Extension Factory Builder
19/01/2013 à 16:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C'est une histoire qui commence en 2007. Slimane, un Tunisien habitant à Rotterdam, est à la recherche d'un emploi. Il a déjà refusé deux propositions et maintenant l'instant est critique : il doit accepter la troisième offre sinon il perdra son allocation de chômage. Le voici au bureau de placement où on lui annonce une bonne nouvelle : on vient de recevoir une offre d'emploi qui correspond à son profil. Il faut connaître un peu de français et avoir le contact facile avec les gens.

Slimane est enchanté, il est prêt à signer le contrat... Cependant, le fonctionnaire continue de lire la fiche, et c'est alors que Slimane comprend qu'il s'agit de représenter des vins français. Un courtier cherche quelqu'un sachant parler néerlandais et français pour mieux promouvoir les vins qu'il importe de la douce France.

Slimane interrompt le fonctionnaire. Il ne peut pas accepter l'offre : il est musulman et n'a jamais bu une goutte de vin. Le fonctionnaire est embêté parce qu'il voit bien qu'il s'agit de la troisième proposition et que les sanctions menacent. Il insiste. Finalement Slimane accepte le job - persuadé qu'il sera vite licencié quand le courtier comprendra qu'il a affaire à un imposteur qui ne voit pas la différence entre un saint-émilion et un Fanta orange.

Et c'est là que l'histoire devient miraculeuse. Slimane, qui est consciencieux et travailleur, emprunte à la bibliothèque des livres d'oenologie et, en quelques semaines, il sait l'essentiel de ce qu'il faut savoir pour vendre des vins aux Pays-Bas : en gros, la différence entre bordeaux et bourgogne, quelques mots sur les côtes-du-rhône (« qui montent en gamme, paraît-il »), les vins de Touraine (« frais et plutôt légers... ») et puis quelques termes qui font bien, surtout quand on les dit en français devant des acheteurs étrangers : vin « élégant », « de haute tenue », « aimable », « gouleyant », « nerveux », « noble »... Slimane fait des miracles, il travaille dur, tous les restaurateurs l'apprécient, et lui, il apprend beaucoup en leur parlant. Il suffit que quelqu'un lui dise que les croze-hermitage 2007 ne sont pas fameux, et il retient l'information pour la glisser à son tour quand l'occasion se présente.

Aujourd'hui, Slimane a un contrat à durée illimitée. Il s'améliore chaque jour et il aime son travail. Il doit à chaque fois trouver une excuse pour ne pas trinquer avec ses clients mais il a acquis une réputation de connaisseur - qui n'est d'ailleurs pas usurpée puisque tout ce qu'il dit est vrai, même s'il se contente de répéter ce qu'il entend ici et là...

Il me semble que cette histoire est emblématique. En faisant des efforts, on arrive à s'intégrer n'importe où et sans perdre son âme. Encore faut-il faire preuve d'un minimum de flexibilité, par exemple accepter de chanter les louanges d'un grand vin de Bordeaux même si on réprouve in petto sa consommation...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Grèce - Allemagne : dette contre dette

Alexis Tsipras accepte de régler ce qu'il doit. À condition que des réparations lui soient versées pour les exactions nazies. Angela Merkel s'y refuse par crainte d'ouvrir une boîte de[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p114.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p114.xml0 from 172.16.0.100