Extension Factory Builder
23/01/2013 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le tout dernier film de Tarantino est en lice pour les Oscars. Le tout dernier film de Tarantino est en lice pour les Oscars. © Sony Pictures

Le réalisateur de Pulp Fiction, Quantin Tarantino, revient et s'attaque avec humour à un nouveau genre : le western. Entre parodie et engagement.

Le spécialiste s'il en est des parodies de cinéma de genre, Quentin Tarantino, nous régale une nouvelle fois en passant allègrement du film de guerre (Inglourious Basterds, 2009) au western. Et plus précisément au western spaghetti à la sauce black, en s'inspirant directement d'un long-métrage de Sergio Corbucci de 1966, également titré Django. Le sujet n'est cependant pas léger, puisqu'il aborde sinon de front, du moins tout du long, la question de l'esclavage aux États-Unis.

L'histoire commence deux ans avant le début de la guerre de Sécession, quand un ancien dentiste d'origine allemande devenu chasseur de primes, un certain Schultz, recherche un esclave nommé Django tombé aux mains de négriers sans scrupule. Il le retrouve et, en tuant spectaculairement ses récents acquéreurs, lui évite un sort à coup sûr dramatique. Pas pour rien : seul ce captif, qu'il s'empresse de transformer en homme libre et en associé, peut lui permettre de découvrir où se cachent des condamnés qu'il doit ramener morts (de préférence) ou vifs pour toucher une forte récompense. Mais Django a un projet personnel qu'il entend mener à bien coûte que coûte : retrouver la femme dont il est amoureux et avec laquelle il s'était enfui - ce qui leur avait valu d'être revendus séparément sur un marché aux esclaves.

Une fois de plus en position de procureur, Spike Lee a publiquement dénoncé dans les médias l'utilisation à outrance du n-word (soit le mot « nigger ») dans le film, comme s'il pouvait en être autrement vu le sujet. Mais le scénario de Django permet à Tarantino de proposer l'air de rien l'une des plus radicales dénonciations de ce qu'il nomme lui-même « le second holocauste » - après celui des Indiens - perpétré par les Américains. Sans perdre son humour et fort bien servi par l'interprétation hors pair de ses acteurs, en particulier Jamie Foxx (Django), Christoph Waltz (Schultz) et, dans le rôle inattendu d'un propriétaire de plantation sadique, Leonardo DiCaprio.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p102-103.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p102-103.xml1 from 172.16.0.100