Extension Factory Builder
07/02/2013 à 13:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Il est pour moi comme une boussole' dit-elle de son père, au pouvoir de 1979 à 1982. "Il est pour moi comme une boussole" dit-elle de son père, au pouvoir de 1979 à 1982. © Abdoulaye Barry pour J.A.

Rentrée à N'Djamena en 2011 après avoir grandi en Libye et en France, Saadie Goukouni Weddeye, la fille de l'ancien président tchadien, a fait son entrée au gouvernement. Portrait.

D'entrée de jeu, elle tient à l'assurer : elle ne recherche pas la lumière. Très discrète, Saadie Goukouni Weddeye, 32 ans, ne veut être jugée que sur ses résultats. Le 26 janvier, dans le cadre du remaniement gouvernemental, la fille de l'ancien président tchadien Goukouni Weddeye (à la tête du Gouvernement d'union nationale de transition entre 1979 et 1982) a été propulsée ministre de l'Action sociale, de la Famille et de la Solidarité nationale. « C'est une chance inestimable, mais je veux avant tout faire mes preuves », confie-t-elle d'une voix douce. Si sa nomination a été une surprise (elle l'a apprise à la télévision), cette conseillère juridique à l'Agence nationale des investissements et des exportations (Anie) a toujours été attirée par la politique. Une part de l'héritage de son père, sans doute, lequel est très présent à ses côtés : « Il est pour moi comme une boussole. »

Humanitaire

Cadette d'une famille de douze enfants, Saadie Goukouni Weddeye est née à Lagos (Nigeria) en 1980, à l'époque où les combats faisaient rage à N'Djamena, dans le sillage de la « guerre des neuf mois ». Après le coup d'État de 1982 au cours duquel Hissène Habré a déposé son père, elle est devenue malgré elle une « enfant de l'exil ». Jusqu'en 1996, elle a vécu à Tripoli (Libye), avant de s'envoler à l'âge de 16 ans pour la France, pays auquel elle se dit « très attachée ». À Tours, très impliquée dans le milieu associatif, notamment au Secours catholique, elle a décroché un master 2 juriste d'entreprise. Mais son regard est toujours resté tourné vers l'Afrique. Alors en 2011 Saadie a fait son retour à N'Djamena.

En tant que femme musulmane, cette mère de deux enfants (âgés de 2 et 4 ans) espère qu'elle pourra inciter d'autres Tchadiennes à se lancer en politique - elles ne sont que cinq au gouvernement sur quarante-trois ministres. Si demain tout s'arrête pour elle, elle sait déjà qu'elle s'engagera dans l'humanitaire. Mais pour le moment ses priorités sont ailleurs : constituer son cabinet avant de passer à l'action. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Niger : nouvelle attaque de Boko Haram refoulée par les armées nigériennes et tchadiennes

Niger : nouvelle attaque de Boko Haram refoulée par les armées nigériennes et tchadiennes

Une nouvelle attaque de Boko Haram dans le sud-est du Niger s'est terminée comme les précédentes, selon un communiqué officiel : par de nombreuses pertes dans les rangs de la secte islamiste.[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Tchad : qui sont les sept complices de Hissène Habré condamnés à perpétuité ?

Le procès des années noires du régime Habré est entré mercredi dans une phase décisive avec le verdict rendu par la Cour criminelle spéciale de N’Djamena qui jugeait les[...]

Tchad : sept accusés condamnés à la perpétuité au procès de complices de l'ex-président Habré

Sept accusés ont été condamnés à la prison à perpétuité dans le cadre du procès des complices de l'ancien président Hissène Habré. Parmi eux[...]

Niger : plus de 200 combattants de Boko Haram tués en dix jours, selon l'armée

Dans un communiqué lu jeudi à la télévision nationale, l'armée nigérienne a affirmé avoir tué plus de 200 combattants du groupe islamiste Boko Haram au cours de l'offensive[...]

Tchad : onze policiers arrêtés après la répression d'une manifestation d'étudiants

La justice tchadienne a ouvert une enquête après la répression musclée des manifestations d’étudiants la semaine dernière. Une dizaine de policiers ont été[...]

Opposition tchadienne : contre Boko Haram, mais pas avec Déby...

En janvier, à l'Assemblée nationale, les députés de l'opposition ont approuvé l'engagement des troupes tchadiennes au Cameroun et au Nigeria. Mais, préviennent-ils, cela n'est pas[...]

Tchad : fermeture des écoles et universités après une manifestation étudiante meurtrière

Les autorités tchadiennes ont décidé de fermer les écoles et universités de N'Djamena "jusqu'à nouvel ordre" à la suite d'une manifestation violente d'étudiants[...]

Combien coûte au Tchad la guerre contre Boko Haram ?

La guerre contre Boko Haram au Nigeria coûte au Tchad moins cher que son intervention au Mali. Mais elle n'est pas donnée pour autant.[...]

Tchad : Idriss Déby Itno, le boss du Sahel

À la tête de la meilleure armée de l'Afrique francophone, le président tchadien, Idriss Déby Itno, fait plus que jamais figure de "parrain" du Sahel face à la menace[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces