Extension Factory Builder
28/01/2013 à 10:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

«Les photos sont là, il ne te reste plus qu'à les prendre », disait Robert Capa, le plus célèbre des grands reporters de guerre. C'est ce qu'a fait le photographe ivoirien Issouf Sanogo sur un terrain vague, non loin de Niono, au Mali, ce 20 janvier. Et l'image glaçante de ce légionnaire français au masque de mort qui fait cette semaine la couverture de Jeune Afrique a aussitôt créé le buzz sur la Toile, mieux que mille mots ou que mille mensonges. Nul doute que ce choix de une agacera les communicants de l'opération Serval, tant ce dérapage symbolique contrevient au message lisse d'une guerre exemplaire et aseptisée. Le risque en effet avec cette image, c'est qu'elle devienne l'allégorie macabre d'une intervention française encore obsédée par le reflet de ses errements coloniaux passés. Il y a moins d'un siècle, après tout, les ancêtres méharistes du légionnaire de Niono combattaient au Nord-Mali ceux des jihadistes d'aujourd'hui.

Soyons clair : Hollande contre Belmokhtar n'a rien à voir avec le général Mangin contre la confrérie Senoussia, et la photo du militaire au masque de Ghost, personnage emblématique d'un jeu vidéo ultraviolent, pour angoissante qu'elle soit, n'est pas plus représentative de l'opération en cours au Mali que les clichés de ce genre pris en Irak et en Afghanistan ne l'étaient du comportement général de l'armée américaine. Mais elle a le mérite de nous rappeler que cette guerre n'est pas un fantasme : exhiber un foulard mortifère sur un théâtre d'opérations n'est pas innocent, confondre réalité et virtualité comme le fait ce jeune soldat, non plus. Si la barbarie dont font montre les affidés d'Aqmi ne surprend plus depuis longtemps, il serait illusoire de s'imaginer que la reconquête du Nord dans laquelle l'armée française est en première ligne se fera sans bavures ni dérapages. Déjà, les exactions auxquelles se seraient livrées certaines unités maliennes contre les collaborateurs supposés - ou avérés - des groupes terroristes inquiètent.

François Hollande, dont la communication de chef de guerre toute de gravité, de concentration et de détermination nous change de l'absence de sobriété de son prédécesseur, se prépare à se rendre à Bamako pour y galvaniser ses troupes. Sans doute a-t-il perçu, derrière le soutien quasi unanime de l'Afrique à l'opération française, l'aveu gêné, presque humiliant, de ce recours à l'ancien colonisateur. Aveu d'impuissance, sur lequel on serait bien inspiré à Paris de ne pas trop appuyer en s'abstenant à la fois de rappeler sans cesse que la France a « sauvé le Mali » et de faire avaler aux Africains - qui sont tout sauf naïfs - la fable d'une intervention désintéressée, tout en expliquant aux Français et aux Européens réticents qu'elle est... dans leur propre intérêt.

La position de Jeune Afrique est sans ambiguïté. Nous approuvons cette ingérence franco-africaine, même si, ne nous voilons pas la face, elle restera jusqu'au bout et avant tout l'affaire de l'armée française. Comme celle qui a conduit à la chute du dictateur Mouammar Kadhafi, elle nous est apparue nécessaire tant il est vrai que l'aide aux peuples en danger ne se marchande pas. Ce qui n'empêche, de notre part, ni la lucidité ni la vigilance.

* De la chanson de Zao, "Ancien combattant"

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers