Extension Factory Builder
19/02/2013 à 13:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La « neutralisation » de Belkhadem et d'Ouyahia, deux personnalités parmi les plus citées pour la succession de Bouteflika en 2014, a créé une situation inédite : les deux principales forces politiques du pays, le FLN et le RND, ont été totalement « désamorcées », selon la formule d'un membre du bureau politique de l'ancien parti unique. « Le pouvoir, dit-il, s'est arrangé pour annihiler toute possibilité d'avoir un candidat investi par le FLN ou par le RND. Du coup, ces deux redoutables machines électorales seraient à la disposition d'un mystérieux candidat, non encore déclaré. » Qui donc sera l'heureux élu du système ? Nul n'est en mesure de le dire. L'élite dirigeante ne s'étant jamais renouvelée, aucun jeune leader (entendre issu de la génération postindépendance) ne s'impose sur l'échiquier politique.

En annonçant, le 4 septembre 2012, la liste des membres de son gouvernement, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait eu cette mystérieuse formule : « Les dirigeants de l'Algérie de demain se trouvent parmi l'équipe appelée à diriger aujourd'hui l'exécutif. » Si sa feuille de route comprend l'organisation de la présidentielle de 2014, ce qui écarte l'éventualité qu'il s'y présente, rien n'interdit à Sellal de démissionner quelques mois avant l'échéance pour se lancer dans la course à El-Mouradia. « Peu probable », selon son entourage.

Nouvelle génération

Il reste deux noms : Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, président de Taj, et Amara Benyounes, ministre de l'Environnement, de l'Aménagement du territoire et de la Ville, président du Mouvement populaire algérien (MPA). De nouvelle génération, agréées à la faveur des réformes politiques amorcées après le Printemps arabe, ces deux formations sont devenues, en quelques mois, respectivement les quatrième et troisième forces politiques du pays. Et si le MPA a affronté le suffrage universel - une percée aux législatives doublée d'une nette confirmation lors des municipales -, Taj n'a même pas eu besoin de battre campagne. Agréé après les législatives, il a vampirisé les autres partis pour revendiquer près d'une quarantaine de députés qui ont rejoint ses rangs. Dédaigneux, il a refusé de se jeter à l'eau pour les municipales.

Alors, Sellal, Benyounes ou Ghoul ? À moins que le système ne jette son dévolu sur un jeune général, héros anonyme de la guerre contre le terrorisme, et vende l'idée à l'opinion publique au nom de la sacro-sainte stabilité du pays « que l'on ne saurait remettre en question ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka, direc[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2718p050_02.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2718p050_02.xml0 from 172.16.0.100