Extension Factory Builder
06/02/2013 à 13:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ag Gamou, loyaliste, avait été chassé du Nord-Mali par les jihadistes et le MNLA en avril 2012. Ag Gamou, loyaliste, avait été chassé du Nord-Mali par les jihadistes et le MNLA en avril 2012. © DR

Touareg et loyaliste, le colonel malien El Hadj Ag Gamou a reçu pour mission de sécuriser la zone allant de Gao à Ménaka, le long de la frontière nigérienne. Or les rebelles du MNLA viennent d'annoncer qu'ils contrôlent cette dernière ville.

Le 31 janvier, quelques jours après l'arrivée des troupes françaises, El Hadj Ag Gamou est enfin rentré chez lui, à Gao. Chassés de la région, l'année dernière, par le MNLA et les groupes jihadistes, le colonel et les quelque 500 soldats qu'il commande, parmi lesquels une majorité de Touaregs, s'étaient réfugiés au Niger. La mission qui leur est désormais assignée par l'état-major est de sécuriser la région qui s'étend de Gao à Ménaka, le long de la frontière avec le Niger.

« Une zone dangereuse, où des accrochages avec des jihadistes ont eu lieu récemment, indique un officier malien. Gamou y est chez lui, il a des informateurs partout, et il est à la tête d'excellents éléments. » Gao devrait, dans les prochains jours, devenir le nouveau centre névralgique de la reconquête du Nord, en lieu et place de Sévaré, plus au sud. Pour mener à bien sa mission, Gamou pourra compter sur le renfort de contingents nigériens.

Mais il devra aussi compter avec la présence de ses frères ennemis – et sans doute futurs alliés - du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), qui après s’être réimplanté à Kidal, a annoncé mardi 5 février contrôler la localité de Ménaka, à 250 km plus au sud… en pleine zone placée sous la responsabilité de Ag Gamou.

Sécurité

« Nos forces sont entrées dans Menaka », a assuré le porte-parole du MNLA, Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, à Reuters depuis Ouagadougou, sans plus de précision. « Nous avons pris Menaka pour garantir la sécurité du secteur (...). L'armée malienne ne veut pas quitter Gao », a-t-il ajouté. « Nous prendrons chaque localité où la sécurité ne règnera pas. »

Ag Assaleh a expliqué l'envoi d'hommes du MNLA à Menaka par la présence dans le secteur de groupes d'insurgés d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), du Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest) et d'Ansar Dine. La cohabitation avec les militaires loyalistes, dont les rebelles ne veulent pas dans le Nord-Mali,  promet d’être difficile.
 

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers