Extension Factory Builder
25/01/2013 à 08:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rassemblement sur l'Alexanderplatz, à Berlin, en 2005. Rassemblement sur l'Alexanderplatz, à Berlin, en 2005. © AP/SIPA/Martin Meissner

En Allemagne, le Parti national-démocrate, à l'extrême droite de l'échiquier politique, n'obtient que de médiocres scores électoraux. Ce qui ne l'empêche pas d'influencer tous les partis néonazis. Les seize Länder souhaitent maintenant l'interdire.

Au niveau national, il n'atteint pas même 2 % des suffrages. Pourtant, le Parti national-démocrate (NPD) inquiète l'Allemagne en raison de ses prises de position antisémites, xénophobes et révisionnistes. Du coup, les seize Länder viennent de lancer contre lui une procédure d'interdiction. Après discussions au Parlement, le dernier mot reviendra à la Cour constitutionnelle, à Karlsruhe, seule habilitée à établir si les agissements du NPD sont contraires à la Constitution.

« Des voix chaque jour plus nombreuses jugent inacceptable qu'un tel parti puisse avoir pignon sur rue et bénéficier de financements publics, commente le politologue Gideon Botsch. Il possède un fort pouvoir de nuisance grâce à ses liens avec divers groupuscules néonazis. » Créé en 1964, le NPD compte entre 5 000 et 6 000 adhérents et un nombre croissant de sympathisants dans l'ex-Allemagne de l'Est, gangrenée par le chômage et où les agressions racistes se multiplient. La Saxe et le Mecklembourg-Poméranie sont d'ailleurs les deux seuls Länder à compter respectivement 8 et 5 députés NPD au Parlement régional.

Mais si 70 % des Allemands sont favorables à une interdiction, gouvernement et partis sont divisés. Parce que le débat qu'elle suscitera offrira une tribune rêvée au NPD en cette année électorale. Et que le parti a lui aussi saisi les sages de Karlsruhe pour faire valoir ses droits. Et parce qu'en cas de dissolution, il menace de porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), à Strasbourg.

Meurtres en série

Il est d'ailleurs possible que la procédure engagée tourne court, comme en 2003. À l'époque, le nombre des agents des services de renseignements infiltrés dans les structures dirigeantes était tel qu'il avait été impossible de statuer sur l'authenticité des témoignages recueillis. Cette fois, les chances d'aboutir semblent plus sérieuses. La découverte, en 2011, d'une cellule terroriste proche du NPD responsable de dix meurtres entre 2000 et 2006 (la plupart des victimes étaient d'origine turque) constitue un élément à charge capital.

L'extrême droite a donc joué sa dernière carte en créant un nouveau parti, Die Rechte (« la droite »), susceptible d'accueillir les ex-NPD. « Bien sûr qu'un autre parti radical verra le jour, confirme Gideon Botsch, mais cela devrait quand même prendre un certain temps. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Union européenne : Brexit* or not Brexit ?

Après son succès aux législatives du 7 mai, David Cameron va devoir organiser l'an prochain un référendum sur l'éventuel retrait de son pays de l'Union européenne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers