Extension Factory Builder
09/02/2013 à 11:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Togo a battu l'Algérie, le 26 janvier 2013 à Rustenburg. Le Togo a battu l'Algérie, le 26 janvier 2013 à Rustenburg. © AFP

L'Algérie, le Maroc et la Tunisie ont été éliminés dès le premier tour de la Coupe d'Afrique des nations. Est-ce une raison pour tout remettre en question ?

Ce n'est plus une simple impression, mais une implacable réalité. Depuis quelques années, le football nord-africain, toujours considéré comme étant économiquement le plus puissant du continent, perd du terrain au profit de l'Afrique subsaharienne. Mais contrairement à la théorie défendue par quelques observateurs aux conclusions définitives, ce n'est pas un effondrement. Après tout, la Tunisie (2004) et l'Égypte (2006, 2008 et 2010) ont remporté quatre des sept Coupes d'Afrique des nations (CAN) du XXIe siècle. Et les deux dernières Ligues des champions de la Confédération africaine de football ont été gagnées par l'Espérance de Tunis (2011) et Al-Ahly Le Caire (2012), après deux victoires du Tout-Puissant Mazembe (2009 et 2010), club de RD Congo.

Mais le triple échec de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie lors de la CAN 2013, en Afrique du Sud, fait mauvais genre. Déjà amputé de l'Égypte - éliminée sur le chemin toujours glissant des qualifications par la Centrafrique - et de la Libye - sortie par l'Algérie -, le contingent nord-africain n'existait déjà plus au soir du premier tour de la compétition. Le Maroc, qui pensait s'être acheté un peu de calme après la fin de la parenthèse Éric Gerets, l'ancien sélectionneur belge de l'équipe nationale, a regardé l'Afrique du Sud et le Cap-Vert - le seul novice de cette CAN - lui passer devant. « Rachid Taoussi, le sélectionneur, a fait ses choix en se passant de Chamakh, Kharja, Boussoufa et Taarabt », avait averti l'ancien international marocain Abdeslam Ouaddou à la veille du match décisif face à l'Afrique du Sud, le 27 janvier. Avant de poursuivre, pessimiste : « Si cela doit mal tourner, il va en entendre parler. Je sais comment cela se passe au Maroc. Mais il ne faut pas tout jeter, car le pays va organiser la CAN en 2015, et il faut construire une équipe. »

Renouvellement des cadres

Les choix sportifs de Rachid Taoussi, qui ne semble pas menacé, seront à n'en pas douter discutés. Ceux de Vahid Halilhodzic également. Le sélectionneur franco-bosniaque de l'équipe algérienne a entamé, depuis sa nomination en juin 2011, une politique de renouvellement des cadres pour s'appuyer sur une nouvelle génération. Juste après l'élimination, consommée dès le deuxième match, le 26 janvier, Mohamed Raouraoua, l'omnipotent président de la Fédération algérienne de football, a néanmoins maintenu sa confiance à Halilhodzic. Une décision sage, selon Abdeslam Ouaddou, qui constate : « Le problème des sélections nord-africaines, c'est le manque de continuité. Dès qu'il y a un mauvais résultat, on veut tout remettre en cause. »

Quant à Sami Trabelsi, son avenir à la tête de la sélection tunisienne se décidera cette semaine. « N'oublions pas qu'il dispose d'une génération moyenne et qu'il fait malgré tout du bon travail, dans un contexte pas toujours facile avec un championnat qui a régulièrement été interrompu à cause de la situation dans le pays », plaide Abdelmajid Chetali qui, lorsqu'il était lui-même sélectionneur de l'équipe nationale, avait conduit les Aigles de Carthage à la Coupe du monde en 1978. Ce soutien de poids sera-t-il suffisant ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

 La France a échoué en 2014 à reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, ravie pour la première fois par la Chine l'année précédente. Avant de la p[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Algérie : une autoroute nommée scandale

Pots-de-vin, rétrocommissions, prestataires et intermédiaires troubles... Cinq ans après l'ouverture de l'instruction, "le projet du siècle" est en passe de devenir l'une des plus[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers