Extension Factory Builder
19/02/2013 à 13:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La « neutralisation » de Belkhadem et d'Ouyahia, deux personnalités parmi les plus citées pour la succession de Bouteflika en 2014, a créé une situation inédite : les deux principales forces politiques du pays, le FLN et le RND, ont été totalement « désamorcées », selon la formule d'un membre du bureau politique de l'ancien parti unique. « Le pouvoir, dit-il, s'est arrangé pour annihiler toute possibilité d'avoir un candidat investi par le FLN ou par le RND. Du coup, ces deux redoutables machines électorales seraient à la disposition d'un mystérieux candidat, non encore déclaré. » Qui donc sera l'heureux élu du système ? Nul n'est en mesure de le dire. L'élite dirigeante ne s'étant jamais renouvelée, aucun jeune leader (entendre issu de la génération postindépendance) ne s'impose sur l'échiquier politique.

En annonçant, le 4 septembre 2012, la liste des membres de son gouvernement, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait eu cette mystérieuse formule : « Les dirigeants de l'Algérie de demain se trouvent parmi l'équipe appelée à diriger aujourd'hui l'exécutif. » Si sa feuille de route comprend l'organisation de la présidentielle de 2014, ce qui écarte l'éventualité qu'il s'y présente, rien n'interdit à Sellal de démissionner quelques mois avant l'échéance pour se lancer dans la course à El-Mouradia. « Peu probable », selon son entourage.

Nouvelle génération

Il reste deux noms : Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, président de Taj, et Amara Benyounes, ministre de l'Environnement, de l'Aménagement du territoire et de la Ville, président du Mouvement populaire algérien (MPA). De nouvelle génération, agréées à la faveur des réformes politiques amorcées après le Printemps arabe, ces deux formations sont devenues, en quelques mois, respectivement les quatrième et troisième forces politiques du pays. Et si le MPA a affronté le suffrage universel - une percée aux législatives doublée d'une nette confirmation lors des municipales -, Taj n'a même pas eu besoin de battre campagne. Agréé après les législatives, il a vampirisé les autres partis pour revendiquer près d'une quarantaine de députés qui ont rejoint ses rangs. Dédaigneux, il a refusé de se jeter à l'eau pour les municipales.

Alors, Sellal, Benyounes ou Ghoul ? À moins que le système ne jette son dévolu sur un jeune général, héros anonyme de la guerre contre le terrorisme, et vende l'idée à l'opinion publique au nom de la sacro-sainte stabilité du pays « que l'on ne saurait remettre en question ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers