Extension Factory Builder
29/01/2013 à 16:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dioncounda Traore (g) et Laurent Fabius, le 29 janvier à Addis Abeba. Dioncounda Traore (g) et Laurent Fabius, le 29 janvier à Addis Abeba. © Simon Maina/AFP

Les autorités maliennes espèrent pouvoir organiser des élections crédibles d'ici à la fin de l'année. Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres, dans un pays traumatisé par la guerre contre les jihadistes.

En pleine reconquête de son territoire, le Mali réfléchit parallèlement à la sortie de crise et devrait dans une quinzaine de jours présenter à ses partenaires une nouvelle feuille de route dont les principales étapes sont les suivantes : 1. libération du Nord ; 2. organisation d'une concertation avec les principales communautés du pays ; 3. préparation des élections. « Il nous faudra entre six et neuf mois pour mener à bien l'identification, l'enrôlement biométrique, l'adoption de la liste électorale et la distribution des cartes d'identité et d'électeur. Nous travaillons déjà au recensement des populations », explique un diplomate.

Fort du soutien de la communauté internationale, qui a promis lors d’une conférence à Addis Abeba, le 29 janvier, d’aider le Mali à hauteur de 455,53 millions de dollars, le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, s’est quant à lui montré très optimiste. Il a exprimé sa « détermination à organiser le plus rapidement possible, en tout cas, (c'est) notre souhait, avant le 31 juillet 2013, des élections propres c'est-à-dire transparentes et crédibles ».

"Un seul agenda"

« Je voudrais réitérer notre engagement à conduire la transition en cours au Mali avec un seul agenda : le recouvrement des terrritoires occupés (par les insurgés islamistes) du Nord mais aussi et surtout le retour du Mali à une situation constitutionnelle normale », a ajouté Dioncounda Traoré, toujours en bute à l'hostilité des militaires putschistes emmenés par le capitaine Amadou Haya Sanogo.

Mais la stabilisation du mali risque d’être longue. Pendant que se tenait à Addis la conférence des donateurs pour le Mali, à Tombouctou, ville reconquise la veille par les soldats français et maliens, des actes de pillages se produisaient dans des magasins supposés appartenir à des « Arabes », des « Algériens » ou encore « des Mauritaniens », souvent assimilés aux islamistes, qui ont pris la fuite après avoir incendié un centre culturel abritant des dizaines de milliers de manuscrits. Dans certaines boutiques, des munitions et des radios militaires ont été découvertes, a constaté l'AFP.

Mais l'essentiel de la population était occupée à se saisir de tout ce qui traînait, télévisions, antennes satellite, nourriture, meubles, vaisselle... Certains se battaient pour la possession d'objets, d'autres défonçaient les portes métalliques verrouillant les échoppes, dont certaines ont été intégralement vidées en quelques minutes.

En milieu de matinée, des soldats maliens sont arrivés, mettant fin au pillage. « On ne va pas laisser les gens piller. Mais il est vrai que des munitions ont été trouvées dans certains magasins », a indiqué un officier malien. Ce qui indique vraisemblablement des liens entre les islamistes et certains commerçants.

Un soldat malien disperse des femmes qui pillent des boutiques dans les rues de Tombouctou, le 29 janvier 2013.

© Eric Feferberg/AFP

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Soumaïla Cissé : 'IBK n'a pas de feuille de route' pour le Mali

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces