Extension Factory Builder
29/01/2013 à 12:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre tchadien, Joseph Djimrangar Dadnadji. Le Premier ministre tchadien, Joseph Djimrangar Dadnadji. © D.R.

Le président Déby Itno a nommé, le 21 janvier, Joseph Djimrangar Dadnadji au poste de Premier ministre. Réputé compétent, originaire du Sud, il était jusqu'à présent son directeur de cabinet.

L'annonce de la nomination de Joseph Djimrangar Dadnadji au poste de Premier ministre, le 21 janvier, n'a pas surpris grand monde à N'Djamena. En choisissant cet homme de 59 ans, membre du bureau politique national du Mouvement patriotique du salut (MPS, au pouvoir), originaire de la province du Mandoul, dans le Sud majoritairement chrétien du pays (Djimrangar est lui-même protestant), le président Idriss Déby Itno évite de bouleverser les délicats équilibres du Tchad tout en choisissant un de ses plus proches collaborateurs.

Depuis une décennie, ce grand commis de l'État (il était déjà haut fonctionnaire du temps de Hissène Habré), titulaire d'un doctorat de droit public de l'université française de Poitiers, a occupé toutes les fonctions dans l'entourage présidentiel. Décrit comme discret, compétent et pointilleux - des qualités essentielles pour le poste de Premier ministre, plutôt technocratique au Tchad -, il était entré au gouvernement pour la première fois en 2002, comme ministre du Plan, du Développement et de la Coopération. Il a ensuite été conseiller juridique du président, puis son secrétaire général (pendant trois ans au total) et, à deux reprises, son directeur de cabinet, poste qu'il occupait jusqu'à sa nomination.

Impulsion

Ce qui étonne la scène politique tchadienne, c'est d'avantage la longévité de son prédécesseur, Emmanuel Nadingar : deux ans et dix mois, un record depuis l'arrivée au pouvoir d'Idriss Déby Itno. Nadingar avait été nommé en mars 2010, notamment pour préparer l'élection présidentielle d'avril 2011. Nadingar a semble-t-il dû son maintien à d'excellentes relations avec le président tchadien. Au point que sa lettre de démission ne fait référence à aucune contrariété, remerciant même le chef de l'État pour ses années passées à la primature.

Djimrangar Dadnadji devra tenter de donner une nouvelle impulsion à l'action du gouvernement pour mettre en application les promesses de campagne, principalement axées sur le développement rural.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tchad

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

François Hollande et Idriss Déby Itno se sont entretenus pendant près de deux heures le 19 juillet, à N'Djamena, à l’occasion de la première visite officielle du président f[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Hollande au Tchad pour l'installation du dispositif anti-terrorisme au Sahel

Le président français François Hollande achevait samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena, où il doit préparer l'installation du commandement de Barkhane, nouvelle[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers