Extension Factory Builder
31/01/2013 à 08:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans un hôpital de Pékin, le 13 janvier. Dans un hôpital de Pékin, le 13 janvier. © AFP

La capitale de la Chine a connu en janvier les plus forts taux de pollution atmosphérique au pays depuis dix ans. Derrière leurs masques, les Pékinois suffoquent.

En ce mois de janvier, un épais brouillard de poussière grise nimbe tout le nord de la Chine. La visibilité ne dépasse pas cent mètres, les enfants sont confinés à l'intérieur des maisons, et les Pékinois, d'ordinaire résignés, grognent derrière leurs masques de protection. Les taux de pollution enregistrés dans la capitale atteignent des sommets : quarante fois plus que le seuil d'alerte fixé par l'Organisation mondiale de la santé !

Depuis le début de l'année, sous la pression de l'opinion, le gouvernement s'est résolu à publier chaque heure les taux de pollution dans les soixante-dix plus grandes villes du pays. Ils prennent en compte désormais les concentrations de particules fines d'un diamètre égal ou inférieur à 2,5 microns et capables de pénétrer jusqu'aux alvéoles pulmonaires et de migrer dans le sang. Ce sont ces poussières qui, au coeur de l'hiver, ont transformé Pékin en capitale mondiale de la pollution.

« La publication de ces nouvelles mesures est une bonne chose, explique Ma Jun, directeur de l'Institut des affaires publiques et environnementales, une ONG spécialisée. Le gouvernement sait qu'il n'a plus le monopole de l'information en ce domaine et que l'opinion peut enfin prendre la mesure du problème. »

Reste que ces résultats sont catastrophiques, et que, pour la première fois, les médias officiels se sont saisis du dossier. La télévision publique CCTV a ouvert ses journaux sur cette vague de pollution sans précédent, et mis en garde les personnes les plus vulnérables. « L'information du public est une bonne chose, mais le problème doit être réglé en amont, explique Ma Tianjie, le directeur de Greenpeace pour la Chine. Il nous faut davantage d'informations sur les usines les plus polluantes. Que produisent-elles ? Quels produits chimiques utilisent-elles et en quelles quantités ? Il faut mettre la pression sur les industries les plus polluantes. » Le gouvernement tarde à répondre. Li Keqiang, le futur Premier ministre (il prendra ses fonctions au mois de mars), a reconnu l'ampleur du problème, mais confessé qu'il « faudra du temps » pour en venir à bout.

Cauchemar

En attendant, les 20 millions de Pékinois suffoquent. Les chantiers de construction prolifèrent, libérant dans l'atmosphère des tonnes de poussière, tandis que le nombre des voitures en circulation grossit de 240 000 chaque année (on en recense au total 5 millions dans la capitale). Quatre-vingts pour cent de l'électricité et du chauffage sont fournis par des centrales à charbon souvent vétustes et polluantes. Ce sont ces centrales qui, contraintes de fonctionner à plein régime en raison de la baisse des températures, transforment la ville en cauchemar écologique. Malgré la mise en place de normes toujours plus strictes, le gouvernement peine en effet à contrôler l'ensemble de ses industries. Il rechigne également à munir de pots catalytiques les quelque 225 millions de véhicules que compte le pays.

Pourtant, il y a urgence. Le coût des dommages est estimé à près de 100 milliards de dollars (75 milliards d'euros). Selon la Banque mondiale, le nombre des décès directement provoqués par la pollution avoisine 750 000 par an. Au total, la Chine dépenserait l'équivalent de 3,8 % de son PIB à nettoyer les dommages infligés à l'environnement. « C'est catastrophique pour la santé, mais tout autant pour l'économie, commente Ma Jun. Jouer la prospérité économique au prix d'une énorme consommation d'énergie et de la dégradation de l'environnement est un cercle vicieux. Il est temps de nous réveiller. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex