Extension Factory Builder
05/02/2013 à 16:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lancement de la campagne 2012 de l'UPR. Lancement de la campagne 2012 de l'UPR. © DR

Divisée entre sa vieille garde et son courant progressiste, qui a initié un dialogue avec l'opposition, l'Union pour la République (UPR) est restée discrète pendant l'absence du chef de l'État.

Il est le meilleur soutien de Mohamed Ould Abdelaziz. Le parti au pouvoir en Mauritanie, l'Union pour la République (UPR), s'est donné une mission : la défense de la ligne politique du chef de l'État. La plus grande formation du pays en termes d'adhérents est aussi l'une des plus jeunes. Avant « Aziz », elle n'existait pas. « L'UPR est née dans la tourmente, commente Mohamed Fall Ould Oumère, rédacteur en chef de l'hebdomadaire La Tribune. C'est d'ailleurs sans doute son péché originel. »

Après le coup d'État fomenté par Ould Abdelaziz le 6 août 2008, le nouveau pouvoir ne disposait pas d'un pôle politique. Le parti a donc été créé dans la précipitation, au moment de la signature de l'accord de Dakar, en juin 2009, à la veille de la présidentielle. Après sa victoire (il a été élu avec 53 % des voix), Aziz lui-même est intervenu dans la nomination de ses dirigeants : le président, Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine ; le premier vice-président, Mohamed Yahya Ould Horma ; et le secrétaire général, Oumar Ould Maatallah. Il l'aurait regretté par la suite. Ne voulant pas compter sur une seule formation, il a alors encouragé la création de petits partis alternatifs pour élaborer une majorité plus diversifiée.

Reste que le parti est, après Tawassoul (formation d'obédience islamiste, opposition), l'un des mieux implantés en Mauritanie. Il a un bureau dans chaque wilaya (région), moughataa (département) et commune du pays. « L'adhésion est forte car il est perçu comme le parti-État, comme une rampe de lancement pour accéder aux hautes fonctions, analyse un observateur de la vie politique mauritanienne. On le rejoint davantage par tactique que par conviction. »

Dons

L'UPR manque en revanche de moyens. La formation vit de dons, mais ses adhérents, hauts responsables et hommes d'affaires notamment, ne sont plus tenus de contribuer à ses frais de fonctionnement - tandis qu'à l'époque du colonel Maaouiya Ould Taya (1992-2005) participer au financement du Parti républicain démocratique et social (PRDS) ainsi qu'aux manifestations était une obligation.

C'est l'une des plus jeunes formations du pays et celle qui compte le plus d'adhérents.

À cela s'ajoute, comme dans nombre de partis mauritaniens, un problème de leadership. Un clivage traverse l'Union entre la « vieille garde », massivement constituée des héritiers d'Ould Taya, et la branche plus progressiste (incarnée notamment par Mohamed Yahya Ould Horma), qui milite pour un renouveau de la scène politique. C'est cette branche qui a accepté de prendre part à un dialogue avec la Coordination de l'opposition démocratique (COD) au mois de novembre 2012.

« Dans un parti qui doit tout à son chef, il y a beaucoup de mécontents, dit un journaliste mauritanien. Mais il est bien connu que la proximité avec Aziz ne donne pas droit à des récompenses. » Seulement, depuis sa campagne, les visites de Mohamed Ould Abdelaziz au siège de la formation sont devenues rarissimes. Il n'a d'ailleurs pas de contacts réguliers avec l'UPR. Reste que pendant son hospitalisation puis sa convalescence en France (du 13 octobre au 24 novembre), le président du parti, Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine, était l'un des rares à s'entretenir régulièrement au téléphone avec lui. On prête à cet ancien ministre de la Défense une nature calme et prudente. Ce qui explique sans doute que lors de l'absence d'Aziz, alors que l'opposition faisait entendre ses revendications, l'UPR est restée en retrait. Le chef de l'État de retour, la priorité du parti est désormais ailleurs : faire campagne en vue des futures élections législatives et municipales.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Mauritanie : la défense fait appel de la condamnation à mort pour apostasie

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort[...]

Mauritanie : un homme condamné à mort pour apostasie

Une organisation anti-esclavagiste de Mauritanie a appelé vendredi à gracier un jeune condamné à mort pour apostasie dans ce pays, regrettant "un procès expéditif mené sous[...]

Première condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

La première condamnation à mort pour apostasie de l'histoire de la Mauritanie depuis son indépendance en 1960 a été prononcée mercredi soir à Nouadhibou (Nord-Ouest) à[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2716p080.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2716p080.xml0 from 172.16.0.100