Extension Factory Builder
22/01/2013 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Jaoui est responsable du football étranger pour Canal Plus. Laurent Jaoui est responsable du football étranger pour Canal Plus. © Vincent Fournier / J.A.

La chaîne de télévision Canal Plus a acquis les droits de diffusion de toutes les compétitions organisées par la CAF jusqu'à la fin de 2015. Premier gros morceau : la CAN 2013, qui vient de s'ouvrir en Afrique du Sud.

Canal+ refuse de révéler le coût total de l'achat des droits de diffusion des compétitions organisées par la Confédération africaine de football (CAF) pour la période octobre 2012-décembre 2015. Mais depuis la finalisation de l'opération, à l'automne dernier, via Sportfive, une société du groupe Lagardère, et B4 Capital, les chiffres circulent. La chaîne privée débourserait 2,7 millions d'euros pour chaque édition de la CAN (Coupe d'Afrique des nations 2013 et 2015), dont les droits étaient auparavant détenus par Orange, et 3 millions supplémentaires pour diffuser la Ligue des champions, la Coupe de la confédération, la Super Coupe ou le Championnat d'Afrique des nations. Face à la concurrence, et notamment celle de BeIn Sport, qui pourrait se positionner pour les droits 2016-2019, Canal+ aurait donc réussi un coup intéressant, à des conditions financières raisonnables. Commentaires de Laurent Jaoui, responsable du football étranger sur la chaîne cryptée.

Jeune Afrique : Quel est le dispositif mis en place par Canal+ pour la CAN 2013 ?

Laurent Jaoui : Tous les matchs sont diffusés en direct sur Canal+ Sport. Pour les matchs de groupe de la dernière journée, qui se jouent le même jour à la même heure, les abonnés auront le choix entre un multiplex sur Canal+ Sport, avec le match principal en fil rouge, et une diffusion de l'autre rencontre sur Foot+. La chaîne D8 [rachetée par Canal+ et accessible par la TNT, NDLR] a diffusé le match d'ouverture, et elle retransmettra également un quart de finale, une demi-finale et la finale. Ces quatre rencontres sont bien sûr visibles sur Canal. Et en plus des matchs, il y aura tous les jours un magazine d'une durée comprise entre trente et quarante-cinq minutes, et qui, outre la rediffusion des buts, proposera différents reportages autour de la CAN.

Avez-vous mobilisé de gros moyens humains ?

Oui, une vingtaine de journalistes et une pléiade de consultants. Parmi ces derniers, certains, comme Marcel Desailly ou Alain Giresse [le nouveau sélectionneur du Sénégal], seront en Afrique du Sud, et d'autres en studio, comme Pape Diouf [ex-président de l'Olympique de Marseille], Rigobert Song et Patrick Mboma [ex-internationaux camerounais], Gérard Gili [ex-sélectionneur de l'Égypte et de la Côte d'Ivoire], Kaba Diawara [ex-international guinéen] ou Lassina Diabaté [ex-international ivoirien]. Pour les matchs, il y a le même service que pour la Ligue 1, avec des statistiques, des palettes, etc.

En octobre 2012, vous avez retransmis quatre matchs qualificatifs pour la CAN 2013...

Oui, dont un Algérie-Libye [2-0], qui avait très bien marché. L'acquisition des droits du football africain répond à une demande en Afrique, bien sûr, mais aussi en France. Nous allons, cela va de soi, mettre l'accent sur les équipes francophones, mais sans négliger les autres.

Une vingtaine de journalistes et une pléiade de consultants mobilisés.

Allez-vous retransmettre l'ensemble des compétitions organisées par la CAF ?

Oui. Nous avons d'ailleurs diffusé, en novembre, la finale de la Ligue des champions entre Al-Ahly Le Caire et l'Espérance de Tunis. Nous ne nous interdisons rien, comme par exemple de faire un sujet qui passera le dimanche soir à L'Équipe du dimanche. Nous diffuserons également des matchs qualificatifs pour la Coupe du monde 2014, dès le mois de juin.

Les images qui arrivent d'Afrique sont parfois d'une qualité incertaine...

Pour la CAN sud-africaine, nous n'avons aucune inquiétude, la réalisation est assurée par Sportfive. Ensuite, sur d'autres compétitions, il peut y avoir des surprises, car nous n'avons pas la main sur la production. Mais nous saurons nous adapter.

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex