Extension Factory Builder
04/02/2013 à 13:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le réseau AfricAngels l'a élu meilleur entrepreneur africain de France. Le réseau AfricAngels l'a élu meilleur entrepreneur africain de France. © Vincent Fournier / J.A.

Ancien ingénieur chez Peugeot, le Sénégalais Abd Haq Bengeloune entend bien révolutionner les cosmétiques pour peaux noires.

La vie d'Abd Haq Bengeloune ressemble un peu aux romans de Gabriel García Márquez ou de son héritier africain, Mia Couto. Il y est beaucoup question de chance, mais aussi d'anges protecteurs. Il y a ainsi un chiffre porte-bonheur, le 9, clé de sa date de naissance - 19.9.1979 - et mois de création de son entreprise de cosmétiques, In'Oya. Et quand nous l'avons rencontré à Paris, l'ingénieur rendait visite aux AfricAngels, un club qui soutient les hommes d'affaires du continent. Des anges qui lui en rappellent inévitablement deux autres : son oncle et M. Faye, son professeur de physique en classe de terminale.

Né d'un père musicien et d'une mère qui n'a pas fait d'études supérieures, Abd Haq Bengeloune doit sa passion des machines à cet oncle industriel qui l'a élevé. M. Faye dit un jour au lycéen ce genre de phrase qui peut changer une vie : « Tu mérites mieux que ça. » À l'époque, le petit Bengeloune est un élève sérieux et appliqué au lycée de Kaolac, petite ville du bassin arachidier, au Sénégal. Fasciné par les cours de M. Faye, Bengeloune se voit déjà l'imiter. Mais l'enseignant lui indique une porte bien plus grande : l'École supérieure polytechnique de Dakar, la meilleure du pays. Trois ans plus tard, Bengeloune est major de sa promo. En master, des élèves arrivent d'autres écoles, et le niveau stagne. L'étudiant n'a pas oublié la phrase du maître : il quitte le Sénégal, un diplôme universitaire de technologie génie mécanique et système automatique en poche, direction l'école d'ingénieurs de Brest.

L'Europe, il connaît déjà, ses parents habitent à Bruxelles. Mais la France et la Bretagne... « Mon premier souvenir, c'est la pluie, tout le temps », se souvient-il. Commence alors ce qu'il appelle « le parcours du combattant de l'étudiant étranger ». « Quand tu arrives, la fac te demande une adresse et un chèque pour t'inscrire. Tu vas voir un bailleur qui te demande un chèque de caution. Alors tu vas à la banque qui te demande... une adresse ! » Cette fois encore, un ange veille. L'université le domicilie sur place et Bengeloune emménage avec son meilleur ami, sénégalais lui aussi. La vie bretonne est douce... Mais le souvenir des tracasseries demeure. Le jeune homme crée l'Association des étudiants sénégalais de Brest pour venir en aide aux étudiants dans la même situation. Généreux, drôle et dynamique, il devient une véritable figure locale.

À l'école, il excelle en « mécatronique », une science qui allie mécanique, électronique et informatique industrielle. Brillant, l'ingénieur de 26 ans est directement embauché en CDI chez PSA Rennes pour développer la robotisation de l'outil industriel qui fabriquera la Peugeot 407. « Là-bas, j'ai eu un déclic, se souvient-il. Je décide de mettre la précision des machines au service de l'homme. » Le jeune homme voit grand. Au bout de deux ans chez PSA, il s'ennuie. Il en parle avec sa chef, qu'il respecte beaucoup, seule femme dans un univers masculin. « Travailler dans un grand groupe, c'est beau sur un CV, mais ça peut devenir un piège, confie-t-il. Quand on est jeune, on veut réinventer le monde et ce n'est pas dans un grand groupe qu'on peut le faire. » Il répond alors à l'offre d'une start-up médicale de trois salariés à Aix-en-Provence, dans le sud de la France. L'entreprise qu'il rejoint dispose d'une machine exceptionnelle : un laser permettant d'effacer les cicatrices. C'est le défi qu'il lui faut.

Un diplôme en biologie par correspondance l'aide à acquérir le langage de la recherche. Pendant trois ans, il absorbe tout. Chef de projet, il apprend à dénicher des fonds, se constitue un carnet d'adresses, parvient à récolter 5 millions d'euros. C'est, pour lui, « la meilleure école de la vie ».

Porté par les anges, Bengeloune avance sans précipitation. Fort d'un bagage de cinq années dans la recherche, il peut désormais atteindre son but : créer sa propre entreprise, In'Oya SAS. « In' » pour innovation et « Oya » en référence à la déesse africaine de la fertilité et de la féminité. L'idée a germé lors d'un voyage au Sénégal, en 2008, où il crée une savonnerie solidaire. C'est là-bas qu'il entend parler pour la première fois de dépigmentation. Exaspérées par des soins inefficaces contre les tâches, certaines femmes s'en remettent à des produits agressifs à base de corticoïdes et d'hydroquinone. Et s'il existait une molécule spécifique pour les peaux noires ?

Bengeloune connaît les chercheurs, le système des brevets, la collecte de fonds. La molécule est trouvée et testée par des laboratoires indépendants. Sa gamme de produits sera commercialisée en mars en région parisienne. Humble, l'ingénieur remercie le modèle français et son système de subventions. « Le rêve français existe. Je suis parti de rien et j'ai réussi à force de travail. » Ingénieur de ces dames, Bengeloune a conçu In'Oya en pensant à sa mère et à sa soeur. Aujourd'hui, il veut offrir à la femme noire autre chose qu'un produit standard dans un packaging ethnique. « Mon rêve, dit-il dans un grand sourire, est de créer la molécule qui fera mieux pousser les cheveux crépus. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal a levé 500 millions de dollars sur les marchés internationaux. L'eurobond, d'une maturité de dix ans, a été émis à un taux de 6,25 % et a attiré un c[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers