Extension Factory Builder
04/02/2013 à 12:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« La jeunesse grandit dans un domaine qui n'est qu'à elle, où ni l'ardeur du ciel, ni la pluie, ni les vents ne viennent l'émouvoir », disait Sophocle. Près de vingt-cinq siècles plus tard, la réalité est devenue bien différente. Les temps ne sont plus à l'insouciance ou à l'impétuosité. L'enquête que nous avons menée en Tunisie, que nous aurions d'ailleurs pu décliner un peu partout en Afrique, au nord comme au sud du Sahara, avec, peu ou prou, les mêmes résultats, en est la triste illustration : les jeunes se sentent abandonnés ou exclus, peinent à s'imaginer un avenir dans leur propre pays, et, pis, semblent se résigner à l'avanie que leur font subir leurs aînés. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : une génération qui refuse de céder la place aux suivantes, les maintenant face contre terre sous les semelles de leurs souliers vernis. Sinon comment expliquer les moyens dérisoires alloués à l'éducation ? Pourquoi, plus d'un demi-siècle après les indépendances, nos écoles et universités demeurent-elles si peu nombreuses et dans un tel état de délabrement ? Pourquoi nos villes ne proposent-elles ni loisirs ni infrastructures à nos enfants ? Quelle est cette société qui n'offre qu'une alternative : subir ou s'évader, au sens propre (l'exil) ou figuré (internet, alcool, drogue) ? Cette jeunesse, dont la plupart de nos dirigeants aiment à seriner qu'elle représente leur préoccupation première, l'avenir de notre continent, les forces vives de nos nations, n'a d'autre choix que de se débrouiller seule et d'avancer les fers aux pieds.

Fers culturels, sociaux, politiques et économiques : tout est mis en oeuvre pour brider une énergie dont l'Afrique a pourtant grand besoin. D'autant que cette jeunesse représente de très loin le plus grand nombre, aujourd'hui et plus encore demain. Ajoutons-y les femmes, autres laissés-pour-compte de nos pays, cela signifie que, chez nous, une infime minorité, cramponnée à son fauteuil et à ses privilèges, dirige et décide sans se préoccuper de l'écrasante majorité.

C'est une forfaiture, en plus d'un déni. Qui porte en elle les fruits vénéneux d'un bien triste avenir, celui d'une relève qui n'aura jamais été préparée à se voir transmettre le témoin. À moins qu'elle ne finisse par s'emparer de son dû de la seule manière qui lui reste : en l'arrachant des mains sclérosées de ceux qui, comme dit le proverbe malien, « veulent faire leur temps mais aussi celui de leurs enfants »...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux, [...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Tunisie : Kamel Morjane, la force tranquille

Respecté, compétent, homme de consensus s'il en est, l'ex-ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane, hésite pourtant à briguer la magistrature suprême.[...]

Diplomatie : l'axe Tunis-Riyad passe par Paris

Alors que les Saoudiens s'intéressent à de grands projets en Tunisie, un axe diplomatico-économique semble se dessiner de plus en plus nettement entre Rabat, Tunis, Riyad et Paris.[...]

Le jeune homme retrouvé mort démembré en septembre à Paris était tunisien

Plusieurs sources concordantes ont affirmé, mardi, que le corps démembré retrouvé début septembre dans des sacs poubelles déposés en pleine rue à Villepinte, en[...]

Tunisie : "entreprise d'avenir" cherche partenaires

Co-organisée avec la France, la conférence « Investir en Tunisie : start up democracy » a rassemblé le 8 septembre Etats, institutions internationales et investisseurs. 22 projets  pour une[...]

"Investir en Tunisie" : grand oral pour le gouvernement de Mehdi Jomâa

Devant les acteurs majeurs du monde de l'économie, le gouvernement tunisien a entamé lundi, à Tunis, son grand oral du colloque "Investir en Tunisie, une start-up démocratie".[...]

Législatives tunisiennes : et si Mohamed Abbou créait la surprise ?

Transfuge du Congrès pour la République (CPR), parti qu'il cofonda en 2001 avec l'actuel président Moncef Marzouki, Mohamed Abbou pourrait créer la surprise lors des législatives du[...]

Cinéma : pas de "Blessure" pour Kechiche

Le réalisateur français Abdellatif Kechiche a été contraint d'ajourner le tournage en Tunsie de son prochain film. [...]

Tunisie : Ennahdha ne présentera pas de candidat à la présidentielle

Le parti islamiste Ennahdha, majoritaire à la Constituante tunisienne, a décidé dimanche de ne pas présenter de candidat à la présidentielle prévue le 23 novembre, a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex