Extension Factory Builder
20/02/2013 à 07:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'alcool et la drogue aidant, les affrontements entre gangs rivaux sont fréquents. L'alcool et la drogue aidant, les affrontements entre gangs rivaux sont fréquents. © AFP

Tant pis si, pour un téléphone ou quelques billets, ils doivent sortir la machette. Violents et sans états d'âme, les Kuluna sèment la terreur dans les rues de Kinshasa, capitale de la RDC.

Dans les rues de Kinshasa, ils sont là. Toujours en bande, armés et dangereux. Pour un peu d'argent, un téléphone ou quelques bijoux, ils sortent un bâton, un couteau, parfois une machette. Ici, on les appelle les « Kuluna ». « Il y a des quartiers, comme Ngaba, Yolo-Sud ou Yolo-Nord, où l'on n'ose plus aller, ni le jour ni la nuit », explique Pitchen, un étudiant kinois. Lui a été victime en décembre dernier de l'une de ces bandes de brigands qui terrorisent la capitale congolaise. Il évoque une agression « d'une violence inouïe », au milieu de la place de la Victoire. « Ils ont surgi de partout, se souvient-il. Je n'ai pas eu le temps de comprendre ce qui se passait. Ils m'ont poignardé dans le dos et m'ont arraché ma montre avant de s'en aller tranquillement. »

Un récit parmi des milliers d'autres. « Chaque jour, on reçoit une centaine de plaintes », confirme, assis sur une vieille chaise en bois qui grince, Paul Bilonda, officier de police judiciaire dans le quartier de Lualaba, près du centre-ville. Sur son bureau, des procès-verbaux, de la paperasse qui s'entasse, des stylos, une règle... Mais pas de machine à écrire et encore moins d'ordinateur. Le « sous-ciat », entendez sous-commissariat, n'en a pas les moyens. Dehors, quelques agents en uniforme, fatigués par la chaleur, se laissent tomber sur un banc. Ils viennent d'essayer d'arrêter des Kuluna et rentrent tout juste de mission, à pied. « Pas facile de travailler dans ces conditions », murmure l'un d'eux, désabusé.

Chaque jour qui passe, nous voyons les riches devenir plus riches et les pauvres devenir plus pauvres. Que faire lorsqu'on galère ? Que faire lorsqu'on croise des gens qui se la coulent douce ?

Cet après-midi-là, le soleil luit férocement sur Kinshasa. Nous avons rendez-vous avec des Kuluna qui ont accepté de nous parler. Ils appartiennent à la bande des Lions. Ils arrivent par petits groupes de deux, trois, cinq. Bientôt, tout le « staff » est en place. Ils ont entre 12 et 25 ans et revendiquent une hiérarchie quasi militaire. Il y a le « maréchal », le chef. Plus loin, le « général », reconnaissable au cobra qu'il s'est fait tatouer sur l'avant-bras droit. Bruno, surnommé « 600 camouflages » pour son habileté à échapper à la police, est l'un des rares à accepter de donner son prénom. « Mes amis ne diront pas un mot avant de savoir si nous ne sommes pas piégés », explique-t-il en lingala. Le gang surveille le moindre de nos gestes. « Pas de photo, pas d'enregistreur », ajoute un autre, méfiant. Avant de poursuivre : « Nous sommes aujourd'hui ce que nous sommes parce que l'État nous a abandonnés. Chaque jour qui passe, nous voyons les riches devenir plus riches et les pauvres devenir plus pauvres. Que faire lorsqu'on galère ? Que faire lorsqu'on croise des gens qui se la coulent douce ? » « Kobotola ! » répondent en criant ses compagnons d'armes. « Extorquer ! »

Viol

Bruno et ses amis sont convaincus que « c'est tout ce qui leur reste pour survivre » - même si, contrairement aux « shegués », les enfants des rues, les Kuluna ont pour la plupart un toit et une famille. Pour minimiser les risques de se faire arrêter, ils s'imposent certaines règles. La première ? Ne jamais s'attaquer aux habitants de leur « secteur ». En retour, ceux-ci s'abstiennent de les dénoncer. « Nous vivons avec eux, se justifie James, le plus jeune de la bande. Ce sont nos pères, nos mères, nos soeurs et nos frères. Tant que nous ne les dérangerons pas, pourquoi nous dénonceraient-ils ? »

Parfois, les Kuluna agressent aussi des jeunes femmes qu'ils jugent trop "légèrement vêtues".

Mais malheur à ceux qui ne sont pas de leur quartier. « Nous frappons à la machette seulement en cas de résistance, tient à préciser le "général" de la bande. Seulement quand la personne interceptée refuse de nous remettre calmement ce que nous lui demandons. » Les victimes sont souvent des passants qui ont laissé transparaître un quelconque signe de richesse. « Une poche de pantalon qui paraît remplie de billets de banque, un smartphone décroché dans la rue ou encore des bijoux autour du cou... Tout cela suffit pour qu'on attaque le propriétaire », explique James avec indifférence. Parfois, les Kuluna agressent aussi des jeunes femmes qu'ils jugent trop « légèrement vêtues » et qui se sont aventurées seules sur leur territoire. « Mais c'est une réponse à une provocation, se justifient-ils. Ce sont des prostituées. Nous ne faisons que les corriger. » Une « correction » qui peut aller jusqu'au viol. Une jeune fille de 16 ans nous raconte ainsi avoir été agressée l'an dernier. « Ils m'avaient arraché mes habits, puis ils s'amusaient à introduire, à tour de rôle, un doigt dans mon sexe. »

Bataille rangée

Les Lions sont sans scrupule, mais ne se hasarderaient pas hors du quartier de Lualaba, ni même d'ailleurs de l'autre côté de l'avenue où nous les avons rencontrés. Là commence le territoire d'une bande rivale, les Suajamas. Parfois, pour des broutilles et la bière aidant, ils se livrent à de véritables batailles rangées dans les rues de Kinshasa. Les Lions ne s'entendent pas davantage avec les Jamaïque, les Banzoyi (« abeilles », en lingala), les Arabes et les Staff Somalie - des gangs qui comptent tous entre 10 et 30 membres et qui, armés de machettes, de couteaux ou de pierres, s'affrontent le long des avenues résidentielles, obligeant les riverains à se terrer des heures durant dans leurs maisons. « Nous sommes confrontés à une insécurité permanente avec ces groupuscules criminels qui se sont imposés dans nos quartiers et dans nos vies », déplore Hyacinthe Kamango, instituteur dans une école primaire du quartier.

Alors qu'il ne touchait que les quartiers périphériques il y a quelques années (et notamment celui de la Cité), le phénomène a aujourd'hui gagné toute la capitale, jusqu'à La Gombe. Et ce malgré plusieurs initiatives mises en place par les autorités pour tenter de l'éradiquer. En 2008, lorsqu'il est nommé ministre de la Justice, Luzolo Bambi fait de la « traque des opérateurs de la criminalité urbaine » l'une de ses priorités. La lutte anti-Kuluna est lancée. L'homme de la « tolérance zéro » joue sur l'effet psychologique de la sanction, en instaurant le « transfert croisé » des délinquants condamnés : le Kuluna arrêté est jugé en audience foraine, là où il a commis son forfait, puis, lorsqu'il a été condamné, il est transféré vers une prison située à l'intérieur du pays. « Pendant cette période, nous avons constaté une baisse de la petite criminalité, affirme le commandant Guylain Sangwa, chargé notamment de la lutte contre les Kuluna à la police provinciale de Kinshasa. Leurs complices ne pouvaient plus tenter de les faire libérer par la corruption ou les aider à s'évader. » Mais Luzolo Bambi est éjecté du gouvernement en avril 2012, et son successeur renonce à poursuivre la même politique. Retour à la case départ donc. « Aujourd'hui, vous pouvez arrêter un Kuluna. Le lendemain, vous le transférez au parquet. Deux jours plus tard, il vous revient après avoir commis un autre forfait dans la rue », regrette un officier de police, convaincu que, « si la justice faisait bien son travail, le phénomène serait déjà éradiqué ».

Armés de machettes, de couteaux ou de pierres, les Kuluna s'affrontent le long des avenues résidentielles.

Brigade anti-Kuluna

En attendant, André Kimbuta, le gouverneur de Kinshasa, tente une autre approche et propose aux Kuluna qui renonceraient à la délinquance une formation, aux frais de la ville, à l'Institut national de préparation professionnelle (INPP). « C'est toujours mieux de gagner sa vie à la sueur de son front », se réjouit Kem's, un ancien Kuluna d'une vingtaine d'années devenu cantonnier.

En juillet dernier, le gouvernement a décidé de créer une brigade spéciale anti-Kuluna. Officiellement, elle sera composée de 1 000 hommes placés sous le commandement du colonel Eyala, mais, dans les salons climatisés des institutions de la République, on ne s'est pas encore mis d'accord sur les modalités de leur déploiement. « Dans six mois, on ne parlera plus des Kuluna », promet pourtant Guylain Sangwa. Cette brigade, aussi spéciale soit-elle, pourra-t-elle réussir là où les 522 sous-commissariats et 324 postes de police de Kinshasa ont échoué ? Rien n'est moins sûr.

Des bras costauds parfois bien pratiques

Parce qu'ils pratiquent souvent des arts martiaux et qu'ils sont costauds (ce sont des pomba, dit-on en lingala), les Kuluna sont aussi des bras que l'on peut facilement louer - et les hommes politiques congolais ne s'en sont pas privés. Lors des campagnes électorales de 2006 et 2011, plusieurs candidats ont fait appel à leurs services, moyennant quelques billets de banque. On les a vus accompagner leurs champions dans des meetings, leur servir de gardes du corps mais aussi monter en première ligne lors d'échauffourées entre militants. « [À ces moments-là], nous avons évité de les poursuivre pour ne pas être taxés d'étouffer la liberté d'expression », avait reconnu Luzolo Bambi, ministre de la Justice de 2008 à 2012. Aujourd'hui, des Kuluna continuent de bénéficier de la protection de certains décideurs politiques et judiciaires. T.K.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo… Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Constitution & Cenco, paroles d'Évangile en RDC

Opposante historique au pouvoir, l'Église catholique reprend du service en RDC. Par deux fois cette année, elle s'est dite fermement opposée à une révision constitutionnelle en faveur de[...]

RDC : ça se passe comme ça, à L'Espace Ngoma de Kisangani

Créée en 2006, cette salle de spectacle est le point de ralliement des artistes boyomais. En pratique, elle sert aussi de maison de la culture et rayonne bien au-delà de Kisangani.[...]

Abbé Malumalu : "En tant que citoyen, je souhaite que la Constitution de la RDC soit respectée"

Faut-il organiser les scrutins locaux avant la présidentielle et les législatives de 2016 en RDC ? Non, selon l'opposition, qui redoute un report de ces échéances nationales. Oui, dit le[...]

Abbé Malumalu : "En tant que citoyen, je souhaite que la Constitution de la RDC soit respectée"

Faut-il organiser les scrutins locaux avant la présidentielle et les législatives de 2016 en RDC ? Non, selon l'opposition, qui redoute un report de ces échéances nationales. Oui, dit le[...]

RDC : un millier d'ex-combattants du M23 s'échappent de leur camp en Ouganda

L'armée ougandaise a confirmé mardi la fuite d'un millier d'ex-combattants du Mouvement du 23-Mars (M23) qui se sont échappés de leur camp en Ouganda lors d'une opération de rapatriement vers la[...]

RDC : opération conjointe de l'armée et de la Monusco contre les rebelles de l'ADF

L'armée congolaise et les Casques bleus menaient mardi après-midi une opération conjointe contre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables d'une série de[...]

RDC : le colonel Engangela condamné à la perpétuité pour crimes contre l'humanité

Le colonel Engangela, alias "Colonel 106", a été condamné lundi à la réclusion criminelle à perpétuité pour des crimes contre l'humanité commis entre 2005[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers