Extension Factory Builder
31/01/2013 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un supporteur ivoirien. Un supporteur ivoirien. © AFP

Trois ans après avoir organisé la Coupe du monde, l'Afrique du Sud accueille la CAN 2013. Mais si le dispositif de sécurité reste impressionnant, le public, lui, est moins nombreux.

Avec ses stades rutilants et son expérience de la dernière Coupe du monde, l'Afrique du Sud était tout indiquée pour organiser la Coupe d'Afrique des nations 2013 (CAN) à la place d'une Libye à la situation encore chaotique. « Pour ce qui est de l'organisation - hôtels, transports, sécurité, terrains d'entraînement et stades, il n'y a rien à redire », confirme Patrice Carteron, le sélectionneur du Mali.

Pourtant, plusieurs des villes hôtes du Mondial 2010, comme Le Cap, ont prudemment décidé de ne pas accueillir de matchs de cette 29e CAN. Motif : un coût élevé (hébergement des équipes, sécurité...) et des retours sur investissement incertains, alors qu'elles doivent entretenir des enceintes devenues des gouffres financiers.

Le 18 janvier, veille du coup d'envoi de la CAN Orange (qui s'achève le 10 février), le comité d'organisation local annonçait que 563 000 billets avaient été vendus, sur un total de 850 000. Avec une fourchette de prix allant de 4 à 25 dollars (de 3 à 18 euros) - contre 10 à 60 dollars l'année dernière au Gabon et en Guinée équatoriale - et un système de packaging proposé aux supporteurs de tous les pays qualifiés, la politique tarifaire, lancée dès le mois de juillet dernier, se voulait attractive.

Hyperprotégés

Pourtant, depuis le début du tournoi, les stades sonnent creux. « À part pour le match d'ouverture Afrique du Sud - Cap-Vert [63 450 spectateurs, NDLR], il y a jusque-là assez peu de monde », constate Hervé Renard, le sélectionneur de la Zambie. Certaines équipes, comme celles de la RDC ou du Nigeria, comptent sur leur diaspora pour venir les encourager, et plusieurs gouvernements ont financé le voyage de quelques dizaines de supporteurs. Mais pour nombre de ces derniers, et notamment les Maghrébins, le coût du séjour a été dissuasif.

Criminalité

Avec 43 meurtres par jour selon les statistiques 2010 de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime, l'Afrique du Sud passe pour l'un des pays les plus dangereux au monde. En 2010, le gouvernement avait imposé des mesures de sécurité draconiennes et, hormis quelques agressions isolées, la Coupe du monde, qui avait accueilli 300 000 visiteurs au lieu des 450 000 attendus, s'était déroulée dans un climat relativement serein. Ce qui n'a pas empêché que, pour la CAN 2013, où les spectateurs seront logiquement moins nombreux, un dispositif quasi identique ait été déployé. « Il y a beaucoup de policiers, c'est assez impressionnant, explique Patrice Carteron. Notre hôtel est hyperprotégé, jour et nuit, et quand nous nous déplaçons quatre véhicules de police nous escortent. L'autre jour, nous sommes allés nous promener dans un centre commercial de Port Elizabeth, et les policiers étaient presque plus nombreux que nous... » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption 'sans fondement'

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption "sans fondement"

La Fédération sud-africaine de football s’est exprimée jeudi au sujet des accusations de corruption dans l’attribution de la Coupe du monde 2010. Une affaire dans laquelle sont inculpés des [...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et de partenaires de la Fifa. La[...]

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Afrique du Sud - Zapiro : "La liberté d'expression est un combat"

Pourfendeur de l'apartheid et de tous les obscurantismes, cette figure phare des satiristes du continent s'inquiète des menaces qui pèsent sur la démocratie sud-africaine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers