Extension Factory Builder
24/01/2013 à 08:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Altercation entre grévistes et policiers à Guangzhou. Altercation entre grévistes et policiers à Guangzhou. © Vincent Yu/AP/SIPA

Premier test de la volonté réformatrice du nouvel homme fort du Parti communiste chinois, Xin Jinping : la grève des journalistes, exaspérés par la censure dont ils font l'objet.

Le coup de ciseau a été trop brutal ! Tuo Zhen, le chef du bureau de la propagande du Guangdong, une province du sud de la Chine, a modifié sans scrupule le traditionnel éditorial du nouvel an de l'hebdomadaire Nanfang Zhoumo, provoquant l'ire des journalistes et la colère de nombreux intellectuels. Initialement intitulé « Rêve d'un gouvernement constitutionnel », l'article évoquait l'espoir d'un changement en Chine au cours de l'année qui commence. Et formait le voeu que la Constitution soit enfin véritablement appliquée. Hélas, en lisant les mots « changement » et « liberté », le censeur en chef a vu rouge. Quelques heures plus tard, le texte original a été remplacé par une mièvre apologie du « socialisme à la chinoise ».

Très vite, les journalistes ont découvert le pot aux roses et publié sur internet le texte original avant de se mettre en grève et de manifester dans les rues de Canton. Un mouvement exceptionnel soutenu par plusieurs journaux, dont le célèbre Caixin, qui tire à boulets rouges sur cette « censure infamante et déshonorante ». Le rédacteur en chef du magazine cantonais Nanfang Renwu Zhoukan a même lancé une pétition sur internet. « Tuo Zhen, écrit-il, contrôle les médias de façon simpliste et brutale, sans recherche ni étude. Il impose la volonté de ses supérieurs hiérarchiques, méprise la dignité des journalistes, et manque de respect aux médias et au public. Il a imposé son article truffé d'erreurs à la place du premier édito de l'année. Je lui demande de présenter ses excuses et de démissionner. »

Starlette

La fronde a vite débordé du cadre de la presse. Yao Chen, par exemple, une starlette célèbre pour ses interprétations sirupeuses et ses poses faussement ingénues, a pris fait et cause pour le journal. Sur son blog suivi par 31 millions de fans, elle s'emporte contre la censure et cite Alexandre Soljenitsyne, l'auteur de L'Archipel du Goulag ! Quant à Han Han, blogueur fameux et pilote de course à ses heures, il s'est lui aussi fendu d'un texte au vitriol contre la propagande d'État. Résultat, la blogosphère chinoise ne parle plus que de ça. C'est le premier scandale politique de 2013.

En lisant les mots « changement » et « liberté » le censeur en chef a vu rouge.

Cette explosion de colère est sans précédent, mais elle n'est guère surprenante quand on connaît le degré de servitude des médias chinois. Chaque organe de presse, chaque chaîne de télévision et de radio a en effet ses censeurs qui veillent au respect scrupuleux des directives du Parti communiste. La machine est impeccablement huilée. Ainsi, à CCTV, la grande chaîne de télévision nationale, les journalistes découvrent chaque matin en arrivant au bureau la liste des sujets à traiter - ou à ne traiter sous aucun prétexte ! Les articles sont lus et relus par des bataillons de rédacteurs en chef, avant de passer à la moulinette d'une impitoyable censure. Dans ce contexte, il a suffi de l'excès de zèle d'un obscur préposé pour que l'exaspération des journalistes éclate.

Nouveau style

Le gouvernement est resté étrangement muet sur cette affaire, tout en négociant discrètement une sortie de crise. Il semble que le Nanfang Zhoumo bénéficiera à l'avenir d'une relative liberté de ton. Ce compromis est-il le signe que le nouveau pouvoir est résolu à se montrer plus conciliant ? « Xi Jinping tente d'imposer un nouveau style à la tête de l'État, explique le professeur Zhu Lijia, de l'Académie chinoise de sciences politiques. Il veut se donner une image de président moderne et proche du peuple. Ses premières décisions à la tête du Parti ont été de mettre un terme à la langue de bois et aux excès du régime. Alors forcément, il est mal à l'aise avec cette question de la censure. Même si on imagine difficilement le Parti accepter une presse libre et indépendante. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p053.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p053.xml0 from 172.16.0.100