Extension Factory Builder
31/01/2013 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un supporteur ivoirien. Un supporteur ivoirien. © AFP

Trois ans après avoir organisé la Coupe du monde, l'Afrique du Sud accueille la CAN 2013. Mais si le dispositif de sécurité reste impressionnant, le public, lui, est moins nombreux.

Avec ses stades rutilants et son expérience de la dernière Coupe du monde, l'Afrique du Sud était tout indiquée pour organiser la Coupe d'Afrique des nations 2013 (CAN) à la place d'une Libye à la situation encore chaotique. « Pour ce qui est de l'organisation - hôtels, transports, sécurité, terrains d'entraînement et stades, il n'y a rien à redire », confirme Patrice Carteron, le sélectionneur du Mali.

Pourtant, plusieurs des villes hôtes du Mondial 2010, comme Le Cap, ont prudemment décidé de ne pas accueillir de matchs de cette 29e CAN. Motif : un coût élevé (hébergement des équipes, sécurité...) et des retours sur investissement incertains, alors qu'elles doivent entretenir des enceintes devenues des gouffres financiers.

Le 18 janvier, veille du coup d'envoi de la CAN Orange (qui s'achève le 10 février), le comité d'organisation local annonçait que 563 000 billets avaient été vendus, sur un total de 850 000. Avec une fourchette de prix allant de 4 à 25 dollars (de 3 à 18 euros) - contre 10 à 60 dollars l'année dernière au Gabon et en Guinée équatoriale - et un système de packaging proposé aux supporteurs de tous les pays qualifiés, la politique tarifaire, lancée dès le mois de juillet dernier, se voulait attractive.

Hyperprotégés

Pourtant, depuis le début du tournoi, les stades sonnent creux. « À part pour le match d'ouverture Afrique du Sud - Cap-Vert [63 450 spectateurs, NDLR], il y a jusque-là assez peu de monde », constate Hervé Renard, le sélectionneur de la Zambie. Certaines équipes, comme celles de la RDC ou du Nigeria, comptent sur leur diaspora pour venir les encourager, et plusieurs gouvernements ont financé le voyage de quelques dizaines de supporteurs. Mais pour nombre de ces derniers, et notamment les Maghrébins, le coût du séjour a été dissuasif.

Criminalité

Avec 43 meurtres par jour selon les statistiques 2010 de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime, l'Afrique du Sud passe pour l'un des pays les plus dangereux au monde. En 2010, le gouvernement avait imposé des mesures de sécurité draconiennes et, hormis quelques agressions isolées, la Coupe du monde, qui avait accueilli 300 000 visiteurs au lieu des 450 000 attendus, s'était déroulée dans un climat relativement serein. Ce qui n'a pas empêché que, pour la CAN 2013, où les spectateurs seront logiquement moins nombreux, un dispositif quasi identique ait été déployé. « Il y a beaucoup de policiers, c'est assez impressionnant, explique Patrice Carteron. Notre hôtel est hyperprotégé, jour et nuit, et quand nous nous déplaçons quatre véhicules de police nous escortent. L'autre jour, nous sommes allés nous promener dans un centre commercial de Port Elizabeth, et les policiers étaient presque plus nombreux que nous... » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des c[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Afrique du Sud : la famille d'Oscar Pistorius accepte la perspective d'un nouveau procès

Alors que le ministère public a annoncé vouloir faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius, la famille de l'athlète a accepté mardi la perspective d'un nouveau procès. Reconnu coupable[...]

Minée par la violence, l'Afrique du Sud pleure la mort du capitaine des Bafana

Lundi, la chef de la police nationale a donné le signalement de deux hommes âgés d'une petite trentaine d'années soupçonnés d'être les meurtriers de Senzo Meyiwa, gardien de but et[...]

Afrique du Sud - Procès Pistorius : le ministère public va faire appel du verdict

Le ministère public a annoncé lundi qu'il allait faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius. Le champion sud-africain avait été condamné le 21 octobre à cinq ans de prison ferme[...]

Accord QNB-Ecobank : Mike Brown ne décolère pas

 Mike Brown, le dirigeant du sudafricain Nedbank, n'a pas apprécié que Qatar National Bank soit devenu le premier actionnaire d'Ecobank.[...]

Football : Senzo Meyiwa, le capitaine de l'équipe sud-africaine, tué dans une fusillade

Le capitaine de l'équipe d'Afrique du Sud de football, Senzo Meyiwa, âgé de 27 ans, a été tué dimanche dans une fusillade à son domicile de Johannesburg.[...]

Pistorius : Reeva "avait décidé de le quitter cette nuit-là"

La mère de Reeva Steenkamp, tuée en 2013 par le champion paralympique Oscar Pistorius, s'est déclarée certaine, dans une interview exclusive au Times Magazine, que sa fille "avait[...]

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison ferme

La justice sud-africaine a condamné le champion d'athlétisme de 27 ans, Oscar Pistorius, à cinq ans de prison ferme pour le meurtre de sa petite amie en 2013. Il a également écopé de trois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers