Extension Factory Builder
12/02/2013 à 12:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une jeune manifestante en octobre 2011 à Tunis. Une jeune manifestante en octobre 2011 à Tunis. © AFP

Entre un présent incertain et un avenir encore plus hypothétique, les jeunes ont le sentiment amer d'être les laissés-pour-compte de la transition démocratique.

« Ne me dites surtout pas que nous avons fait la révolution. C'est une extraordinaire manipulation dont on est aujourd'hui les otages », s'exclame Aymen, l'un des meneurs du soulèvement de Thala (Nord-Ouest), le 8 janvier 2011. Comme lui, les jeunes, toutes catégories sociales confondues, affichent désormais ouvertement leur frustration et leur colère. Après avoir cru que le départ de Ben Ali conduirait à un changement de régime, ils ont aujourd'hui le sentiment d'être les laissés-pour-compte de la transition démocratique, d'autant que le soulèvement tunisien a été principalement porté par les 20-30 ans. « Tu as de l'argent, tu as du piston, tu t'en sors. Le système est le même et les discours aussi. Des promesses, encore des promesses, mais les élus sont déconnectés de nos préoccupations. Au fond, quelle est notre représentativité à l'Assemblée nationale constituante [ANC] pour pouvoir prétendre à quoi que ce soit ? » peste le révolté de Thala.

Sous Ben Ali, Aymen n'aurait pas pu s'exprimer ainsi, mais il l'a déjà oublié. En deux ans, il a appris à affûter ses arguments pour tenter de se faire entendre dans un environnement saturé de débats et où il est impossible d'entamer une simple conversation sans soulever des questions politiques. Certains estiment que le malaise est dû à une mauvaise donne. « On a voulu nous faire croire que le peuple s'était rangé derrière nous et approuvait nos revendications de liberté, d'emploi et de dignité, poursuit-il. Mais en réalité, nous ne sommes pas en phase. On était tous d'accord pour abattre un système, mais nous n'avions ni les mêmes objectifs ni les mêmes références. Nos divisions ont conduit à la récupération de la révolution par le politique. Il y a les jeunes et les autres. »

"Enragé"

Le sentiment que « la jeunesse est tout mais n'a droit à rien » est partagé par le plus grand nombre, et si, très clairement, les jeunes sont divisés sur la question religieuse, tous se rejoignent sur la nécessité de développer une politique de l'emploi efficace. « Il n'y a pas la religion, le travail, l'argent. C'est un tout. Quand on est privé de l'essentiel, on devient enragé », explique Ahmed, qui, sous Ben Ali, a dû s'inscrire quatre fois à la cellule du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de son quartier pour pouvoir obtenir un poste d'agent de la fonction publique. « C'était un traumatisme, même pour les familles. Ma mère a obligé ma soeur à retirer son voile pour que nous ne soyons pas soupçonnés d'être islamistes et que je puisse avoir un emploi », raconte un douanier de 25 ans.

Toujours aussi centralisé, le pouvoir peine à impulser le développement régional et à accompagner les talents.

Aujourd'hui, la crainte de la précarité peut pousser vers les extrêmes. C'est dans les rangs d'une jeunesse déçue que les fondamentalistes religieux recrutent les combattants qu'ils expédient en Syrie contre 20 000 euros, selon des jeunes de Ben Guerdane pour qui le jihad est une forme d'évasion, un passeport pour un ailleurs peut-être moins sombre. « Notre rêve n'est plus l'Europe. Notre avenir est avec nos frères en terre d'Islam, et nous sommes assurés que nos familles ne manqueront de rien », lâche Ali, tenté de sauter le pas. Les difficultés économiques et l'impossibilité de joindre les deux bouts changent la perception et la hiérarchisation sociale. « Voir mes parents trimer est insupportable, bien que je n'aie aucun moyen de leur venir en aide. Depuis près de un an, ils font le dos rond. Ils me poussent à finir mes études, mais je sais qu'ils n'ont aucun espoir pour moi, à part celui d'un bon parti. Le positif est que tout ce chaos nous a rapprochés », confie Oumeyma, une étudiante qui reproche aux gouvernants de mentir aux jeunes et de les caricaturer. « À les entendre, on est des drogués qu'il faut mettre sous tutelle. Si la drogue est devenue monnaie courante, l'État ne fait pas grand-chose pour la contrôler. Il poursuit les consommateurs et n'inquiète pas les dealers. Mais le fond du problème n'est pas là, les jeunes ne sont pas entendus, même si on prétend les écouter. »

Solitude

Toujours aussi centralisé, le pouvoir peine à impulser le développement régional et à accompagner les talents, après avoir pourtant claironné que les projets destinés aux jeunes devaient émaner d'eux-mêmes et n'avaient pas à être imposés. « Les jeunes dans les régions savent ce qu'ils veulent et ce qui convient au niveau local », affirme Olfa Khalil Arem, cofondatrice de l'association Engagement citoyen. Tout est une question de contrat de confiance avec les 20-30 ans. Si les jeunes semblent désabusés et doutent de la possibilité de pouvoir construire un projet de vie, leurs aînés de la société civile les encouragent. « Ils sont formidables, pleins d'idées, et on doit apprendre à les écouter et à leur passer le relais », recommande le politologue Larbi Chouikha. Mais nombreux sont ceux qui perçoivent l'absence de solutions rapides et concrètes à leurs problèmes comme une invitation à voir ailleurs si l'herbe est plus verte. « Qu'attendre d'un pays qui ne propose rien, qui néglige même les infrastructures sportives et culturelles à même d'être utiles aux jeunes ? Certains trouvent refuge dans les mosquées, d'autres sur internet, mais dans tous les cas nous sommes dans une profonde solitude et dans l'incapacité de nous projeter dans l'avenir », résume une opératrice de télémarketing, qui s'estime heureuse de gagner 220 euros par mois.

Justice répressive

Après Jabeur Mejri, condamné à sept ans et demi de prison par le tribunal de Mahdia pour avoir publié sur Facebook des caricatures du Prophète, les membres du collectif Zwawla, à Gabès, attendent leur jugement. Leur crime ? Avoir exprimé par des graffitis leur colère et leurs attentes. Ils sont poursuivis pour trouble à l'ordre public, alors que les tags ont été l'une des formes d'expression les plus créatives de la révolution. D'autres, à 18 ans, sont en prison sans jugement depuis près de huit mois. Leur délit ? Avoir triché au baccalauréat en obtenant les sujets. « Il est juste qu'ils soient punis mais, en prison, ils se familiarisent avec toutes formes de délinquance et côtoient des criminels, alerte un membre du syndicat des gardiens de prison. On aurait pu les placer sous contrôle judiciaire, mais les juges n'en ont rien fait. La peine aurait aussi pu prendre la forme de travaux d'intérêt public. Cela aurait évité que ces jeunes ne soient dévoyés par une incarcération. » F.D.

Évasion

La génération montante semble n'avoir qu'une priorité : l'emploi. Mais d'autres ont choisi de s'évader en troquant l'ennui contre l'effervescence. « Il y a bien sûr quelques nantis qui font la fête et vivent déconnectés de la réalité, mais même dans les milieux bobos le grand sujet récurrent est la question de notre avenir. Rien n'est garanti », s'inquiète Feriel, habituée du Plug, une boîte branchée de La Marsa. Certains bougent pour se rassurer et se plongent dans la création artistique, estimant que l'art et la revendication politique sont interactifs. Jamais les jeunes, pourtant sans grands moyens, n'avaient autant exprimé les préoccupations qui les agitent, mais le phénomène, très volatil, demeure essentiellement urbain faute de circuits et de prise en charge dans les régions. La société civile tente de pallier ce vide, comme l'association Kolna Tounes, qui organise des tournées théâtrales et met à profit ses contacts avec les jeunes pour les sensibiliser à la bonne gouvernance et à la citoyenneté.

Intelligents et lucides mais rongés par l'inquiétude, les 20-30 ans en arrivent à brider leur enthousiasme et leurs rêves. « Je ne me demande plus ce que je peux faire pour mon pays mais ce qu'il peut faire pour moi. Si je crève, je ne serai utile à rien » est devenu un leitmotiv, tandis que certains, prenant exemple sur l'Égypte, appellent de leurs voeux un second soulèvement. Mais ils savent que le pays ne s'en relèverait peut-être pas et que, au fond, la majorité des Tunisiens aspire à un retour de l'ordre et de la normalité.

 ________

Ces jeunes qui n'y croient plus

Wajdi Ammami, 29 ans, commercial et créateur d'objets, Tunis.

Jeune Afrique : Y a-t-il un avant- et un après-14 janvier ?

Wajdi Ammami : Rien de ce qui avait été espéré n'a été réalisé. Il n'y a aucune différence si ce n'est que les citoyens sont sous tension permanente et que c'est la panne économique et politique. La révolution n'a eu aucune retombée. Difficile d'être positif quand on a aussi peu de perspectives. Difficile de se sentir citoyen quand on ne peut infléchir la tendance.

Comment te situes-tu dans le contexte actuel ?

En l'absence de certitudes, mieux vaut prendre les choses avec philosophie et vivre au jour le jour. On évite ainsi l'angoisse et l'anxiété. Carpe diem ! Pour les jeunes, toutes catégories sociales confondues, la précarité est une menace. On est pris au piège d'un cercle vicieux, alors qu'on aurait voulu qu'il soit vertueux. Finalement, on se replie sur soi-même par dégoût, même la fête perd de son sens, c'est juste un défoulement.

Quelles sont tes espérances et tes priorités ?

Aucune projection n'est possible, surtout si on veut se lancer dans l'entrepreneuriat. Sans visibilité, on ne peut avoir la confiance qui permettrait de construire dans la sérénité.

Dans dix ans ?

On n'en sait rien. Il est sûr qu'il faudra beaucoup de temps pour reconstruire.

_____

Mohamed el-Amri, 24 ans, formation en gestion informatique, diplômé-chômeur, Gabès

Jeune afrique : Y a-t-il un avant- et un après-14 janvier ?

Mohamed el-Amri : Je n'ai pas eu cette illusion. En 2011, j'ai vécu la révolution comme on regarde un blockbuster. Ce qui est certain, c'est que nous n'avons rien obtenu. Nous avons au contraire reculé. Même le vote n'a eu aucune influence. La vie devient impossible, comme si nos dirigeants voulaient transformer ce pays en cimetière après l'avoir divisé. Je suis dégoûté par les positions partisanes et les discours mensongers.

Comment te situes-tu dans le contexte actuel ?

Que veux-tu faire de la liberté quand tu as faim ? Constitution, égalité, justice, foutaises ! Le système est le même et seules les fonctions intéressent les gouvernants. Quand l'ennui accompagne la misère, pour un jeune, il n'y a plus rien à attendre, à moins de devenir un truand.

Quelles sont tes espérances et tes priorités ?

Travailler avec un salaire décent pour ne pas avoir à mendier. Si je devais aller m'exiler au fin fond du Tchad pour cela, je le ferais. Il n'y a que cela qui compte, car tout le reste en découle. Sans argent, ici, tu n'as pas de dignité.

Dans dix ans ?

Je n'en sais rien, je serai peut-être mort si c'est la volonté de Dieu. Ici, jusqu'à l'air qu'on respire est vicié [la région de Gabès est particulièrement polluée, NDLR] et pour un rien, désormais, un jeune s'immole.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été tu&eacut[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers