Extension Factory Builder
16/02/2013 à 16:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Spécialiste en sciences de l'éducation

C'est en troisième année du primaire que les élèves de l'école publique font connaissance avec l'idiome de Voltaire. En revanche, ceux du privé s'y attellent dès le préscolaire. Pendant des décennies, certains se sont servi d'un épouvantail : l'acculturation, voire l'aliénation, à travers la langue du colonisateur. L'enseignement de la langue française a vogué au gré des coups assénés par ses opposants. De 1962 à la fin des années 1970, elle fut utilisée pour l'enseignement. Du primaire à l'université. C'était l'âge d'or du système éducatif algérien, quand les enfants issus de familles pauvres accédaient à de prestigieuses filières universitaires. En 1981, elle perd ce statut scolaire au profit de la langue arabe. Dorénavant, le français est enseigné en tant que simple langue étrangère, à partir de la quatrième année du primaire, et se voit même menacé d'être évincé de ce cycle de base.

Avec l'ouverture démocratique, au début des années 1990, la scène scolaire connaît un regain de fièvre anti-langue française. Le ministre de l'époque décide d'organiser un référendum - pas moins ! - auprès des parents d'élèves pour qu'ils choisissent entre l'anglais et le français. Ceux des quartiers populaires, aveuglés par une propagande hostile, optent pour son rejet du cycle primaire. Mais la tentative d'exclusion tourne court. Toutefois, sur le plan purement pédagogique, la dévalorisation du français se traduit par une réduction drastique des heures et du coefficient alloués à la matière. Méthodes, manuels et programmes s'en trouvent bouleversés. Autant de paramètres qui démotivent des élèves conditionnés par un système sacralisant, au-delà de tout entendement, la note chiffrée en vue du passage en classe supérieure.

S'inscrire dans la marche du siècle

Dans le sillage des établissements scolaires privés, de l'explosion des réseaux sociaux, des télévisions satellitaires et des échanges familiaux avec les centaines de milliers d'émigrés installés en France, l'enseignement du français reprend des couleurs. Seule l'école publique demeure en marge de ce vaste mouvement, pour des raisons évidentes liées au lourd passif d'un enseignement qui s'est montré hésitant des décennies durant. De ces tâtonnements pédagogiques est née une coupure linguistique entre le système scolaire public (de la maternelle au lycée) et l'université. Au plus fort de la croisade anti-langue française, au début des années 1980, les mathématiques, la physique, la chimie et les sciences sont enseignées en arabe dans le secondaire avant d'être francisées à l'université. Et la situation perdure. La langue arabe serait-elle inapte à véhiculer ces savoirs au niveau universitaire ? À moins que derrière cette coupure linguistique, véritable hérésie pédagogique, se cache une volonté non avouée d'opérer un filtre sélectif au profit des enfants des classes aisées.

Ainsi, les filières de prestige telles que la médecine, la pharmacie, l'architecture ou l'informatique sont devenues la chasse gardée des enfants issus de familles aisées qui peuvent bénéficier d'un cursus, dès le préscolaire, dans des écoles privées où l'enseignement du français prend le pas sur celui de l'arabe. Quant aux étudiants issus d'établissements publics et originaires de familles et de régions défavorisées, ils sont exclus de ces filières en vue pour « défaut de langue ». Admis au baccalauréat, ils sont orientés vers les filières des sciences sociales, hypersaturées et qui mènent généralement au chômage. Un demi-siècle après l'indépendance, la reproduction de l'élite sociale, chère à l'école coloniale, continue de creuser son fossé d'inégalités et de discriminations, provoquant une sérieuse menace pour la cohésion sociale et culturelle du pays.

Confrontés aux exigences de la mondialisation, et face à la réalité historique des liens qui nous unissent à la France - réaffirmés lors de la visite de François Hollande -, nos décideurs n'ont qu'un seul choix : s'inscrire dans la marche du siècle. En un mot, revenir aux fondamentaux de la pédagogie.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce mome[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Algérie : après son hospitalisation, Bouteflika reçoit des ambassadeurs à Alger

Vingt-quatre heures après sa brève hospitalisation de deux jours à Grenoble, non confirmée par la présidence algérienne, Abdelaziz Bouteflika a reçu dimanche quatre nouveaux[...]

Téléphérique : Poma créera bientôt une filiale en Algérie

 Après Alstom et Renault, un autre géant français s'apprête à s'installer en Algérie. Le leader mondial du téléphérique Poma compte y créer une filiale avec[...]

Abdelaziz Bouteflika a quitté la France après une brève hospitalisation

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli depuis un AVC en 2013 et dont l'état de santé fait l'objet de rumeurs récurrentes, a quitté la France samedi après une[...]

Algérie : la règle des 51 %-49 % abrogée ?

Instaurée il y a cinq ans, la règle dite des 51 %-49 % pourrait être abandonnée à la faveur de l'adoption d'un nouveau code des investissements - actuellement en cours d'élaboration.[...]

Algérie : Abdelaziz Bouteflika hospitalisé en France dans une clinique de Grenoble

Le chef de l'État algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé dans une clinique de Grenoble, selon les informations du quotidien régional "Le Dauphiné Libéré",[...]

Les entreprises algériennes désormais autorisées à investir à l'étranger

 Désormais, toutes les entreprises de droit algérien peuvent convertir des dinars afin d'investir à l’étranger. Un privilège jusque-là réservé à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers