Extension Factory Builder
31/01/2013 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La réalisatrice de la série, Tanjareen Martin. La réalisatrice de la série, Tanjareen Martin. © DR

À rebours d'une communauté africaine-américaine bien souvent puritaine, Tanjareen Martin aborde la question du désir féminin dans une websérie intitulée "The Celibate Nympho Chronicles". Sans tabou et avec un humour déjanté.

Tanjareen n'en peut plus. Mais alors vraiment plus. Son corps tremble, ses yeux se révulsent, elle se casse en deux, se frotte contre le mur, lève une jambe, l'autre, essaie de fumer une cigarette en allumant le filtre... C'est clair : Tanjareen est en manque. En manque de drogue ? D'alcool ? Non, en manque de sexe. C'est de sa faute, d'une certaine manière, puisqu'elle a promis à sa mère qu'elle pouvait tenir cent jours sans croquer de l'homme. Mais le défi n'est pas facile à relever. Que faire pour résister à l'attrait d'une bonne partie de jambes en l'air ? Manger pourrait être une solution par défaut : elle se précipite donc sur son réfrigérateur. Mais la présence en ce lieu glacial d'un énorme concombre suscite une irrésistible tentation... tout comme cette phallique bouteille d'eau, encore plus épaisse. Tanjareen cédera-t-elle ? Vous le saurez en regardant The Celibate Nympho Chronicles, websérie américaine qui rencontre un certain succès sur internet, avec notamment des audiences YouTube qui se comptent en dizaines de milliers.

Certes, le sexe et la Toile ont toujours fait bon ménage, et l'on peut même dire que le succès mondial d'internet est en grande partie dû à l'universel intérêt pour tout ce qui se passe sous les draps (ou ailleurs, ne soyons pas sectaires). Mais ce qui distingue The Celibate Nympho Chronicles du tout-venant de la production érotico-pornographique, c'est l'humour qui l'habite. Inutile de s'y précipiter avec pour unique objectif de se rincer l'oeil. En la matière, il y a mieux et plus trash. Mais pour cinq minutes de franche rigolade, n'hésitez pas.

"Répression"

À rebours d'une communauté africaine-américaine bien souvent puritaine, la jeune actrice et réalisatrice Tanjareen Martin, 33 ans, n'hésite pas à aborder la question du désir féminin et, plus généralement, celles de l'amour physique et de l'amour tout court. « Je pense qu'un média comme YouTube ou tout autre site diffusant de la vidéo permettent aux femmes noires de faire entendre leur voix », confie-t-elle au site blacksnob.com. Avant d'ajouter : « J'ai décidé de réaliser une série crue parce que le sexe fait vendre. Tout comme la vérité. Et la vérité, c'est que les femmes aiment le sexe autant que les hommes, et qu'elles veulent que ce soit satisfaisant. »

Femme de médias, Tanjareen Martin ne s'est néanmoins pas lancée dans l'aventure poussée par un féminisme débridé. Ce sont plutôt quelques années de célibat et diverses mésaventures dont on peut deviner la teneur qui ont donné naissance à ces chroniques déjantées où une célibataire frustrée en arrive à s'amouracher d'un gros sac de boxe comme à considérer que le cunnilingus n'est pas une pratique sexuelle... Reste qu'au final Tanjareen Martin reconnaît militer contre ce qu'elle appelle la « répression » sexuelle.

« Autrefois, j'étais comme eux. Effrayée de porter des habits moulants de peur d'attirer des regards concupiscents. Élevée dans l'idée que le sexe avant le mariage était une abomination pire que le meurtre. Que la masturbation était "l'acte le plus égoïste qui puisse exister" et devait être évitée. Toute cette tension contenue ne peut pas être saine ! » Et ouvertement, directement, Tanjareen Martin en appelle aujourd'hui à sa communauté : « Les miens doivent être plus ouverts d'esprit s'agissant de sexe entre Noirs à l'écran. » Avec cet objectif en tête, elle-même se donne corps et âme !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2716p109.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2716p109.xml0 from 172.16.0.100