Extension Factory Builder
27/01/2013 à 23:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Frank Nouma est un journaliste indépendant.

Le 17 décembre 2010, un jeune Tunisien, Mohamed Bouazizi, s'immolait par le feu, donnant ainsi naissance à la révolution du jasmin, puis au Printemps arabe. Certes, le monde démocratique avait toutes les raisons de se réjouir de ces révoltes. Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Égypte, Kadhafi en Libye, trois dictateurs dont la chute permettait donc, pensa l'Occident, la libération aussi inattendue qu'inespérée de peuples opprimés depuis de longues années. Mais force est de constater, si l'on dresse un premier bilan objectif, que c'est plutôt un hiver islamiste qui se profile à l'horizon. En Libye, les milices surarmées, anarchiques et hors de contrôle prolifèrent. En Égypte, les Frères musulmans sont sur le point d'instaurer une dictature religieuse. Enfin, en Tunisie, le fondamentalisme islamiste est en train de s'installer au coeur de la société.

Ce sont en effet les partis intégristes qui règnent désormais en maîtres, avec la probable inscription dans les futures Constitutions de la charia, cette rétrograde et obscurantiste loi islamique où le statut des femmes mais également ceux des homosexuels, des laïcs, des juifs et des chrétiens subissent un effroyable bond en arrière.

Dictature théocratique

C'est précisément l'un des enjeux du référendum que le président égyptien Mohamed Morsi, soutenu par les Frères musulmans, a soumis à son peuple, qui a favorablement répondu à cet appel identitaire. Car, il faut bien le reconnaître, il n'y a pas plus de démocratie en Égypte aujourd'hui que sous l'ère Moubarak. Au contraire, une nouvelle dictature théocratique est en train de se substituer à la dictature politique de l'ancien régime, avec une dérive autoritaire encore plus affirmée que la précédente. Elle dénie toute liberté de pensée, de parole, de culte autre que l'islam, et opprime les consciences en ce qu'elles ont de plus intime et « sacré ». Qu'il suffise, pour s'en convaincre, d'interroger les différentes minorités chrétiennes, dont les Coptes, qui furent pourtant jadis un des piliers culturels de l'Égypte. Les sociétés égyptienne, libyenne et même la société tunisienne sont en train de régresser de manière significative sur le plan des libertés individuelles. C'est une involution plus qu'une évolution, où toute référence à la laïcité, condition sine qua non de toute véritable démocratie, est bannie de la nouvelle loi.

Dans ces conditions, le grand critère de la démocratie - un régime politique dans lequel seul le peuple est souverain -, s'il est nécessaire, s'est révélé insuffisant. Certes, cette ultime définition est proche du sens étymologique du mot « démocratie » (pouvoir du peuple).

Seulement voilà, ce qui pouvait apparaître au départ comme un bien précieux, sinon une vertu, peut aussi se transformer, in fine, en une autre tyrannie : la dictature des masses. Surtout lorsque ces dernières s'expriment au détriment de la liberté des individus.

Démocratie

C'est le danger qui guette aujourd'hui, par-delà leurs indéniables mérites, les révolutions arabes, fussent-elles parées du beau nom - malheureusement galvaudé - de « démocratie ». Car c'est une étrange idée de la démocratie que se font ces nouveaux émirs de Tunis, de Tripoli ou du Caire : un système qui, contrairement à ce que préconisa Montesquieu dans De l'esprit des lois, ne connaît pas la séparation des pouvoirs en trois instances distinctes et indépendantes.

C'est dire qu'il ne saurait y avoir de démocratie, à moins d'en donner une définition tronquée, là où il n'y a pas de séparation entre les pouvoirs législatif (le Parlement), exécutif (le gouvernement) et judiciaire (la justice). C'est cette évidence que bon nombre de nos responsables politiques, nos intellectuels, ainsi que nos médias semblent ignorer lorsqu'ils qualifient de « démocratique » ce largement surévalué Printemps arabe. Sauf à limiter la démocratie au seul comptage des bulletins de vote et à en sacrifier l'esprit humaniste et universaliste. D'où cette question, si l'on veut véritablement aider, sans leurre ni hypocrisie, sans fausses promesses ni faux espoirs, les jeunes générations à emprunter, en ces terres tourmentées, le difficile chemin de la vraie liberté : qu'ont donc de si « démocratiques », à moins d'infirmer notre propre vision de la démocratie, ces prétendues révolutions arabes, lesquelles ne sont tout au plus que des révoltes populaires ?

Il est des avenirs prétendument radieux qui se révèlent parfois, faute de clairvoyance tout autant que de résistance, d'interminables et tragiques cauchemars.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Yémen : le jihad des Saoud

D'un côté, une rébellion houthiste, soutenue par l'Iran. De l'autre, Tempête décisive, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. Au milieu de ce champ de bataille entre[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste[...]

Karim Bitar : "Au Yémen, un nouvel épisode de la confrontation irano-saoudienne"

Spécialiste du Moyen-Orient à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), Karim Bitar analyse le conflit au Yémen et l'intervention directe de l'armée saoudienne contre[...]

Algérie : haro sur le divorce !

À l'occasion de la Journée de la femme, Abdelaziz Bouteflika a appelé son gouvernement à réviser le code de la famille. Notamment certaines dispositions particulièrement[...]

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.[...]

"Notre pays est plus fort que vous !" : quand le peuple tunisien dit "non au terrorisme"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Tunis "contre le terrorisme", après l'attentat qui a touché le musée du Bardo, le 18 mars. Parmi elles, des[...]

Tunisie : grande marche "contre le terrorisme" à Tunis

Une importante foule rejointe par des dirigeants étrangers a défilé dimanche à Tunis "contre le terrorisme" en réaction à l'attentat sanglant du musée du Bardo, juste[...]

Sommet de la Ligue arabe : accord pour la création d'une force militaire

Les chefs d'Etat de la Ligue arabe ont annoncé dimanche leur intention de créer une force militaire conjointe pour combattre les "groupes terroristes", notamment l'Etat islamique (EI), se donnant quatre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p047.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p047.xml0 from 172.16.0.100