Extension Factory Builder
04/02/2013 à 12:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« La jeunesse grandit dans un domaine qui n'est qu'à elle, où ni l'ardeur du ciel, ni la pluie, ni les vents ne viennent l'émouvoir », disait Sophocle. Près de vingt-cinq siècles plus tard, la réalité est devenue bien différente. Les temps ne sont plus à l'insouciance ou à l'impétuosité. L'enquête que nous avons menée en Tunisie, que nous aurions d'ailleurs pu décliner un peu partout en Afrique, au nord comme au sud du Sahara, avec, peu ou prou, les mêmes résultats, en est la triste illustration : les jeunes se sentent abandonnés ou exclus, peinent à s'imaginer un avenir dans leur propre pays, et, pis, semblent se résigner à l'avanie que leur font subir leurs aînés. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : une génération qui refuse de céder la place aux suivantes, les maintenant face contre terre sous les semelles de leurs souliers vernis. Sinon comment expliquer les moyens dérisoires alloués à l'éducation ? Pourquoi, plus d'un demi-siècle après les indépendances, nos écoles et universités demeurent-elles si peu nombreuses et dans un tel état de délabrement ? Pourquoi nos villes ne proposent-elles ni loisirs ni infrastructures à nos enfants ? Quelle est cette société qui n'offre qu'une alternative : subir ou s'évader, au sens propre (l'exil) ou figuré (internet, alcool, drogue) ? Cette jeunesse, dont la plupart de nos dirigeants aiment à seriner qu'elle représente leur préoccupation première, l'avenir de notre continent, les forces vives de nos nations, n'a d'autre choix que de se débrouiller seule et d'avancer les fers aux pieds.

Fers culturels, sociaux, politiques et économiques : tout est mis en oeuvre pour brider une énergie dont l'Afrique a pourtant grand besoin. D'autant que cette jeunesse représente de très loin le plus grand nombre, aujourd'hui et plus encore demain. Ajoutons-y les femmes, autres laissés-pour-compte de nos pays, cela signifie que, chez nous, une infime minorité, cramponnée à son fauteuil et à ses privilèges, dirige et décide sans se préoccuper de l'écrasante majorité.

C'est une forfaiture, en plus d'un déni. Qui porte en elle les fruits vénéneux d'un bien triste avenir, celui d'une relève qui n'aura jamais été préparée à se voir transmettre le témoin. À moins qu'elle ne finisse par s'emparer de son dû de la seule manière qui lui reste : en l'arrachant des mains sclérosées de ceux qui, comme dit le proverbe malien, « veulent faire leur temps mais aussi celui de leurs enfants »...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers