Extension Factory Builder
06/02/2013 à 13:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ag Gamou, loyaliste, avait été chassé du Nord-Mali par les jihadistes et le MNLA en avril 2012. Ag Gamou, loyaliste, avait été chassé du Nord-Mali par les jihadistes et le MNLA en avril 2012. © DR

Touareg et loyaliste, le colonel malien El Hadj Ag Gamou a reçu pour mission de sécuriser la zone allant de Gao à Ménaka, le long de la frontière nigérienne. Or les rebelles du MNLA viennent d'annoncer qu'ils contrôlent cette dernière ville.

Le 31 janvier, quelques jours après l'arrivée des troupes françaises, El Hadj Ag Gamou est enfin rentré chez lui, à Gao. Chassés de la région, l'année dernière, par le MNLA et les groupes jihadistes, le colonel et les quelque 500 soldats qu'il commande, parmi lesquels une majorité de Touaregs, s'étaient réfugiés au Niger. La mission qui leur est désormais assignée par l'état-major est de sécuriser la région qui s'étend de Gao à Ménaka, le long de la frontière avec le Niger.

« Une zone dangereuse, où des accrochages avec des jihadistes ont eu lieu récemment, indique un officier malien. Gamou y est chez lui, il a des informateurs partout, et il est à la tête d'excellents éléments. » Gao devrait, dans les prochains jours, devenir le nouveau centre névralgique de la reconquête du Nord, en lieu et place de Sévaré, plus au sud. Pour mener à bien sa mission, Gamou pourra compter sur le renfort de contingents nigériens.

Mais il devra aussi compter avec la présence de ses frères ennemis – et sans doute futurs alliés - du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), qui après s’être réimplanté à Kidal, a annoncé mardi 5 février contrôler la localité de Ménaka, à 250 km plus au sud… en pleine zone placée sous la responsabilité de Ag Gamou.

Sécurité

« Nos forces sont entrées dans Menaka », a assuré le porte-parole du MNLA, Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, à Reuters depuis Ouagadougou, sans plus de précision. « Nous avons pris Menaka pour garantir la sécurité du secteur (...). L'armée malienne ne veut pas quitter Gao », a-t-il ajouté. « Nous prendrons chaque localité où la sécurité ne règnera pas. »

Ag Assaleh a expliqué l'envoi d'hommes du MNLA à Menaka par la présence dans le secteur de groupes d'insurgés d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), du Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest) et d'Ansar Dine. La cohabitation avec les militaires loyalistes, dont les rebelles ne veulent pas dans le Nord-Mali,  promet d’être difficile.
 

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des 'Bérets rouges' ?

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "Bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel procè[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Mali : Le Drian annonce la fin de "Serval" remplacée par l'opération "Barkhane" contre le terrorisme au Sahel

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé, dimanche, la fin de l'opération Serval au Mali. Elle va être remplacée par l'opération régionale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers