Extension Factory Builder
24/01/2013 à 08:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Altercation entre grévistes et policiers à Guangzhou. Altercation entre grévistes et policiers à Guangzhou. © Vincent Yu/AP/SIPA

Premier test de la volonté réformatrice du nouvel homme fort du Parti communiste chinois, Xin Jinping : la grève des journalistes, exaspérés par la censure dont ils font l'objet.

Le coup de ciseau a été trop brutal ! Tuo Zhen, le chef du bureau de la propagande du Guangdong, une province du sud de la Chine, a modifié sans scrupule le traditionnel éditorial du nouvel an de l'hebdomadaire Nanfang Zhoumo, provoquant l'ire des journalistes et la colère de nombreux intellectuels. Initialement intitulé « Rêve d'un gouvernement constitutionnel », l'article évoquait l'espoir d'un changement en Chine au cours de l'année qui commence. Et formait le voeu que la Constitution soit enfin véritablement appliquée. Hélas, en lisant les mots « changement » et « liberté », le censeur en chef a vu rouge. Quelques heures plus tard, le texte original a été remplacé par une mièvre apologie du « socialisme à la chinoise ».

Très vite, les journalistes ont découvert le pot aux roses et publié sur internet le texte original avant de se mettre en grève et de manifester dans les rues de Canton. Un mouvement exceptionnel soutenu par plusieurs journaux, dont le célèbre Caixin, qui tire à boulets rouges sur cette « censure infamante et déshonorante ». Le rédacteur en chef du magazine cantonais Nanfang Renwu Zhoukan a même lancé une pétition sur internet. « Tuo Zhen, écrit-il, contrôle les médias de façon simpliste et brutale, sans recherche ni étude. Il impose la volonté de ses supérieurs hiérarchiques, méprise la dignité des journalistes, et manque de respect aux médias et au public. Il a imposé son article truffé d'erreurs à la place du premier édito de l'année. Je lui demande de présenter ses excuses et de démissionner. »

Starlette

La fronde a vite débordé du cadre de la presse. Yao Chen, par exemple, une starlette célèbre pour ses interprétations sirupeuses et ses poses faussement ingénues, a pris fait et cause pour le journal. Sur son blog suivi par 31 millions de fans, elle s'emporte contre la censure et cite Alexandre Soljenitsyne, l'auteur de L'Archipel du Goulag ! Quant à Han Han, blogueur fameux et pilote de course à ses heures, il s'est lui aussi fendu d'un texte au vitriol contre la propagande d'État. Résultat, la blogosphère chinoise ne parle plus que de ça. C'est le premier scandale politique de 2013.

En lisant les mots « changement » et « liberté » le censeur en chef a vu rouge.

Cette explosion de colère est sans précédent, mais elle n'est guère surprenante quand on connaît le degré de servitude des médias chinois. Chaque organe de presse, chaque chaîne de télévision et de radio a en effet ses censeurs qui veillent au respect scrupuleux des directives du Parti communiste. La machine est impeccablement huilée. Ainsi, à CCTV, la grande chaîne de télévision nationale, les journalistes découvrent chaque matin en arrivant au bureau la liste des sujets à traiter - ou à ne traiter sous aucun prétexte ! Les articles sont lus et relus par des bataillons de rédacteurs en chef, avant de passer à la moulinette d'une impitoyable censure. Dans ce contexte, il a suffi de l'excès de zèle d'un obscur préposé pour que l'exaspération des journalistes éclate.

Nouveau style

Le gouvernement est resté étrangement muet sur cette affaire, tout en négociant discrètement une sortie de crise. Il semble que le Nanfang Zhoumo bénéficiera à l'avenir d'une relative liberté de ton. Ce compromis est-il le signe que le nouveau pouvoir est résolu à se montrer plus conciliant ? « Xi Jinping tente d'imposer un nouveau style à la tête de l'État, explique le professeur Zhu Lijia, de l'Académie chinoise de sciences politiques. Il veut se donner une image de président moderne et proche du peuple. Ses premières décisions à la tête du Parti ont été de mettre un terme à la langue de bois et aux excès du régime. Alors forcément, il est mal à l'aise avec cette question de la censure. Même si on imagine difficilement le Parti accepter une presse libre et indépendante. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en [...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Racistes, les jeux vidéo ?

Traditionnellement absents ou relégués au second plan, les personnages noirs sont souvent caricaturaux : agressifs, dangereux et athlétiques. Des héros moins stéréotypés[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p053.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p053.xml0 from 172.16.0.100