Al-Watan, qui y voit une offre insuffisante arrivée avec « deux ans de retard ». C'est vers Moscou et Téhéran qu'il faut maintenant regarder, ces alliés de Damas étant probablement les seuls à pouvoir amener le régime baasiste à négocier. La rencontre inédite entre le chef de la CN et les ministres des Affaires étrangères russe et iranien les 1er et 2 février replace en effet la stratégie de Khatib dans une démarche à grande échelle. Et, le 28 janvier à Paris, l'échec de la coalition à obtenir des Amis de la Syrie des armes l'avait probablement convaincu de tenter cette initiative politique sans précédent. Sans suite ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Documentaire : 'Eau argentée', contre la guerre

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre réquisitoir[...]

État palestinien : comment la France a (presque) dit oui...

Après leurs homologues britanniques, irlandais et espagnols, les députés français ont à leur tour invité leur gouvernement  à reconnaître l'État de[...]

Le pétrole sera moins cher

L'année 2014 ne s'achève que dans trois semaines, mais 2015 occupe déjà tous les esprits. Je vous propose donc de commencer à nous interroger sur ce que promet de nous apporter[...]

Cisjordanie : un ministre de l'Autorité palestinienne meurt dans des heurts avec des soldats israéliens

Il manifestait pacifiquement contre les confiscations de terres, près de Ramallah, en Cisjordanie. Victime, selon un de ses collaborateurs, d'un coup de crosse porté par un soldat israélien, Ziad Abou[...]

Migration clandestine : la Méditerranée, "route la plus mortelle du monde" en 2014

En 2014, 3 419 migrants en quête d’un avenir meilleur ont perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée, selon un rapport rendu public mercredi par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les[...]

Sous pression, le Qatar officialise son rapprochement avec l'Égypte

La crise ouverte au sein des monarchies pétro-gazières du Golfe par le soutien du Qatar aux Frères musulmans persécutés en Égypte est désormais officiellement refermée. Dans[...]

Islam : le cheikh d'Al-Azhar condamne la "barbarie" de l'État islamique

Ahmed al-Tayeb, le cheikh d'Al-Azhar, a condamné mercredi les "crimes barbares commis par le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie" lors d'une conférence internationale.[...]

Les députés français adoptent une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien

Les députés français ont adopté mardi une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien. Ce texte n'est toutefois pas contraignant pour l'État français.[...]

Iran : Soleimani le magnifique

Coordinateur de la résistance chiite irakienne contre l'État islamique, le chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution a été élevé au rang de[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers