Extension Factory Builder
19/02/2013 à 12:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelaziz Belkhadem, ancien secrétaire général du FLN. Abdelaziz Belkhadem, ancien secrétaire général du FLN. © AFP

« J'ai été trahi par les miens... » Une heure après le vote de confiance qui l'a destitué, le 31 janvier, de son poste de secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Abdelaziz Belkhadem est encore sous le choc.

Devant sa garde rapprochée, il explique que cette trahison est venue de ses proches, ceux-là mêmes qu'il a installés au comité central, instance suprême du parti, et qui devaient lui assurer la victoire ce jour-là, à l'hôtel Riadh de Sidi Fredj, sur le littoral ouest d'Alger. Ayant refusé de démissionner, comme le réclamaient ses opposants, Belkhadem a opté pour un vote de confiance tant il était convaincu d'obtenir la majorité. Sauf que 160 membres du comité central ne l'ont pas suivi, contre 156 votes favorables. Belkhadem, 67 ans, quitte donc la direction du parti comme il y avait été propulsé, par le biais d'un « mouvement de redressement ».

Guerre larvée

En huit ans, il a pourtant tout conquis : le FLN, le premier ministère, qu'il dirige entre mai 2006 et juin 2008, et surtout la confiance du président, qui en fera même son représentant personnel au sein du gouvernement. Une fois à la tête du FLN, cet ancien instituteur de langue arabe place ses hommes dans toutes les instances du parti, écarte ses rivaux sans ménagement, s'entoure d'hommes d'affaires à la réputation douteuse et affiche ouvertement son ambition de succéder à Bouteflika. Trop ambitieux, Belkhadem ?

« Il s'est écarté des principes du FLN, s'est inspiré du programme d'un parti islamiste soudanais, a imposé des femmes et des hommes étrangers à notre formation politique et introduit la culture de la chkara [« sac d'argent », NDLR], commente El Hadi Khaldi, ex-ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels. Il a mis le FLN au service de ses ambitions personnelles et se voyait déjà au palais d'El-Mouradia. » Belkhadem a transformé le FLN en zaouia (« confrérie ») dont il était devenu le chef, persifle de son côté le sénateur Salah Goudjil, ennemi juré de l'ex-secrétaire général, qui aura mené pendant plus de deux ans, aux côtés de pontes du parti, de ministres, de députés et de sénateurs, une guerre larvée pour « dégager » Belkhadem.

Tenace, celui-ci s'est accroché, se prévalant de la protection du chef de l'État. « Il a vainement attendu un geste, un coup de fil, un message de Bouteflika, nous confie un dirigeant du FLN. Il espérait en faire une carte pour se maintenir. » Le message de Bouteflika est arrivé le 9 janvier, quand huit ministres FLN somment Belkhadem, dans un communiqué pesé et soupesé par la présidence, de se démettre, l'accusant d'utiliser « les moyens de l'État pour assouvir ses ambitions politiques ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

Après des années de bataille juridique, VimpelCom annonce la cession de 51% du capital de Djezzy au Fonds national d'investissement pour 2,643 milliards de dollars. L'actionnaire russe conserve toutefois le[...]

Vidéo - Cheb Khaled : "Je ne fais pas de politique"

Ses projets artistiques, ses dernières prises de position, notamment son soutien au président algérien sortant, Abdelaziz Bouteflika, et la polémique qui s'en est suivie, Cheb Khaled, qui signe son[...]

Algérie : Bouteflika en passe d'être réélu, Benflis dénonce une "fraude à grande échelle"

Très affaibli par la maladie, le président sortant Abdelaziz Bouteflika est pourtant sur le point de remporter la présidentielle algérienne. Un scrutin qui n'a attiré que la moitié des[...]

Vidéo - Présidentielle algérienne : Bouteflika s'est rendu au bureau de vote en fauteuil roulant

L'élection présidentielle algérienne se tient ce jeudi. Le président sortant, Abdelaziz Bouteflika, a fait sa première apparition publique depuis 2012.[...]

Algérie : ouverture des bureaux de vote, apparition publique de Bouteflika attendue

Les Algériens sont appelés à se rendre aux urnes ce jeudi. Le président sortant – et favori -, Abdelaziz Bouteflika, affaibli par la maladie, devrait faire sa première apparition publique[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La jeunesse algérienne tentée par le boycott massif de la présidentielle

Un des enjeux majeurs de la présidentielle algérienne du 17 avril est le taux de participation. Maintes fois appelée à s'exprimer, la jeunesse risque de ne pas se bousculer dans les bureaux de vote.[...]

Algérie - Ali Benflis : "Mon principal adversaire est la fraude, et j'ai un plan pour la faire échouer"

Alors que tout semble joué d'avance pour le président algérien sortant, Abdelaziz Bouteflika, son principal adversaire, Ali Benflis, prévient d'ores et déjà que lui et ses partisans[...]

Cevital autorisé à reprendre le français FagorBrandt

Le tribunal de commerce de Nanterre a validé la reprise de FagorBrandt par Cevital. Le groupe algérien reprend notamment deux sites industriels, et 1 200 salariés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers