Extension Factory Builder
31/01/2013 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un supporteur ivoirien. Un supporteur ivoirien. © AFP

Trois ans après avoir organisé la Coupe du monde, l'Afrique du Sud accueille la CAN 2013. Mais si le dispositif de sécurité reste impressionnant, le public, lui, est moins nombreux.

Avec ses stades rutilants et son expérience de la dernière Coupe du monde, l'Afrique du Sud était tout indiquée pour organiser la Coupe d'Afrique des nations 2013 (CAN) à la place d'une Libye à la situation encore chaotique. « Pour ce qui est de l'organisation - hôtels, transports, sécurité, terrains d'entraînement et stades, il n'y a rien à redire », confirme Patrice Carteron, le sélectionneur du Mali.

Pourtant, plusieurs des villes hôtes du Mondial 2010, comme Le Cap, ont prudemment décidé de ne pas accueillir de matchs de cette 29e CAN. Motif : un coût élevé (hébergement des équipes, sécurité...) et des retours sur investissement incertains, alors qu'elles doivent entretenir des enceintes devenues des gouffres financiers.

Le 18 janvier, veille du coup d'envoi de la CAN Orange (qui s'achève le 10 février), le comité d'organisation local annonçait que 563 000 billets avaient été vendus, sur un total de 850 000. Avec une fourchette de prix allant de 4 à 25 dollars (de 3 à 18 euros) - contre 10 à 60 dollars l'année dernière au Gabon et en Guinée équatoriale - et un système de packaging proposé aux supporteurs de tous les pays qualifiés, la politique tarifaire, lancée dès le mois de juillet dernier, se voulait attractive.

Hyperprotégés

Pourtant, depuis le début du tournoi, les stades sonnent creux. « À part pour le match d'ouverture Afrique du Sud - Cap-Vert [63 450 spectateurs, NDLR], il y a jusque-là assez peu de monde », constate Hervé Renard, le sélectionneur de la Zambie. Certaines équipes, comme celles de la RDC ou du Nigeria, comptent sur leur diaspora pour venir les encourager, et plusieurs gouvernements ont financé le voyage de quelques dizaines de supporteurs. Mais pour nombre de ces derniers, et notamment les Maghrébins, le coût du séjour a été dissuasif.

Criminalité

Avec 43 meurtres par jour selon les statistiques 2010 de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime, l'Afrique du Sud passe pour l'un des pays les plus dangereux au monde. En 2010, le gouvernement avait imposé des mesures de sécurité draconiennes et, hormis quelques agressions isolées, la Coupe du monde, qui avait accueilli 300 000 visiteurs au lieu des 450 000 attendus, s'était déroulée dans un climat relativement serein. Ce qui n'a pas empêché que, pour la CAN 2013, où les spectateurs seront logiquement moins nombreux, un dispositif quasi identique ait été déployé. « Il y a beaucoup de policiers, c'est assez impressionnant, explique Patrice Carteron. Notre hôtel est hyperprotégé, jour et nuit, et quand nous nous déplaçons quatre véhicules de police nous escortent. L'autre jour, nous sommes allés nous promener dans un centre commercial de Port Elizabeth, et les policiers étaient presque plus nombreux que nous... » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Afrique du Sud : Sandton, au paradis des nantis...

Bienvenue à Sandton, banlieue huppée de Johannesburg. Les prix de l'immobilier y sont les plus élevés d'Afrique, et les boutiques y proposent les marques les plus chères. Pauvres[...]

Afrique du Sud : Carin Smuts, guérir la société à travers l'architecture

L'architecte sud-africaine Carin Smuts, adepte des solutions "locales", conçoît des projets dont la finalité dépasse la simple construction. Il y est question d'humanisme, de réinsertion[...]

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

Ebola : l'Afrique du Sud ferme ses frontières avec la Guinée, le Sierra Leone et le Liberia

Les pays africains prennent progressivement des mesures contre l'épidémie d'Ebola en cours en Afrique de l'Ouest. Jeudi, l'Afrique du Sud a ainsi déclaré qu'elle fermait ses frontières avec la[...]

BRICS : tous pour un, mais lequel ?

S'estimant mal représentés dans les institutions de Bretton Woods, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud ont créé leur propre banque de développement. Mais[...]

Afrique du Sud : deux ans après, hommage aux mineurs tués à Marikana

Plusieurs milliers de mineurs sud-africains se sont retrouvés à la mine de platine de Marikana en hommage aux 34 grévistes qui y ont été abattus par la police il y a deux ans. Le massacre du 16[...]

Afrique du Sud : deux ans après, les veuves de Marikana réclament toujours justice

Deux ans après la mort de 34 grévistes abattus par la police sud-africaine à la mine de platine de Marikana, dans le nord, les veuves des victimes attendent toujours des réponses: comment, et[...]

Procès Pistorius : le verdict attendu le 11 septembre

Après la plaidoirie vendredi de la défense qui a été précédée la veille par le réquisitoire du procureur, le tribunal de Pretoria a annoncé qu'il rendra le 11[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex