Extension Factory Builder
15/02/2013 à 08:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président centrafricain François Bozizé. Le président centrafricain François Bozizé. © SIPA

Affaibli par une rébellion il y a encore quelques semaines, le président François Bozizé a su rebondir. Et imposer ses hommes à des postes clés dans le nouveau gouvernement d'union nationale.

Sorti grand vainqueur du gouvernement d'union nationale formé le 3 février, François Bozizé a envoyé un message clair à ceux qui le croyaient affaibli par les accords de Libreville, signés le 11 janvier : le chef, c'est lui.

Contre toute attente, le président centrafricain semble avoir pris l'ascendant sur Nicolas Tiangaye, son ex-opposant et désormais Premier ministre et ministre des Finances. Ainsi, la liste gouvernementale qu'il a publiée avec la bénédiction du médiateur congolais Denis Sassou Nguesso diffère-t-elle de celle que lui avait soumise Tiangaye deux jours plus tôt. Ce dernier souhaitait à l'origine constituer une équipe de 24 membres ; le nouveau gouvernement en compte finalement 33, dont 13 sont acquis à la majorité présidentielle. Deux postes de vice-Premier ministre, 1 poste de ministre d'État et 7 postes de ministres délégués ont également été créés.

Habilement, Bozizé a placé des proches à des portefeuilles stratégiques, avec rang de ministre délégué. Ainsi, à la Défense, le général Antoine Gambi (ex-chef de la diplomatie) sera chargé de surveiller de près Michel Dotodjia, le ministre en titre et par ailleurs leader de la Séléka (coalition rebelle). Dieudonné Tokofeïssé, ancien directeur de cabinet du ministre sortant Albert Besse, secondera Tiangaye aux Finances.

Faïence

Au sein de la nouvelle équipe, où on se regarde en chiens de faïence, le président s'est constitué une véritable garde rapprochée. Ainsi, le colonel Anicet Parfait Mbaye, l'un des vice-Premiers ministres, fait partie des militaires qui l'avaient aidé à prendre le pouvoir en 2003. Chargé du développement des Transports dans le gouvernement sortant, il s'occupe à présent des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine et de la Francophonie. Quant à l'ancien Premier ministre, Énoch Dérant Lakoué, désormais ministre d'État chargé de l'Économie, du Plan et de la Coopération, réputé très proche du président congolais Sassou Nguesso, il est originaire de Bossangoa (Nord-Ouest), comme Bozizé. « Depuis les accords de Libreville, le président a repris du poil de la bête, commente un diplomate en poste à Bangui. On l'a sans doute sous-estimé et trop vite enterré. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Carte : pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

À Brazzaville, où a finalement été signé un accord de cessez-le-feu a minima, le 23 juillet, l'ensemble des groupes armés de la crise centrafricaine était représenté.[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Centrafrique : l'ex-Séléka accepte de signer l'accord de cessez-le-feu à Brazzaville

Après avoir refusé de participer aux négociations de paix sur la Centrafrique à Brazzaville, l'ex-Séléka a finalement accepté mercredi de signer l'accord de cessation des[...]

Centrafrique : un accord de paix sera-t-il signé in extremis à Brazzaville ?

Neuf chefs militaires de l'ex-Séléka sont arrivés mardi soir à Brazzaville. Les autorités congolaises espèrent que leur présence permettra de débloquer les[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Centrafrique : Jean-Serge Bokassa croit en son "destin politique"

Un brin mégalo, Jean-Serge Bokassa ose tout. Y compris se rêver en homme providentiel dans ce pays que son père dirigea jusqu'en 1979. La présidentielle de 2015 ? Il y pense très[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Damboa et massacre des civils

Les services nigérians ont annoncé lundi la prise de la ville de Damboa, dans l'État de Borno, par les combattants de Boko Haram. L'attaque meurtrière du groupe islamiste a eu lieu pendant le week-end,[...]

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka.[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers