Extension Factory Builder
18/02/2013 à 19:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ould Bouamatou en 2008. Mohamed Ould Bouamatou en 2008. © DR

Trois sociétés liées au groupe appartenant au célèbre homme d'affaires mauritanien Mohamed Ould Bouamatou ont reçu des avis de redressement fiscal d'un montant total estimé à 10,3 millions d'euros.

En exil à Marrakech, au Maroc, depuis 2010, Mohamed Ould Bouamatou, le patron mauritanien le plus célèbre - et le plus puissant -, est dans le collimateur de la Direction générale des impôts (DGI) de son pays. Trois sociétés liées à l'immense groupe du même nom, Bouamatou SA (BSA), ont reçu des avis de redressement fiscal d'un montant total estimé à 4,3 milliards d'ouguiyas (10,3 millions d'euros). Du jamais vu, selon la presse locale, qui a aussitôt volé au secours de Bouamatou, l'ancien instituteur devenu milliardaire, dont l'entourage ne cesse de dénoncer depuis l'« acharnement » dont il serait victime. Rien que de très normal, répond la DGI, qui se prévaut d'une logique implacable : celui qui fait le plus de chiffre d'affaires est celui qui paie le plus d'impôts.

Tout a commencé à la fin du mois de novembre 2012, quand la DGI notifie à BSA Ciment (fabrication et emballage de ciment) un redressement estimé à quelque 1,5 milliard d'ouguiyas. Bouamatou y détient 35 % du capital, le reste (65 %) appartenant au groupe français Vicat. Lequel aurait directement négocié afin de ramener la somme due à 1,1 milliard d'ouguiyas. Mattel - premier opérateur GSM du pays, créé en 2000 par Bouamatou avec Tunisie Télécom, majoritaire, et un autre actionnaire privé mauritanien - est également visé. Mais, au terme d'un arrangement entre son directeur général et la DGI, la société s'acquitte de 1 milliard d'ouguiyas, au lieu du 1,3 milliard initialement réclamé.

Il avait apporté son soutien financier à "Aziz", qui n'a pas renvoyé l'ascenseur.

Arrive ensuite le tour de la fameuse Générale de banque de Mauritanie (GBM), première banque privée du pays, fondée par Bouamatou en 1995. Bénéficiant des dépôts de l'État, qu'elle prête au secteur privé actif (agriculture, pêche...), elle est vite devenue l'une des plus actives du pays. La DGI lui réclame 1,5 milliard d'ouguiyas. Le 23 janvier, le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie (BCM) a ordonné aux entreprises publiques de retirer leurs avoirs de la GBM. Et un virement de 400 millions d'ouguiyas, destiné à la Fondation Bouamatou (lutte contre la cécité), a été bloqué. Enfin, le vice-président du groupe BSA, Mohamed Ould Debagh, a été écroué le 6 février après la mise en liquidation de Mauritania Airways, dont il n'a pourtant été que l'éphémère président du conseil d'administration. BSA n'en détient d'ailleurs que 39 % des parts, aux côtés de Tunisair, majoritaire (51 %), et de l'État mauritanien (10 %).

Guerre des cousins

Hasard de calendrier ? Toujours est-il qu'à Nouakchott on croit assister à une nouvelle guerre des cousins. Issus de la même tribu, les Ouled Besbah, Mohamed Ould Abdelaziz et le richissime Mohamed Ould Bouamatou ont pourtant été très proches. Ce dernier a été l'un des missi dominici d'« Aziz » en France, chargé de faire avaliser par Paris le putsch d'août 2008. Proche de l'ex-secrétaire général de la présidence Claude Guéant et de l'avocat Robert Bourgi, Bouamatou a aussi généreusement et ouvertement aidé Aziz avant la présidentielle de juillet 2009. Un indispensable soutien financier... qui n'a pas été payé en retour. Furieux, Bouamatou s'est exilé en 2010 au Maroc, où il vit encore avec ses proches, refusant toujours de s'exprimer dans la presse. Ce qui ne l'empêche nullement de critiquer sévèrement le régime d'Aziz en privé. « Des tractations, dépassant le cadre tribal, sont en cours afin de trouver une solution aux problèmes rencontrés par Bouamatou », confie l'un de ses fidèles amis. Toujours est-il que BSA a saisi la justice : le 4 février, deux plaintes ont été déposées, l'une contre la BCM, l'autre contre son directeur des marchés et liquidités.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

'Timbuktu' : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Gouvernement mauritanien : comment faire du neuf avec du vieux

Pas de jeunes, peu de femmes ou de nouveaux visages... Le gouvernement Hademine ressemble à s'y méprendre au précédent. À quelques exceptions près.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers