Extension Factory Builder
06/02/2013 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Quelle époque ! Je ne m'étais pas imaginé que la décision du chef gaulois d'aller casser du barbu au Mali pouvait susciter tant de passions. Comme par enchantement, toute la faune est sortie du bois. Tiers-mondistes du dimanche, brailleurs professionnels, panafricanistes carnavalesques, gauchistes attardés, extrême-droitistes outranciers, généraux ressuscités, experts illuminés, taupes recyclées, citoyens lambda pleurnichards, éditorialistes alambiqués... Chacun a connu sa minute de gloire. Mali par-ci, Mali par-là jusqu'à la nausée. Et on a oublié les estropiés de Gao ou de Tombouctou. On a oublié le patrimoine de l'humanité assassiné, l'Histoire incendiée. Tout le monde est devenu stratège.

Mais qu'ont dit les commentateurs ? Que Hollande le mal-aimé est devenu, pour avoir osé montrer ses muscles, un chef, un vrai homme d'État. D'autres ont clamé haut et fort que tout cela n'est qu'un show solitaire et improvisé. Ah bon ? Les plus radicaux n'ont vu dans l'opération Serval qu'une nouvelle guerre coloniale, une perpétuation de la malfamée Françafrique et une honte pour le continent, cinquante-trois ans après la première vague des indépendances. Tout cela à cause d'armées africaines nullissimes et de chefs d'État irresponsables. Et patati, et patata !

Après les blablas, les vociférations et la démagogie, voici mes petites questions. Pourquoi ceux qui sont pour la « dignité de l'Afrique » n'ont-ils pas constitué des brigades panafricaines afin d'aller libérer le nord du Mali infesté de barbus ? Pourquoi ne se sont-ils pas cotisés pour envoyer quelques sous au gouvernement désargenté de Dioncounda Traoré, à qui les institutions financières internationales viennent d'avancer 18 millions d'euros ? C'est bien connu : les beaux parleurs ne sont pas les payeurs. Comment les armées africaines, tant critiquées, pouvaient-elles se rendre dans le désert ? À dos de chameau ? Il faut savoir qu'une journée de guerre coûte à la France plus de 2 millions d'euros pour son intervention au Mali. Pour s'équiper, une armée devra débourser 41 000 euros pour une heure d'avion, 25 000 euros pour une heure d'hélicoptère, ou encore 850 000 euros pour un missile de croisière Scalp. Pendant ce temps, fin janvier, le Zimbabwe ne comptait plus dans ses caisses que 217 euros. Ne riez pas : pauvreté n'est pas vice.

Vous l'aurez constaté, depuis que les Gaulois ont pris le taureau par les cornes, tout le monde bouge. Pourquoi alors ne pas reconnaître que, malgré leurs propres handicaps, leur action a servi à quelque chose ? Quels handicaps, allez-vous me demander ? Tenez : la France n'a que quatre drones « en voie d'obsolescence », contre 9 pour l'Allemagne, de vieux avions ravitailleurs C-135 et de vieux avions de transport tactique C-160 Transall qui datent du milieu des années 1960. Elle compte 273 avions de combat, alors que l'Allemagne en a 423. En 2011, le budget de l'armée s'élevait à 58,8 milliards de dollars (62,7 milliards pour le Royaume-Uni). Celui du Mali est de... 203,5 millions de dollars. Dioncounda Traoré a eu raison de féliciter publiquement la France, qui, en dépit de ses difficultés dans le domaine militaire, n'a pas hésité à voler à son secours. L'argent reste le nerf de la guerre. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Bamako annonce la guérison d'un malade d'Ebola, une première au Mali

Bamako annonce la guérison d'un malade d'Ebola, une première au Mali

Le gouvernement du Mali a annoncé vendredi qu'une personne atteinte de fièvre Ebola avait été traitée avec succès sur le sol malien, premier cas de guérison dans ce pays où[...]

Lutte contre Ebola : le Mali sera-t-il le "troisième bon élève" ?

À en croire un expert français de retour de Bamako, les dix à quinze jours prochains détermineront si le Mali est capable de stopper l'épidémie d'Ebola. Ce qui fera de lui le[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces