Extension Factory Builder
23/01/2013 à 17:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Oxmo Puccino sera aux Victoires de la musique, le 8 février. Oxmo Puccino sera aux Victoires de la musique, le 8 février. © AFP / Pierre Verdy

Bien accueilli par la critique et le public, le dernier album d'Oxmo Puccino, natif de Bamako, vient d'être nominé, en France, aux Victoires de la musique.

Et si l'histoire se répétait ? Couronné d'une Victoire de la musique pour son précédent opus L'Arme de paix, sacré meilleur album de musique urbaine en France en 2010, Oxmo Puccino pourrait bien de nouveau se voir récompensé le 8 février prochain pour Roi sans carrosse. Salué par la critique, bien accueilli par le public, ce sixième album s'est écoulé à près de 35 000 exemplaires depuis sa sortie en septembre 2012 et mène Oxmo Puccino sur les routes de France et de Navarre pour une longue et trépidante tournée qui se terminera le 1er juin sur la scène du Zénith parisien. Une consécration pour ce natif de Bamako aux talents multiples qui, par ailleurs, travaille à l'écriture d'un scénario pour le cinéma, d'un livre pour enfants et, à pas encore 40 ans, de ses Mémoires. Déjà ? Il faut dire que l'artiste écume les salles et les scènes depuis plus d'un quart de siècle et que le Black Mafioso a rencontré le succès dès ses débuts avec notamment, en 1998, le tube « Mama Lova » tiré de son premier album, Opéra Puccino, alors disque d'or.

Saudade

En compagnie des Jazz Bastards, le fameux Lipopette Bar l'a entraîné en 2006 vers des contrées davantage musicales. Ce que confirme Roi sans carrosse, composé lors d'un voyage au Brésil. « La bossanova et la saudade, cette alliance de joie et de tristesse qui représente la vie, m'ont fortement influencé, reconnaît l'artiste. Avec cet album, mon univers musical se précise. Il semble plus léger, mais il n'en est pas moins dense pour autant. C'est un voyage émotionnel qui représente une tranche de ma vie. » Avec une orchestration à forte dominante acoustique et un groove doux-amer faisant la part belle aux cordes, Roi sans carrosse est empreint de cette poésie lapidaire qui caractérise le flow du plus parisien des rappeurs maliens.

Rosa Parks

Évoquant la paternité (« Un an moins le quart »), le deuil (« Le Vide en soi »), celui qui, jusqu'à présent, a fait la part belle à la fiction narre de moins en moins de fables mais raconte de plus en plus ses histoires. Une intimité qu'il veut « universelle ». « La vie, la mort, ce sont des expériences partagées par chacun d'entre nous », commente celui qui a perdu un frère en 2007. Une ode à la capitale parisienne (« Pam Pa Nam »), un hommage au combat d'un Spartacus ou d'une Rosa Parks (« Parfois »), en formidable griot urbain engagé, celui qui revendique des « textes emplis de philosophie africaine avec des expériences parisiennes » évoque le fléau du racisme et la nécessité de poursuivre un combat toujours d'actualité afin que chacun puisse « être en harmonie avec son africanité ». « Malheureusement, explique-t-il, cela demeure difficile pour certains tant l'image des Noirs que l'Occident a fabriquée a été dévastatrice. Il n'y a pas si longtemps, il y avait encore des zoos humains en France. Cela a imprégné les esprits, et aujourd'hui ce pays doit accepter toute son histoire pour se comprendre lui-même. »

Accepter ce que l'on est, pleinement. Un conseil que l'artiste prodigue à tous, y compris aux jeunes artistes africains qu'il a pu rencontrer à Bamako, il y a deux ans, lors de la dernière édition du festival littéraire Étonnants Voyageurs. « L'Afrique a toujours eu beaucoup de poésie à offrir. Or les jeunes, aujourd'hui, craignent parfois de se tourner vers elle par peur de retrouver une tradition qu'ils cherchent à fuir à travers la musique moderne, comme le rap. C'est pourtant en intégrant cette poésie ainsi que les tendances musicales locales que les rappeurs africains parviendront à créer leur propre univers. Des talents, en Europe comme en Afrique, il y en a beaucoup, mais malheureusement ils n'auront pas toujours les moyens de s'exprimer. Ce sont des "rois sans carrosse". Je leur rends hommage. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers