Extension Factory Builder
28/01/2013 à 16:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Image extraite du reportage diffusé sur France 2. Image extraite du reportage diffusé sur France 2. © France télévision

Un reportage sur "la menace salafiste" diffusé sur France 2 suscite la colère des Tunisiens, pour qui les médias français donnent de leur pays une image systématiquement négative.

Déjà agacés par la manière dont les médias français couvrent l'actualité de leur pays, les Tunisiens ne décolèrent plus depuis la diffusion le 17 janvier, sur la chaîne de télévision France 2, de « Tunisie : sous la menace salafiste », un reportage de l'émission Envoyé spécial, réalisé par l'agence Capa. Accusé de présenter une image biaisée de la réalité, désastreuse pour le tourisme local, le document a provoqué une vive controverse. Mais le pari est réussi pour France 2, dont l'émission a rassemblé 3,4 millions de spectateurs.

À l'origine, la chaîne voulait réaliser un reportage sur le salafisme aussi « vendeur » que celui diffusé sur M6 le 16 septembre 2012, deux jours après l'attaque de l'ambassade des États-Unis à Tunis. Le sujet est donné en sous-traitance à l'agence Capa. L'un de ses journalistes, Karim Baïla, contacte des spécialistes, dont l'islamologue Gilles Kepel, puis élabore un fil conducteur, prenant comme référence le reportage de M6. Objectif : montrer des barbus vociférants brandissant des drapeaux noirs. Mais une fois en Tunisie pour le tournage, Karim Baïla et son confrère Stephan Villeneuve jouent de malchance : les fondamentalistes ont adopté une position de repli et n'occupent plus la scène publique.

Forcer le trait

Les journalistes écument alors les quartiers où les salafistes sont censés être actifs et cherchent, via des médias locaux, à contacter des dirigeants de cette mouvance. Las, ceux-ci veulent monnayer leurs entretiens...

Les reporters profitent des Journées cinématographiques de Carthage pour interviewer des artistes, mais tous, à l'instar de la réalisatrice Sawssen Saya, refusent d'évoquer la menace intégriste : ils ont d'autres priorités. Pour répondre aux demandes de la rédaction d'Envoyé spécial, il faut néanmoins débusquer des salafistes, quitte à forcer le trait. Une algarade entre l'un de ces derniers et un soufi à la Foire internationale du livre de Tunis, puis une réunion de radicaux à Hammamet sont pain bénit pour une équipe qui peine à boucler son tournage faute de préparation, d'actualité et de contacts. Une trop maigre récolte pour que le résultat ne prête pas le flanc aux critiques...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste[...]

"Notre pays est plus fort que vous !" : quand le peuple tunisien dit "non au terrorisme"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Tunis "contre le terrorisme", après l'attentat qui a touché le musée du Bardo, le 18 mars. Parmi elles, des[...]

Tunisie : grande marche "contre le terrorisme" à Tunis

Une importante foule rejointe par des dirigeants étrangers a défilé dimanche à Tunis "contre le terrorisme" en réaction à l'attentat sanglant du musée du Bardo, juste[...]

François Hollande : nous allons "marcher pour les valeurs que la Tunisie représente"

Après avoir voté pour le second tour des départementales, le président français s'est envolé dimanche matin pour Tunis, où il participera à la marche contre le terrorisme.[...]

Tunisie : neuf hommes du principal groupe jihadiste tunisien tués

Neuf hommes armés appartenant au principal groupe jihadiste tunisien, la brigade Okba Ibn Nafaa accusée par les autorités de l'attentat du musée du Bardo, ont été tués par les[...]

Tunisie : marche contre le terrorisme avec des responsables étrangers

La Tunisie organise dimanche une marche contre le terrorisme à laquelle des dizaines de milliers de personnes et des personnalités étrangères, dont le président français François[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2716p019.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2716p019.xml0 from 172.16.0.100