Extension Factory Builder
31/01/2013 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats tchadien en 2009. Des soldats tchadien en 2009. © AFP

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, doit envoyer au Mali plus de 2 000 soldats réputés aguerris et très bien entraînés. Habitués au combat dans les dunes, ces méharistes peuvent faire la différence.

Fait exceptionnel : le 16 janvier à N'Djamena, c'est par un vote unanime que les députés tchadiens ont approuvé l'envoi de troupes au Mali. Si Idriss Déby Itno tient ses objectifs - un déploiement de plus de 2 000 hommes -, le Tchad sera la deuxième puissance combattante derrière la France. « C'est une projection qui se fait sur 3 000 km. Donc je ne peux pas m'amuser à envoyer une petite unité qui, sans renfort, va être avalée », souligne le président tchadien, qui ne sous-estime pas l'ennemi.

Pour ouvrir un deuxième front contre les jihadistes du Nord-Mali, les Tchadiens se sont déployés au Niger, entre Niamey et la frontière malienne, aux côtés de l'armée nigérienne et des quelque 500 à 700 Touaregs maliens du colonel Ag Gamou qui sont restés fidèles à Bamako. Face aux colonnes jihadistes, N'Djamena joue la mobilité. D'où l'envoi par avions gros porteurs et par la route de dizaines de blindés à roues, qui seront appuyés par des hélicoptères de combat (MI-17 et MI-24), et d'une escadrille de six avions d'attaque Soukhoï-25.

Revanche à prendre

Mais l'ancien « comchef » Idriss Déby Itno parie surtout sur le savoir-faire de ses unités d'élite, qui ont fait leurs preuves contre l'armée libyenne (1986-1987), puis en Centrafrique (1997, 2003) et à N'Djamena même, en 2008, face aux rebelles tchadiens venus du Soudan. Les 500 hommes de la puissante garde présidentielle formeront certainement le fer de lance de ce contingent. Beaucoup d'éléments de cette garde appartiennent, comme le chef de l'État tchadien, à la communauté zaghawa du nord-est du pays.

Le chef du contingent, le général Oumar Bikomo, sera plutôt basé à Bamako, auprès du commandement unifié. Le numéro deux, le général Abderrahmane Youssouf Meïri, dirigera sans doute les opérations sur le terrain. L'officier s'est formé sur le tas, au Tibesti et lors de la dernière grande bataille de 2008. En 2004, c'est lui qui a affronté durement les éléments du chef islamiste algérien Abderrazak el-Para, aux confins du Tchad et du Niger. Les Tchadiens avaient subi beaucoup de pertes. Aujourd'hui, le général Meïri a une revanche à prendre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Le gouvernement fédéral nigérian a donné jeudi une liste de localités reprises par l’armée au groupe islamiste Boko Haram. Au total, 29 villes dans le Nord-Est seraient repassé[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Tchad : dans les cendres de Ngouboua, après l'attaque de Boko Haram

Maisons incendiées, carcasses de bétail calciné, des habitants fuyant baluchon sur la tête... A Ngouboua, sur les rives du lac Tchad, la population est sous le choc après l'attaque de Boko[...]

Le premier raid de Boko Haram au Tchad fait au moins cinq morts

Les terroristes nigérians de Boko Haram ont mené dans la nuit de jeudi à vendredi leur première offensive connue en territoire tchadien. Ils ont attaqué Ngouboua, un village situé sur la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2716p022_027.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2716p022_027.xml1 from 172.16.0.100